/, ACTUALITE, ANALYSE/LE RPM FACE AU RISQUE D’UNE DEGRINGOLADE APRES LE REGNE D’IBK: DR BOCARI TRETA ET AUTRES DU COMITÉ EXÉCUTIF SONT-ILS PRÊTS À OUBLIER LES FRUSTRATIONS POUR SAUVER LES MEUBLES ?

LE RPM FACE AU RISQUE D’UNE DEGRINGOLADE APRES LE REGNE D’IBK: DR BOCARI TRETA ET AUTRES DU COMITÉ EXÉCUTIF SONT-ILS PRÊTS À OUBLIER LES FRUSTRATIONS POUR SAUVER LES MEUBLES ?

Un risque d’explosion pèse sur le parti du tisserand (RPM) après le règne du mentor IBK. Cet avis est partagé par des observateurs de la scène politique qui ne s’attardent d’ailleurs pas à donner des explications sur les ingrédients qui peuvent conduire à cette situation déplorable pour la famille politique d’IBK. Si le RPM a pu tenir sur le landerneau malien, aux dires de certains, cela est à mettre à l’actif de l’ex-président de la République.

Mais le président fondateur a péché, il faut l’avouer par sa propension à défendre un clan construit autour de son fils Karim KEITA. Pour quel but ? Personne ne sait, mais ne dit-on pas dans les coulisses, que le président fondateur du RPM, en la personne d’IBK, a été à la base des manœuvres qui avaient conduit à donner le perchoir de l’Assemblée nationale au jeune TIMBINE ? Une situation qui n’a pas été sans faire des frustrés au sein du RPM où tout le monde sait que le questeur sortant et député élu à Dioila convoitait le poste.

Bien que perçu comme le plus grand bailleur de fonds du RPM, lors du renouvellement de la section V RPM en 2019, DIARRASSOUBA Mahamadou avait été écarté. Amadou OUATTARA aussi avait subi le même sort

Ce Maire, jusqu’à cette phase responsable de la section V, a été isolé sous l’instigation du jeune Moussa TIMBINE. Il n’a pas digéré cette humiliation infligée par le président du bureau national des jeunes du RPM. C’est pourquoi les analystes sont unanimes à soutenir que le danger qui guette le RPM ne peut être conjuré que par une implication forte de certaines figures de premier plan. Il faut qu’ils acceptent d’oublier les frustrations et autres coups de trahison de la part des camarades dont la volonté était de parvenir à contrôler le parti. Dans le lot, il y a d’abord le Président actuel du Comité Exécutif national Dr Bocari TRETA ensuite d’autres comme l’ex-député élu à Dioila Mahamadou DIARRASSOUBA et Amadou OUATTARA actuel Maire de la Commune V du District de Bamako. Voire également l’ex-président de l’Assemblée et député élu en commune V Moussa TIMBINE qui doit faire amende honorable. Ce dernier est indexé comme le premier coupable de l’atmosphère délétère qui s’est instaurée en commune V. Le jeune TIMBINE, pour réaliser ses ambitions politiques, a travaillé à neutraliser les deux cadres : TRETA ET OUATTARA. Une fois réélu député, il pousse plus le clou en neutralisant tous les adversaires potentiels.

Moussa est arrivé à ses fins mais aujourd’hui le RPM vit une toute autre réalité : le président fondateur est réduit au silence

Moussa a lui aussi vécu des moments agités. Il a été trimballé par la junte militaire qui l’a élargi après une forte pression de l’intérieur et de la CEDEAO.  Quel avenir pour le RPM après toutes ces épreuves ? Ces conditions seraient trop difficiles pour la famille IBK. Il faut que les cadres oublient les frustrations et autres trahison dont ils ont été victimes et se consacrer à sauver le parti. En cela le président actuel Dr TRETA, l’ex-député questeur Mahamadou DIARRASSOUBA et d’autres du RPM sont interpellés. Vont-ils agir dans le sens souhaité par Me GANO, Secrétaire général du Bureau politique National qui, dans un entretien en marge des journées de Concertations nationales, disait ceci :  Le RPM va continuer de tenir dans sa marche pour s’imposer en vue de garder sa position de leader parmi les forces politiques sur lesquelles les Maliens peuvent compter.

C’est un défi auquel le RPM peut s’attaquer mais le relever implique des tours et des tours de magie.

LAYA DIARRA

By |2020-10-22T16:00:52+02:00octobre 22nd, 2020|A LA UNE, ACTUALITE, ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils