/, SÉCURITÉ/L’ARMÉE MALIENNE À BAMBA VISÉE PAR LES GROUPES TERRORISTES

L’ARMÉE MALIENNE À BAMBA VISÉE PAR LES GROUPES TERRORISTES

BILAN : 21 MILITAIRES TUÉS, LE CAMP ENTIÈREMENT DÉTRUIT ET DES MATÉRIELS EMPORTÉS

La République a de nouveau essuyé un coup sévère. Hier lundi 06 avril 2020, aux environs de 05 heures du matin, le poste militaire de Bamba, dans la région de Gao a été attaqué par un groupe terroriste lourdement armé. Le bilan de cet assaut criminel est lourd : plusieurs militaires tués, d’énormes dégâts en matériels sur le champ de l’attaque et d’autres emportés par les assaillants. La source qui révèle ce sinistre parle aussi de renfort dépêché sur les lieux.

Selon une autre source, ce sont les populations qui ont fait le décompte des victimes le matin. Il y aurait également plusieurs militaires portés disparus à la suite. Comment un pareil désastre aura pu survenir dans une zone confrontée à la menace des terroristes ? Surtout, ceci n’est pas un premier revers de l’armée sur le front. De telles attaques ont été subies à plusieurs reprises.

Aujourd’hui, personne ne connait avec exactitude combien de fois des camps et des postes de sécurité sont attaqués par des groupes terroristes. Chaque fois, l’arme utilisée par les assaillants a été la surprise. Comment l’armée ne tirerait-elle pas leçons de cette guerre que des trafiquants et autres obscurantistes lui opposent depuis des années. Triste bilan : on peut citer l’assaut mené contre le poste de Nampala et Diabaly. Ce n’est pas tout: dans la région de Mopti, l’on a tué de nombreux militaires dans des assauts dirigés contre différents camps : Mondoro, Boulikessy. Avant Bamba, c’étaient l’embuscade de Tabankot puis l’assaut sur le camp de Tarkint seulement quelques semaines.

L’assaut a été mené par des hommes lourdement armés et les combats auraient duré plus de deux heures selon les sources. IBK, le gouvernement et les officiers maliens doivent se réveiller

Là, l’armée a perdu plusieurs hommes. Des sources parlent de plus de vingt morts dans l’attaque de Tarkint. Quant aux actes isolés sur le terrain, on ne peut donner de bilan sur des morts ni des blessés, encore moins des dégâts matériels. Le constat est établi que les attaques se multiplient et c’est le peuple malien qui paie le prix fort à travers les nombreuses pertes en vies humaines et les dégâts matériels. Ces pertes sont subies à la fois par l’armée et les pauvres populations civiles.

Ce crime de Bamba intervient dans un contexte d’élection des députés à l’Assemblée Nationale. Il intervient aussi à une période où est séquestré le chef de file de l’opposition, président de l’URD. Monsieur Soumaila CISSÉ est dans les mains d’hommes armés non identifiés. Alors, nous ne nous sommes pas trompé donc quand, dans une de nos parutions de la semaine dernière, nous titrions : le « Mali plonge dans l’horreur ».

Le camp de Bamba est situé à 220 km à l’est de Tombouctou et à 250 km au nord-ouest de Gao. L’assaut a été mené par des hommes lourdement armés et les combats auraient duré plus de deux heures selon les sources. IBK, le gouvernement et les officiers maliens doivent se réveiller.

Sinon la chute peut être fatale pour tout le monde.  

LAYA DIARRA

LIRE AUSSI: SECURITE AU CENTRE : LES FAMA RÉCUPÈRENT DES VIVRES, DU MATÉRIEL ET DES SUSPECTS

 

 

 

By |2020-04-06T23:38:28+02:00avril 6th, 2020|A LA UNE, SÉCURITÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils