/, SÉCURITÉ, SOCIÉTÉ/ACCIDENT TRAGIQUE SUR LE 3EME PONT: UN VÉHICULE PERCUTE DES GARDE-FOUS ET FINIT SA COURSE DANS LE FLEUVE

ACCIDENT TRAGIQUE SUR LE 3EME PONT: UN VÉHICULE PERCUTE DES GARDE-FOUS ET FINIT SA COURSE DANS LE FLEUVE

Un accident tragique s’est produit aujourd’hui mardi 20 octobre  2020 aux environs de 09h sur le 3ème pont communément appelé “Soutadounou pont”. Un RAV 4 en partance vers Missabougou a percuté des garde-fous et a fini sa course les quatre roues en l’air dans le fleuve aux environs de la résidence du défunt Soufi Adama. Alertée par les usagers, une première équipe d’intervention de la protection civile de la caserne de Sotuba a été dépêchée sur les lieux.

Les deux arrondissements de police 16ème et 13ème partageant le 3ème pont sont aussi sur place. En plus de ces forces de sécurité, les pêcheurs sont intervenus pour tirer le véhicule de l’eau. Les pêcheurs qui sont de fins connaisseurs du lieu ont aidé les sapeurs-pompiers dans leur tâche en attachant de la corde au véhicule. Le véhicule a été retiré mais le chauffeur n’était plus en vie.

Le chef des pêcheurs de la zone, Adama KOUNOUTA a témoigné que : « Nous étions là quand le véhicule est tombé du pont. Nous avons entendu le bruit et tout de suite nous avons alerté les sapeurs-pompiers. Quand ils sont arrivés, ensemble nous avons fait sortir le véhicule mais le chauffeur était déjà mort ». Selon Adama KOUNOUTA, c’est l’excès de vitesse qui a provoqué cet incident vu la distance que le véhicule a parcourue avec avant de se retrouver dans l’eau.

Et contrairement à ce que pensent beaucoup de nos citoyens sur les suicides et les accidents qui ont eu lieu sur le 3ème pont de Bamako, le chef des Bozos, le Vieux KOUNOUTA a déclaré : « Je ne pense pas que cet accident ait été provoqué par les djinns du fleuve. Je ne dis pas que les djinns n’existent pas mais l’excès de vitesse provoque beaucoup. Si c’était les djinns qui tuaient, allons-nous vivre ici au bord de cette eau ? Je vis ici depuis plus de 40 ans. Je vis et je me porte bien»

Il est temps que les gens comprennent que ces incidents n’ont rien  à voir les esprits qui habitent dans cette partie du Niger’’. Ce qu’on peut signaler au ministère de l’équipement, c’est de faire vérifier ce pont et rajouter au niveau des deux accotements entre la piste cyclable et la voie de circulation des véhicules, une barrière de sécurité pour la rendre infranchissable aux véhicules légers. Mais aussi conseiller les usagers de ce pont à conduire doucement.

YOUSSOUF KONATE

By |2020-10-21T15:23:11+02:00octobre 21st, 2020|ACTUALITE, SÉCURITÉ, SOCIÉTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils