/, INTERNATIONAL/ANNONCE PAR RFI D’UNE TRANSITION DE 3 ANS DIRIGÉE PAR UN MILITAIRE: UNE INFO QUI EN FAIT DU GRABUGE !

ANNONCE PAR RFI D’UNE TRANSITION DE 3 ANS DIRIGÉE PAR UN MILITAIRE: UNE INFO QUI EN FAIT DU GRABUGE !

Dans la nuit du dimanche 23 août 2020, la Radio France Internationale a annoncé que la junte propose de former un gouvernement composé essentiellement de militaires. Par ailleurs, les nouvelles autorités de Bamako acceptent que le président déchu Ibrahim_Boubacar_KEITA retourne chez lui ou aille se soigner à l’étranger. Cette information a fait l’effet d’une bombe: les uns étant pour, les autres non s’attendant à ce qu’il y ait une concertation avec la classe politique et la société civile avant tout. Aussitôt, le porte-parole du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), Ismael WAGUE a réagi. 

La Radio France Internationale a annoncé cette information à la suite de la longue journée de négociation entre le Comité National pour le Salut Public (CNSP) et une délégation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le débat portait sur le sort à réserver à l’ancien président Ibrahim Boubacar KEITA et l’avenir du pays. Les émissaires de la CEDEAO et la junte n’arrivaient pas à s’entendre sur certains points, en particulier sur la question de la transition. Le Comité National pour le Salut du Peuple à travers son porte-parole, le colonel-major Ismaël WAGUE a des le lendemain démenti l’information de RFI : une transition de trois (03) ans dirigée essentiellement  par des militaires.M. WAGUE a déclaré ceci : « Hier, nous avons été surpris d’apprendre des déclarations sur certains médias qui parleraient des discussions par rapport à la transition, au gouvernement et à d’autres choses. Je tiens à préciser qu’à ce stade des discussions avec l’équipe de médiation de la CEDEAO, rien n’est décidé. A aucun moment, on a parlé de gouvernement à majorité militaire’’. « Toute décision relative à la taille de la transition, au président de la transition, à la formation du gouvernement se fera entre Maliens avec les partis politiques, les groupes sociopolitiques, les syndicats, les groupes signataires, la société civile. Conformément à notre première déclaration, je tiens à rassurer les uns et les autres qu’aucune décision ne sera prise par rapport à la transition  sans cette consultation massive.  A ce stade des discussions, rien n’est décidé avec l’équipe de médiation de la CEDEAO».

Aussi, a-t-il saisi l’occasion pour lancer un appel à la population à rester sereine et à faire confiance au Comité National pour le Salut du Peuple pendant cette transition que l’on sait difficile.

Cependant, le doute plane: Certes, la Radio France Internationale est un Media qui peut se tromper, comme tout média, mais sur une telle info ? Le doute à persister dans l’esprit des maliens! L’information est venue d’un membre de la délégation. Sinon pourquoi la radio annoncera-t-elle une telle information sans preuve. Il est possible qu’un des membres du Comité Stratégique a filé l’information pour sonder les réactions du peuple, afin de désarçonner les militaires qui ont mis sur la table des négociations une transition d’une durée de 3 ans, ne plaisant pas à la CEDEAO pour sa durée trop longue à leur goût. 

  

LA JUNTE MILITAIRE CONTRAINT DE REVOIR SA COPIE ! 

Pour en rajouter sur ce débat qui a alimenté toute la journée d’hier,  coup de théâtre :   Il nous ait revenu un vocal d’une interview entre le correspondant de RFI, Serge Daniel et  Kalla Ankarou, ministre nigérien des Affaires étrangères. Celui-ci affirma au micro de Serge Daniel que « nous discutons sur la durée de la transition comme vous le savez, et chacun a fait un pas, un pas. Nous nous donnons le temps et nous restons en contact. Nous sommes décidés à le régler. On ne veut pas rentrer dans les détails de la transition, c’est l’affaire des maliens, mais nous voulons, et c’est notre travail les conseiller au regard des dispositions de protocole de la CEDEAO. Les transitions ne doivent pas durer, ça aurait des effets négatifs sur la vie même du pays. Deuxièmement, c’est à la mode pour toutes les transitions aujourd’hui  et même au niveau de l’international, on veut un civil à la tête de la transition, où tout du moins, un militaire mais à la retraite. Parce que c’est plus facile de travailler pour certains pays, certaines organisations, c’est un dogme. Tant que c’est des militaires en activité, ils se réservent. Et c’est ce que nous craignons: c’est un pays qui luttent contre le terrorisme, il y’a beaucoup de partenaires  qui participent. Si parmi ces partenaires là beaucoup se sentent obligés de se retirer parce que ce n’est pas un civil, ce serait totalement dommageable pour l’aide ».  Durant l’interview, on apprend que la junte a proposé à la CEDEAO hier durant leur dernière rencontre, d’aller sur une transition de deux ans. À cela le ministre nigérien des affaires étrangères répondra que  «  on a pas l’habitude de voir des transitions de ce genre ». 

« Transition veut dire pour tous les partenaires prudence. Mais la prudence si elle dure c’est foutu! Il vaut mieux qu’on en finisse très vite avec cette prudence et que, tout le monde revienne à la normale pour continuer le partenariat. Nous leur disons encore de faire des efforts. Ils ne refusent pas et disent qu’ils vont réfléchir”.  

LE CNSP SE DOIT D’ÊTRE TRANSPARENT AVEC LE PEUPLE 

Cet interview démontre à suffisance qu’il a bel et bien question sur la table des négociations d’une durée de 3 ans de transition, qui déplaît à la CEDEAO.  Elle jette en même temps un discrédit sur la communication et la transparence de la junte militaire.  Il est primordial que le CNSP gagne la confiance des maliens, qui n’ont eu que trop de mauvaises aventures ces dernières années. Et pour cela ils ne doivent pas reproduire les mêmes erreurs que le régime IBK. Pour cela, ils doivent être d’une transparence totale avec le peuple, sans langue de bois. Une chose est sûre, est que cette information fut le feuilleton préféré des maliens hier  

YOUSSOUF KONATE

By |2020-08-25T17:14:07+02:00août 25th, 2020|ACTUALITE, INTERNATIONAL|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils