/, SOCIÉTÉ/ENTRAVES AUX DROITS DES DETENUS DU COUP D’ETAT: ME MOCTAR MARIKO DENONCE UN ABUS

ENTRAVES AUX DROITS DES DETENUS DU COUP D’ETAT: ME MOCTAR MARIKO DENONCE UN ABUS

Les défenseurs des Droits humains dénoncent les entraves au droit à la visite des personnalités détenues après le coup de force du 18 août 2020. Dans un communiqué publié le 21 septembre 2020, le Président de l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) s’insurge contre l’attitude de la junte du CNSP. Celle-ci hésite à accorder à son organisation l’autorisation de rendre visite aux personnalités détenues pour s’enquérir de leurs conditions. Lisez :

Situation des détenus du Coup d’État : L’AMDH demande à rendre visite aux détenus. Une délégation conduite par son président Me Moctar MARIKO s’est rendue à la garnison militaire de Kati, le mardi 1er septembre 2020. C’était pour s’enquérir des conditions de détention des personnalités militaires et civiles arrêtées suite aux événements du 18 août 2020. En effet, des personnalités civiles et des généraux de l’armée arrêtés le 18 août 2020 sont toujours détenus par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP).

De l’avis des membres du CNSP, ces détenus seraient bien traités et recevraient la visite de leurs parents. Cependant, l’AMDH n’a pu accéder à eux

Ainsi, le 02 septembre 2020, elle a transmis au CNSP une demande. Mais, malgré cette lettre reprise le 18 septembre 2020, elle n’est toujours pas autorisée à exercer ce droit. Or, cette détention est faite en violation des textes nationaux et internationaux. En attendant d’être autorisée à les visiter, l’AMDH exhorte les membres du Comité National pour le Salut  du Peuple (CNSP) à réserver à toutes ces personnes un traitement humain, un traitement non dégradant comme le stipulent les engagements internationaux du Mali. L’AMDH recommande également que les militaires détenus soient rapidement jugés s’ils sont présumés auteurs d’infraction et qu’ils soient confiés à des structures d’accueil prévues à cet effet et ce, conformément aux dispositions pertinentes de l’article 31 alinéa 2 de la loi n°055 du 16 décembre 2002. Aussi, dans la même perspective, l’AMDH exhorte le CNSP à remettre les détenus civils à la disposition de la justice ou tout simplement à les libérer. « L’AMDH reste attentive à l’évolution de la situation générale », explique le Président de l’AMDH Maître Moctar MARIKO.

LAYA DIARRA

By |2020-09-23T15:43:59+02:00septembre 23rd, 2020|ACTUALITE, SOCIÉTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils