//ENIEME INCENDIE AU GRAND MARCHE DE BAMAKO : PLUSIEURS BOUTIQUES PARTIES EN FUMÉE

ENIEME INCENDIE AU GRAND MARCHE DE BAMAKO : PLUSIEURS BOUTIQUES PARTIES EN FUMÉE

Problème de civisme ou désintérêt total des autorités ?

Un incendie dévastateur s’est déclaré au grand marché de Bamako pour une énième fois dans la nuit lundi à mardi 27 octobre 2020 aux environs de minuit. D’importants dégâts matériels ont été enregistrés. Plusieurs boutiques et kiosques de détaillants sont partis en fumée.

Aussitôt informé du sinistre, le Ministre de l’Industrie du Commerce et de la Promotion des Investissements, Monsieur Harouna NIANG, en compagnie du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, Monsieur Youssouf BATHILY, se sont rendus sur les lieux vers 02 heures du matin pour constater les faits. Le spectacle désolant qu’offraient hier matin le site et les commerçants victimes de l’incendie, étaient intenables.

Le Ministre Harouna NIANG, au nom du Président et du Premier ministre, Chef du Gouvernement, et de l’ensemble des membres du Gouvernement, leur a apporté la compassion des autorités de la transition. Pour l’instant les causes de cet incendie ne sont pas connues, une enquête a été ouverte à cet effet comme d’habitude. Espérons qu’elle aboutisse cette fois-ci. A plusieurs reprises, les commerçants du grand marché de Bamako sont victimes d’incendie. Et à chaque incendie des magasins sont réduits en cendre. Ainsi plusieurs centaines de millions partent en fumée. Ces incendies répétitifs sont-ils dus à l’incivisme des occupants du marché ou l’inscience de nos autorités ?

Chaque fois que le marché prend feu, on parle de branchement anarchique des fils électriques dans les boutiques. Même si la cause de l’incendie n’est pas encore connue, cette option n’est pas écartée. Aussi l’occupation illégale des passages par les commerçants détaillants est l’une des difficultés qui empêche les sapeurs-pompiers à intervenir le plus rapidement possible. Les véhicules de la protection civile ne peuvent accéder à l’intérieur faute d’accès.

L’une des fautes incombe à nos autorités qui parlent d’enquête. Et les enquêtes n’aboutissent jamais. Même si les enquêtes aboutissent, le rapport final ne sert à rien puisqu’on ne révèle pas la cause de l’incendie. Seulement, on produit le rapport et on ne dit plus rien aux occupants des lieux.

Le Ministre Harouna NIANG a signalé que « les policiers et les pompiers ont pu maintenir la situation grâce à leur intervention rapide. Ils ont pu éteindre le feu et grâce à Dieu il n’y a eu aucune perte de vie humaine. Par contre il y a eu beaucoup de dégâts matériels. Certains ont perdu leurs boutiques ». Il a affirmé : « Nous ne savons pas encore la cause de l’incendie. Une enquête sera ouverte pour savoir ce qui a réellement causé cet incendie. Ce que je peux dire, nos marchés surtout le grand marché sont saturés ».

Monsieur NIANG estime que cette situation peut provoquer ce genre de drame parce que ce n’est pas la première fois que cela arrive. Nous allons chercher des solutions pour mettre fin à ce genre d’incendie. Et cela n’est pas réalisable sans des constructions modernes. Reprendre toute la construction. Nous allons voir comment aider ceux qui ont perdu leurs marchandises ».

Le président de la chambre de commerce et d’industrie du Mali, Youssouf BATHILY a expliqué : « Il y a à peu une vingtaine d’années, chaque fois, ce marché prend feu. Il a été incendié une, deux, trois fois. Et à chaque fois les autorités produisent des rapports qui ne servent à rien. On ne nous dit pas que c’est à cause des branchements ou des occupants. Et cela ne peut pas continuer ». Selon lui ‘’C’est difficile et ceux qui ont perdu leurs marchandises vont dormir comment ? Si nos seuls revenus partent en fumer, que feront nos familles ?’’

Etant sur place avec monsieur le Ministre, le président du CCIM, Youssouf BATHILY a déclaré : « Puisque monsieur le ministre est sur place, il faut qu’on trouve une solution et mette fin à ces incendies répétitifs. N’eût été la bravoure des policiers et sapeurs-pompiers, si le feu avait atteint les kiosques, les sept (07) immeubles qui entourent ce marché seraient aussi incendiés. Dans ce cas, personne ne pourrait évaluer ce dégât. Et c’est le pays qui perd ainsi. Nous demandons au ministre de chercher des moyens pour la modernisation des marchés du Mali, pas seulement les marchés de Bamako ».

YOUSSOUF KONATE

By |2020-10-28T08:17:42+01:00octobre 28th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils