/, SÉCURITÉ/LE GENERAL SALIF TRAORE SUR L’UTILISATION DE LA FORSAT CONTRE LES MANIFESTANTS DU M5-RFP: “LA FORSAT N’A PAS A INTERVENIR DANS CE TYPE DE SITUATION, SAUF S’IL Y A UNE MENACE TERRORISTE”

LE GENERAL SALIF TRAORE SUR L’UTILISATION DE LA FORSAT CONTRE LES MANIFESTANTS DU M5-RFP: “LA FORSAT N’A PAS A INTERVENIR DANS CE TYPE DE SITUATION, SAUF S’IL Y A UNE MENACE TERRORISTE”

C’est en ces termes que le ministre sortant de la Sécurité, de la Protection Civile, le Général Salif Traoré a levé toute équivoque sur l’utilisation de la FORSAT (Force Antiterroriste) contre les manifestants du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) du 10 au 12 juillet 2020. Pourtant, la création de ladite force est le fruit de ses initiatives lorsque les terroristes ont commencé à s’attaquer à la capitale malienne (Bamako). Qui d’autre est mieux placé pour dire le contraire ?

Depuis plus d’une dizaine de jours, l’utilisation de la FORSAT (Force Antiterroriste) contre les manifestants du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP)  fait beaucoup de bruit tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali. La personne la mieux indiquée sur ce sujet est finalement sorti de son silence. Il s’agit du Général Salif Traoré, ministre sortant de la Sécurité et de la Protection Civile dont la FORSAT est créée de ses initiatives pour sécuriser les maliens dans un contexte bien précis. Donc, acceptant de se prononcer sur l’utilisation de la FORSAT contre des manifestants civils non armés, le Général Salif Traoré a éclairé la lanterne des populations sur cette affaire qui défraie la chronique depuis plus d’une quinzaine de jours. Car, cette répression des manifestations n’a fait  qu’envenimer les choses. Dans un entretien accordé au journal français “Le Point.fr” l’ex-ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif TRAORE, a balayé d’un revers de main l’implication de la FORSAT dans les récentes tueries à Bamako.

“La FORSAT n’a pas à intervenir dans ce type de situation, sauf s’il y a une menace terroriste. Bien que pas en fonction, je n’ai pas entendu qu’il y avait une attaque terroriste ou une menace terroriste attendue. C’est dans ce cas seulement que l’on aurait vu les éléments de la FORSAT”, a-t-il laissé entendre. “Il ne faut pas faire de confusion entre les unités. La FORSAT n’avait pas vocation à être là”, a-t-il indiqué.

Des révélations du Général Salif Traoré sur ces événements !

Toujours lors dudit entretien, l’ex-ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré, doute que les forces spéciales antiterroristes aient réprimé les manifestations du 10 au 12 juillet 2020. “Dans l’atmosphère de tensions qui prévaut actuellement au Mali, l’intox pourrait être de la partie”. C’est en tout cas ce qui ressort des déclarations du Général Salif Traoré, ex-ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile du Mali. “Après des indications sur les circonstances et la manière dont les forces spéciales antiterroristes dites FORSAT ont été constituées, la logique qui me fait penser que, derrière l’information impliquant la FORSAT dans la répression des manifestations inspirées par le Mouvement du 5 juin (M5-RFP), l’alliance qui défie le pouvoir dans la rue, il pourrait y avoir de la manipulation politique”, a-t-il signalé.

Pourquoi les FORSAT ont-elles été créées ? Quelles sont leurs prérogatives ? En réponse à ces questions, le Général Salif Traoré n’a pas fait de détour. “Le Mali, ces dernières années, a subi plusieurs attaques terroristes. Une première au Byblos, à Sévaré, en 2014, au restaurant la Terrasse ici à Bamako ensuite, à l’hôtel Radisson et enfin, peu de temps après que l’on me nomme ministre. L’attaque du Radisson nous a montré qu’il y avait des soucis de coordination. Nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas d’éléments spécialisés pour ce type d’intervention. Certes, nous en avions un embryon au niveau de la Gendarmerie, le PIGN (Peloton d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) formé par les Français et les Américains. C’est d’ailleurs lui que nous avons projeté jusqu’à Sévaré et lors de l’attentat de la Terrasse. Sinon, toutes les forces intervenaient. Très rapidement donc, nous avons fait ce constat et sommes arrivés à la conclusion qu’il fallait mettre en place une force nouvelle. C’est à ce moment que le concept de Force spéciale antiterroriste est arrivé. Nous avons pris, pour la créer, les embryons des forces spéciales qui sont dans les trois corps que sont la Police Nationale, la Gendarmerie Nationale et la Garde Nationale. Les 30 éléments sélectionnés dans chacun d’eux ont été formés pour devenir une force spéciale antiterroriste capable de gérer spécifiquement tous types d’attaques terroristes”, a-t-il évoqué comme raisons de la création de la FORSAT.

Sur l’utilisation de la FORSAT, le ministre a été clair. “De rares fois. Elle a été utilisée dans la lutte contre le grand banditisme quand des nids criminogènes sont identifiés et que les informations indiquent qu’il y a des bandits armés et très dangereux. Également, si une force classique rechigne à y aller. Donc, si nous n’avons pas assez d’éléments de la BAC (Brigade anti-criminalité) pour aller traiter ce genre de problèmes, il est arrivé quelques rares fois que l’on mette en appui une unité de la Forsat pour aller cueillir ces bandits. Ils interviennent aussi dans le centre et le nord du pays. La Forsat est une unité qui peut être projetée très rapidement”, a-t-il expliqué.

La Forsat, lorsqu’elle est en opération, a-t-elle l’autorisation de neutraliser systématiquement, de tuer tout ennemi potentiel ?

Le ministre répond par non ! “La Forsat et les forces de sécurité en général ne sont amenées à tirer pour neutraliser que s’il y a danger de mort, pour protéger la vie de quelqu’un ou quand il n’y a pas d’autres moyens. Personne n’est autorisé à tuer inutilement. Lorsqu’on veut démanteler un groupe sur le terrain, en attraper les membres est toujours mieux pour nous puisqu’après le débriefing, nos services peuvent en apprendre davantage. Il n’y a aucune unité qui est créée, formée entraînée pour seulement tuer”, a-t-il précisé. Concernant l’autorité directe de la FORSAT, il a dit que depuis la création de la FORSAT, l’autorité directe de cette force est le ministre de la Sécurité Intérieure. Celui-ci a toujours un conseiller technique chargé des opérations. Il est un peu la courroie de transmission entre la force et le ministre, a-t-il ajouté.

 Boubacar DIARRA

By |2020-07-27T09:27:55+02:00juillet 27th, 2020|A LA UNE, SÉCURITÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils