//ENTREE DE LA CMA DANS LE GOUVERNEMENT: QU’EST-CE QUI A FAIT CHANGER D’IDEE LES PRINCES DE KIDAL ?

ENTREE DE LA CMA DANS LE GOUVERNEMENT: QU’EST-CE QUI A FAIT CHANGER D’IDEE LES PRINCES DE KIDAL ?

Si la junte du colonel Assimi Goita avait eu maille à partir avec la Coordination des Mouvements de l’Azawad lors des assises de la concertation nationale, les choses semblent avoir évolué depuis, vu que la CMA, qui avait jusqu’ici refusé toute idée d’entrée dans les gouvernements précédents, est présente dans l’équipe gouvernementale de Moctar Ouane. Qu’elle garantie a alors été donnée aux responsables de la CMA pour qu’ils changent d’idée ?

En attendant, qu’est-ce qui avait amené la CMA à bouder les concertations nationales ? Dans une déclaration en date du 4 septembre, la CMA avait en effet tenu à faire une mise au point résumant sa vision du moment sur la tenue de ces concertations et les autres aspects y afférents. C’est d’ailleurs partant de ce principe, a-t-on souligné dans ladite déclaration, qu’elle avait demandé une rencontre de haut niveau plus structurée qui devrait jeter les jalons de la collaboration présente et future entre elle et tous les acteurs en charge de la mise en œuvre de la transition et de cerner d’un commun accord les points d’achoppement pour une sortie durable de crise, singulièrement les premières esquisses initiées sous forme de concertations nationales. Et de rappeler que la CMA a toujours défendu l’idée de la nécessité de réformes générales et urgentes au Mali dans le but de poser les fondements d’un Mali nouveau à travers des institutions étatiques plus inclusives et plus représentatives au service exclusif des citoyens. Après avoir réaffirmé son engagement à collaborer de bonne foi et de manière constructive avec tous les partenaires notamment le CNSP, la CMA s’est par la suite dite désolée de constater en première approche que :

La politique des décisions unilatérales qui avaient presque gagé la mise en œuvre de L’Accord issu du processus d’Alger avec les gouvernements précédents restent de rigueur ; 2. Les mesures de confiance nécessaires à la construction d’un partenariat pour des responsabilités partagées ne semblent pas d’actualité ; 3. La programmation de la réunion de concertation qui avait été décidée d’un commun accord a été reportée sine die sans justifications convaincantes ; 4. Les calendriers établis pour des concertations d’une importance capitale laissent apparaitre un dilettantisme peu rassurant. Et de souligner dans sa déclaration : « Au vu de ce qui précède, la CMA ne saurait ni cautionner, ni accompagner aucun processus qui ne soit au préalable issu des concertations participatives et consensuelles. Toutefois, la CMA tout en restant ferme sur ses positions ci-dessus énumérées renouvelle sa disponibilité à asseoir un dialogue franc et sincère avec tous les acteurs ».

Des concertations nationales à la formation du gouvernement Moctar Ouane, qu’a donc pu faire fléchir les princes de Kidal ? On sait que ce qui leur tienne à cœur est la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Ont-ils eu des garanties dans ce sens ? Si oui de quoi s’agit-il ? Une chose est claire, l’accord d’Alger en l’état ne peut être mis en œuvre sans une révision préalablement demandée par les maliens. Chose que refuse pour le moment la CMA ! Puisse le bon sens les guider pour que notre pays retrouve la paix !

By |2020-10-09T10:44:12+02:00octobre 9th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils