//CONVENTION DE LA JCI MALI : ABOUBACAR IDRISSA DICKO, NOUVEAU PRÉSIDENT NATIONAL

CONVENTION DE LA JCI MALI : ABOUBACAR IDRISSA DICKO, NOUVEAU PRÉSIDENT NATIONAL

La 25ème convention nationale de la Jeune Chambre Internationale du Mali s’est tenue à Bamako, du 23 au 25 octobre dernier. A l’issue des travaux de l’activité, les présidents locaux ont dévolu leur choix sur Aboubacar Idrissa DICKO pour assurer le poste de président national pour la mandature de 2021.

Après avoir porté sa « chaine présidentielle », au Centre International de Conférence de Bamako, le nouveau président national exprime : « La différence est une richesse qui n’apparait qu’aux esprits clairs. C’est en parfait accord avec cette dernière que nous envisagerons concilier nos différences pour créer de l’impact durable ». Très honoré de succéder à Moustapha, il affirme que ce dernier ne cesse de lui accorder son respect et son admiration.

« Notre rêve, dit-il, est de faire de la Jeune Chambre Internationale du Mali, une Organisation de référence de la Jeunesse malienne, une Organisation de référence dont les actions seront guidées par le Cadre JCI du Citoyen Actif, à impact positif et durable dans la communauté ».

Ce cadre, faut-t-il l’expliquer, est un outil de travail qui permet de réaliser un projet avec efficacité. Pour lui, cela ne saurait se faire sans des leaders outillés, des leaders bien formés, aussi bien à la meilleure connaissance de l’Organisation. Le mandat 2021, pour lui, se donne comme challenge de matérialiser cinq priorités : renforcer la cohésion au sein de la JCI, travailler à positionner la JCI-Mali dans le milieu associatif de la jeunesse malienne auprès des communautés et des partenaires en redorant son image, promouvoir la citoyenneté active au sein des organisations locales, promouvoir l’entrepreneuriat par la formation professionnelle, former les membres de la JCI et la communauté à travers l’institut national de formation de la JCI-Mali.

Natif de Tonka, dans la région de Tombouctou, et originaire de Gabéro, à Gao, Aboubacar Idrissa a connu le mouvement en 2009, grâce à un past-président national du nom d’Abdrahamane COULIBALY, à travers une Organisation universitaire (JCI Universitaire Espoir). Il sera intronisé en 2011, à la Jeune Chambre Internationale Bamako Elite, lors de la rentrée solennelle nationale (l’une des manifestations nationales de la JCI-Mali). Dès lors, il s’engage à participer à toutes les activités du mouvement entre 2009 et 2010. SADECK, PLAN-B, STRAGEGE, L’Homme du « Chiffre 5 », ne sont qu’une pierre jetée dans le fleuve des sobriquets qui lui sont attribués. Entre 2012 et 2013, le Stratège a occupé le poste de chargé de Croissance, et celui de la logistique de la rentrée solennelle nationale. Il va connaître son premier poste électif en tant que vice-président à l’Internationalisme chez les Elites en 2013. Conseiller juridique en 2014, les Elites ont jeté leur dévolu sur lui en 2015 pour assurer les tâches de vice-président exécutif de l’Organisation. Enfin, il va diriger la plus haute instance de son Organisation en 2017 comme Président Local. Le « PLAN-B » avait d’abord été Deputy-président Local en 2016.

Au sein de l’Organisation Nationale, il a occupé le poste de Vice-président national assigné à la Zone 3 (La zone la plus difficile, la plus rude et la plus reculée de la JCI-Mali), et l’an dernier, l’homme à plusieurs surnoms est chargé de gérer les Organisations des Zones 1 et 4 de la JCI-Mali en tant que Vice-président-exécutif national. Et, cette année, il assure le poste de deputy-national, dernier poste à occuper avant celui de la présidence nationale.

Comme distinction, il a obtenu entre autres les trophées ci-après : Meilleure Organisation locale, Meilleur projet Omoyari, Premier prix de l’efficacité 100%, et le titre du président de l’Organisation locale, la plus remarquable de la JCI-Mali en 2017.

Makan Fofana

By |2020-10-27T02:47:32+01:00octobre 27th, 2020|SOCIÉTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils