//CALCULS POLITIQUES -POPULISME –INCONSISTANCE DANS LES CHOIX : DES MEMBRES DE LA PLATEFORME ‘’JIGUIYA KURA’’ PORTENT LES GERMES DE LEURS TARES CONGÉNITALES !

CALCULS POLITIQUES -POPULISME –INCONSISTANCE DANS LES CHOIX : DES MEMBRES DE LA PLATEFORME ‘’JIGUIYA KURA’’ PORTENT LES GERMES DE LEURS TARES CONGÉNITALES !

Visites de terrain, contacts tous azimuts, assemblées populaires, signatures de protocole d’alliance, la scène politique connait une brusque agitation liée à la volonté des acteurs de se positionner pour l’après-Transition. La CODEM de l’ancien ministre Housseyni Amion GUINDO, le PSDA de l’ancien conseiller à Koulouba Mr Ismaël SACKO et le parti Lumière du jeune Martin DIAWARA ne sont pas en reste de ces mouvements depuis quelques temps. Entendent-ils cheminer ensemble aussi pour se hisser au palais en 2022 au terme de cette Transition ? Un défi qui a peu de chance d’être relevé par cette alliance dont toutes les composantes ne pèsent pas le poids d’une mouche.

Il est clair qu’en dehors de la CODEM qui peut se targuer d’être un poids lourd, tous les autres n’ont pas une assises solide dans le pays. Ceux qui disposent d’élus sont peu nombreux. Seul le parti CODEM de l’ancien ministre Housseini Amion GUINDO dit Poulo peut revendiquer une place dans la cour des grandes formations politiques.

Au Mali depuis l’ouverture de la démocratie multipartite, les principales formations qui peuvent sa vanter d’avoir un leadership sont connues. C’est pourquoi beaucoup de Maliens reprochent au leader de la CODEM son engagement à composer avec des acteurs dont certains sont connus pour leur versatilité. Le cas du président du parti Lumière dépasse l’entendement. Le leader de cette jeune formation se révèle un piètre politicien. Il se comporte comme un prostitué sur la scène à travers ses aventures. Hier, avec le chef de file de l’Opposition Soumaila CISSE aux cotés de celui pour qui il avait battu campagne, il lui a fait un faux bond pour se retrouver, peu après, dans le cercle de la majorité présidentielle construite autour d’IBK. A la veille de la chute du régime, le jeune Martin DIAWARA a été aperçu dans un cercle où il était question de former une plateforme politique. Pour quel dessein ? Seuls les acteurs le savent.

Mais ce qui reste constant est que le leader qu’il veut incarner se révèle un piètre homme politique. C’est surtout à cause de ses fréquentations trop nombreuses et dans lesquelles il apparaît un inconsistant notoire. Quant au président du PSDA, même si l’on peut lui concéder sa fidélité dans l’engagement au sein de la défunte majorité présidentielle, le parti ne pèse pas. Le président est au début et à la fin. Seul Ismaël fait et défait tout dans ce parti, accusent les détracteurs qui fustigent le jeune leader pour ses ambitions démesurées et le populisme dont il fait toujours montre dans ses actions. Quant aux autres composantes de la plateforme, elles ne sont que des minuscules assoiffés de luxe et de privilèges. A peine certains d’entre elles arrivent à tenir régulièrement des assises. Leur existence se mesure seulement aux différents communiqués quand ils ont de la peine à organiser une conférence de presse.

Au Mali, il y a plus de deux cent partis politiques. Tous lorgnent vers les caisses de l’Etat notamment le financement public. Une aumône que l’Etat a décidé d’accorder aux acteurs pour leur permettre de jouer leur rôle ; tout leur rôle pour l’ancrage de la démocratie. Mais hélas, elles sont peu nombreuses les formations dignes du nom à respecter le contrat ou leur engagement. Si bien que l’on est tenté de demander à l’Etat de leur couper les vivres.

En vérité, certains membres de cette plateforme portent toujours les germes de leurs tares congénitales. C’est pourquoi on doute de l’avenir du groupe. L’Alliance Jiguiya Kura a peu de chance de survire dans le marigot politique ou les vrais acteurs se retrouvent pour balayer la voie à tous les aventuriers. L’ancien ministre Poulo est donc averti de choisir de partenaires crédibles. Son avenir politique et son émergence dépendent de son choix, si tant est que lui POULO veut aller loin et très loin.

LAYA DIARRA

By |2020-10-28T07:35:01+01:00octobre 28th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils