/, ACTUALITE, COVID 19, SANTÉ/CHU DE L’HOPITAL DU POINT G: LES THÉSARDS RÉCLAMENT 10 MOIS DE RISTOURNES

CHU DE L’HOPITAL DU POINT G: LES THÉSARDS RÉCLAMENT 10 MOIS DE RISTOURNES

Dans la matinée du lundi 19 octobre 2020, les internes en thèse au niveau du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) du Point G ont organisé un sit-in à l’entrée de l’hôpital pour réclamer leurs ristournes de dix (10) mois. Juste après, ils ont fait le tour de l’hôpital et sont venus se regrouper devant la Direction. Là, ils ont scandé des slogans : ‘’L’exploitation, l’injustice, l’insouciance, l’incompétence et le mensonge, nous n’en voulons plus. Tout ce que nous voulons, ce sont nos ristournes. Tout ce que nous voulons ce sont nos 500f / jour’’.

Aussi sur les banderoles on pouvait voir : « Les thésards du point G souffrent le martyre ». Leur coordinateur, Moustapha DICKO, a expliqué que les camarades sont considérés comme des étudiants non boursiers. Ce sont des étudiants qui ont validé la 6ème année et qui sont sur leurs thèses. Après la 6ème année, l’étudiant prend sa thèse. Il va la traiter avec un professeur dans un CHU, dans un CSRF ou dans une structure de santé. Selon le coordinateur ‘’depuis dans les années 1900, les étudiants percevaient une ristourne qui était de 125 FCFA par jour. Après des luttes cette somme a été augmentée de 125 f à 500 F par jour.  C’était en 2007. En ce temps c’était le docteur Chaka qui était le coordinateur national. C’est des gens qui se sont battus pour qu’on puisse augmenter cette somme’’.

Il a déclaré que les thésards c’est des étudiants qui souffrent énormément

C’est eux qui constituent la première barrière quand les malades viennent à l’hôpital. « Cette année nous étions en période de COVID19. Et durant toute cette période, les thésards sont restés à l’hôpital. Ils ne sont pas du tout rentés. Eux n’ont pas eu peur de la maladie. Nous avons combattu jusqu’au bout. Nous sommes toujours là chaque jour à partir de 07 heures 30. Le thésard vient ici et il ne rentre qu’à partir de 17 heures et une somme de 500 F lui est octroyée par jour en raison de 15 000 F par mois et de 45 000 F par trimestre ». Moustapha DICKO a indiqué : ‘’De janvier jusqu’à maintenant les thésards du CHU du Point G n’ont pas reçu une seul rond. Parmi nous il y a des responsables, des chefs de famille. Certains doivent payer leurs loyers. Le minimum c’est de 15 000 F ou plus. Nous avons reçu 0 FCFA cette année. Comment voulez-vous que les étudiants continuent à travailler dans ce sens ? Pour pouvoir bien travailler, il faut être bien physiquement, économiquement et mentalement aussi. Des médecins qui doivent faire des prises en charge, s’ils pensent à comment pouvoir manger le lendemain, est-ce que cela sera une bonne prise en charge’’ ?

Selon les explications du coordinateur,  les thésards ont eu à faire plusieurs démarches au sein de l’administration. Cette démarche a commencé depuis février

Le dossier qui a été acheminé au niveau de l’administration où le dossier a d’abord trainé au niveau du DGA qui disait qu’il n’avait pas de temps parce qu’il devait représenter l’administration dans les réunions de COVID 19. Le dossier a fait plus de deux mois à son niveau. A la fin, les étudiants ont été obligés d’aller voir le Directeur Général en personne. Finalement il a quitté le DGA pour aller chez le DG. Il est passé aussi chez le contrôleur financier. « Tout était bon, dira-t-il, mais maintenant le problème est que les thésards sont sur une ligne qu’on appelle les bi-appartenants. C’est sur cette même ligne que les professeurs sont payés. L’administration demande d’ouvrir un compte pour les bi-appartenants. Donc, on paye les professeurs et avec le reste du fonds, on paye les thésards. Normalement, dans le mémorandum, ce qui a été convenu, les thésards doivent être payés sur le fonds propre de l’hôpital ».

YOUSSOUF KONATE

By |2020-10-20T15:21:58+02:00octobre 20th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE, COVID 19, SANTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils