/, POLITIQUE/CRISE SOCIO-POLITIQUE AU MALI: LES DÉROBADES DE LA MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE

CRISE SOCIO-POLITIQUE AU MALI: LES DÉROBADES DE LA MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE

Depuis sept semaines, le Mali est confronté à une crise sociopolitique qui, non seulement met à mal le pouvoir d’Etat mais aussi, a eu un impact assez négatif sur la vie de la nation. Mais pour une gestion idoine et efficace de cette crise, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, semble esseulé dans la mesure où la majorité présidentielle qui est censée le soutenir et soutenir ses actions fait plutôt preuve de dérobades.

En effet, à bien observer les choses, on se ferait aisément à l’idée qu’actuellement, sous nos cieux, seul le M5-RFP défraie la chronique, à telle enseigne que la majorité présidentielle n’est devenue que l’ombre d’elle-même dans la mesure où elle n’en finit pas de s’illustrer par une inertie ponctuée d’un silence coupable. C’est eu égard à cette torpeur que nombreux sont les observateurs et autres analystes politiques qui s’accordent à se faire à l’idée que le Président de la République n’est certainement pas en odeur de sainteté auprès de ceux-là mêmes qui devraient le défendre pour l’aider à sortir le pays du labyrinthe dans lequel il se trouve englué.

A ENLEVER Mais en toute objectivité, quel que soit l’état de dégradation du climat entre le Président de la République et la majorité présidentielle, cette dernière a le devoir de sortir de sa torpeur et défendre les propositions de sortie de crise envisagées et annoncées par le Chef de l’Etat.Mais contrairement à ce devoir républicain qui lui incombe, la majorité présidentielle ne s’illustre que par des dérobades qui sous-entendent son indifférence face à la crise actuelle.

Or en réalité, elle, tout comme bon nombre de partis politiques qui se réclament aujourd’hui de l’opposition ou du M5-RFP, sont entièrement comptable de la mauvaise gouvernance qui est reprochée au Président IBK. D’aucuns parmi les observateurs se réjouissent du fait que la majorité présidentielle se soit enfin décidée à donner signe de vie, après avoir sombré dans une léthargie incompréhensible pendant près de trois semaines, alors que la crise sévit de toutes ses forces. Ce sentiment de satisfaction tient du fait que, pour la première fois, elle rencontrait le mardi 23 juin 2020 les leaders du M5-RFP, ce mouvement contestataire qui réclame la démission du Président IBK. D’ailleurs la rencontre en question n’a pratiquement rien donné et la mouvance présidentielle a continué à se plaire et à se complaire dans ses dérobades, laissant le Président de la République seul, face à l’adversité. Pendant près d’un mois, le camp de la majorité est resté silencieux et inactif malgré les nombreux tumultes que l’on constate dans l’arène politique en cette période charnière pour notre pays. C’est seulement le mardi 21 juillet 2020 que la majorité présidentielle a jugé utile de se réunir pour se prononcer sur les résultats de la médiation menée par la CEDEAO au Mali. Comme on pouvait s’y attendre, elle a tout simplement approuvé les recommandations faites par l’institution sous régionale. Si cela n’est pas ‘’le médecin après la mort’’ ça y ressemble beaucoup en tout cas. Au cours de cette rencontre, la majorité présidentielle affirme vouloir tendre la main à l’opposition, incarnée aujourd’hui par le M5-RFP, pour trouver une solution pérenne à la crise qui est en cours au Mali. A cet effet l’ancien ministre Amadou KOÏTA et non moins président du parti politique ‘’Yélenkoura’’ dira : « Nous lançons un appel à tous les acteurs, au peuple malien, pour qu’on se retrouve autour de la table, qu’on se retrouve pour un accord politique de rassemblement national proposé par le, qu’on se retrouve pour la mise en place d’un Gouvernement d’union nationale. Un Gouvernement qui sera adossé à cet accord, qui aura une feuille de route conforme aux Présidents de la République. Qu’on se retrouve pour la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale. Un Gouvernement qui sera adossé à cet accord, qui aura à son tour une feuille de route conforme aux résolutions du dialogue national inclusif ».

A la question de savoir, pourquoi la majorité présidentielle est presque invisible et presque inaudible depuis le début de la crise ? Un responsable de premier ordre de cette plateforme politique expliquera que les partis et groupements politiques de la majorité présidentielle malienne ont voulu, dans un premier temps, resserrer leurs rangs pour ensuite entreprendre des actions qui s’imposent et qui s’inscrivent dans la droite ligne de la défense des positions du Président de la République. Il ne se fait pas de doute que ce resserrement des rangs sera très laborieux dans la mesure où il est de notoriété publique que les fissures sont tellement profondes au sein de la majorité présidentielle, qu’elles pourraient finir par entrainer l’implosion pure et simple de cette plateforme politique. Et là, c’est une autre paire de manches.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-07-24T11:25:57+02:00juillet 24th, 2020|ACTUALITE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils