//DANS LES MEANDRES DU GRAND NORD MALIEN: CES HOMMES DE L’OMBRE QUI NEGOCIENT LE SORT DES OTAGES

DANS LES MEANDRES DU GRAND NORD MALIEN: CES HOMMES DE L’OMBRE QUI NEGOCIENT LE SORT DES OTAGES

On le sait depuis la libération de Soumaila Cissé, dans le grand nord malien, il y a des hommes incontournables dès qu’il s’agit de négocier le sort des otages aux mains des terroristes. Parmi ces hommes de l’ombre, figure Moustapha Limam Chafi, un Mauritanien très aux faits des arcanes djihadistes, et ancien conseiller spécial de Blaise Compaoré, réputé pour ses réseaux au sein des groupes djihadistes dans le nord du Mali, ayant déjà été impliqué dans plusieurs dossiers de libérations d’otages occidentaux au Sahel. Mais pas que lui, il y a aussi des négociateurs locaux et des officiers du Renseignement très efficaces et discrets !

Pour le cas Soumaila Cissé, il y a celui qui a été recommandé l’ex-Premier ministre Boubou Cissé par Moustapha Limam Chafi, en l’occurrence Chérif Ould Attaher, un Arabe du Tilemsi et ex-membre du Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), ayant lui aussi pris part à plusieurs négociations pour faire libérer des otages ces dernières années. Un autre notable touareg très connu dans le milieu, Ahmada Ag Bibi, ex-député de Kidal, qui connaît très bien Iyad Ag Ghali depuis les années 1990 et qui a déjà joué un rôle dans les négociations pour la libération des otages d’Areva et de Vinci, enlevés en 2010 au Niger. Parmi les officiers du Renseignement malien qui ont joué un rôle clé dans la libération de Soumaila Cissé et de Sophie Mariam Pétronin, il y a le colonel Mamadou Lamine Konaré, alors conseiller du Premier ministre sur les questions de renseignement, le colonel Ibrahima Sanogo, alors chef du renseignement antiterroriste à la Direction Générale de la Sécurité d’Etat (DGSE).

Mais le plus célèbre de ces officiers de Renseignement dont on ne parle pas beaucoup, c’est le Colonel-major Lassine Doumbia, ex-patron de la DGSE, à qui revient tout le mérite de la libération de Soumaila Cissé et de Sophie Pétronin !

Il a certes fait un bref passage à la tête de la Direction Générale de la Sécurité d’État (DGSE), mais non sans avoir laissé son emprunte à travers la libération de Soumaila Cissé. Discrétion dans l’efficacité, en voilà bien une qualité qui caractérise ce travailleur de l’ombre. Dès son arrivée à la tête de la DGSE, l’homme avait inscrit dans son agenda la libération du chef de file de l’opposition. Et sans trop tergiverser sur le sujet, Il mettra aussi tôt en branle sa troupe avec à sa tête le chef des opérations, en l’occurrence le Colonel Sanogo, salué à juste titre par l’otage Soumaila  Cissé lui-même dans ses tous premiers propos après sa libération. Durant tout le processus, le Colonel-major Lassine Doumbia n’a ménagé ni son temps, ni ses efforts avec des moyens matériels et financiers à la clé.

Il ira jusqu’à mettre en branle ses propres réseaux de relations humaines pour faire face aux questions financières pour faire aboutir cette mission combien noble et exaltante

Le Colonel Doumbia a parachevé avec brio l’œuvre entamée par ses prédécesseurs, en ayant à l’esprit que l’administration est une continuité, rétablissant ainsi en sa manière, l’honneur et la dignité du Mali qui avaient été souillés pendant 6 mois à cause de cette prise en otage rocambolesque du président de l’URD, et qui avait mis en émoi tout le peuple malien, et mêmes des peuples africains ! L’ex-Président IBK avait jeté les bases de cette libération en mettant en place une cellule  chargée de nous ramener notre Soumi, et les hommes dont parle ici ont mis toutes leurs intelligences et énergies pour que cela soit. Et revoilà « Soumi Champion » parmi nous, au grand bonheur du peuple fier du Mali !

 

MAIMOUNA DOUMBIA

By |2020-10-14T14:20:19+02:00octobre 14th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils