///ATTAQUES SIMULTANEES CONTRE LES FAMA ET LES FORCES ETRANGERES AU NORD DU MALI: LA RANÇON DE LA RANÇON PERÇUE PAR IYAD POUR LA LIBERATION DES OTAGES DONT SOUMAILA CISSE ?

ATTAQUES SIMULTANEES CONTRE LES FAMA ET LES FORCES ETRANGERES AU NORD DU MALI: LA RANÇON DE LA RANÇON PERÇUE PAR IYAD POUR LA LIBERATION DES OTAGES DONT SOUMAILA CISSE ?

La force française de l’opération Barkhane et les Forces armées maliennes (FAMa) ont été la cible d’attaques simultanées, perpétrées hier lundi dans la matinée au Nord du Mali, notamment dans les villes de Ménaka, Gao et Kidal à coups d’obus et de roquettes. Si on ignore pour le moment les auteurs de ces attaques et leurs motivations, des soupçons pèsent sur des groupes terroristes, notamment le GSIM de Iyad Ag Ghaly, très actif ces derniers temps.

 

Les attaques n’ont pas fait de victimes, mais d’importants dégâts matériels ont été enregistrés, selon des sources militaires. En effet, selon un responsable militaire étranger, « les terroristes ont tenté sans succès de mener une action coordonnée contre les camps de Barkhane, des Casques bleus de l’ONU, contre la force européenne Takuba et contre l’armée malienne dans les localités de Gao, Ménaka, et Kidal ». « C’est après leur passage qu’il y a des tirs de roquettes et mitrailleuses. Pas de morts mais des dégâts matériels importants », a pour sa part détaillé un agent de sécurité du camp, ajoutant que dans la ville de Kidal, l’attaque a été précédée par le passage autour du camp d’un groupe d’hommes à moto avant l’aube.

A qui profite donc le crime ?

A cette question, comme nous l’avons souligné, le GSIM de Iyad Ag Ghaly est pointé du doigt pour plusieurs raisons. D’abord, ce groupe vient de se tailler, il y juste quelques semaines, un très bon trésor de guerre avec la libération des otages Soumaila Cissé, la française Sophie Petronin et un couple d’italiens à coup de plusieurs milliards de FCFA, avec en sus l’élargissement de plus de 200 de ses combattants qui étaient détenus au Mali. Ensuite, il y a les récentes prises de position de la France sur une possible négociation avec les djihadistes qu’avaient laissé entrevoir les autorités de Bamako. En effet, pour la France, pas question de négocier avec les terroristes qui doivent être combattus jusque dans leur dernier retranchement ! Et comme pour lier l’acte à la parole, la force française semble ces derniers temps avoir pris le poil de la bête avec la multiplication d’opérations anti-djihadistes ayant fait plusieurs morts dans les rangs des groupes djihadiste…

POUR LIRE L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE ABONNEZ-VOUS POUR UN ACCÈS ILLIMITÉ !

 

 

 

By |2020-12-01T17:48:16+01:00décembre 1st, 2020|ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils