/, ACTUALITE, INTERVIEW/LES TEMOIGNAGES DE BOUBACAR SALIF TRAORE, DIRECTEUR DE AFRIQUE-GLOBE SUR LE FUTUR PRESIDENT DE LA TRANSITION AU MALI: « BAH N’DAOU EST RECONNU COMME ETANT UNE PERSONNE INFLEXIBLE »

LES TEMOIGNAGES DE BOUBACAR SALIF TRAORE, DIRECTEUR DE AFRIQUE-GLOBE SUR LE FUTUR PRESIDENT DE LA TRANSITION AU MALI: « BAH N’DAOU EST RECONNU COMME ETANT UNE PERSONNE INFLEXIBLE »

Le Lundi dernier, Boubacar Salif TRAORE, Directeur de Afrique-globe était l’invité de la chaine TV5 monde pour faire le portrait du nouvel homme fort du pays désigné à la veille de l’indépendance du Mali. Un choix qui intervient à quelques heures de l’expiration des délais donnés par la CEDEAO. Suivez l’intégralité de l’entretien. TV5 Monde: Boubacar Salif TRAORE Bonsoir, vous êtes spécialiste et bon connaisseur de l’armée malienne. Qui est Bah N’DAOU l’homme désigné président de la Transition au MALI pour les 18 prochains mois ?

Le colonel Bah N’DAOU est un pilote qui a suivi ses formations en France et en URSS. Il a occupé des postes de commandement notamment chef d’Etat-major de l’armée de terre, Directeur de Génie militaire et surtout aide de camp de l’ancien président le Général Moussa TRAORE et récemment ministre de la Défense du président IBK.

TV5Monde : Comment définiriez-vous son parcours ?

Son parcours est assez classique. C’est un parcours riche au cours duquel il a démontré ses qualités d’homme intègre. A partir de là, il a su démontrer à l’ensemble des Maliens qu’il avait certaines valeurs à défendre

TV5Monde : Bah N’DAOU est notamment connu pour avoir démissionné quatre fois, s’agit-il d’un homme de dialogue ou d’une personnalité inflexible ?

Il est connu comme une personne inflexible parce que ces démissions ont eu liées aux discussions avec le pouvoir chaque fois qu’il n’était pas d’accord. Mais cette fois-ci c’est totalement différent. Il a l’obligation d’y rester parce qu’il se trouve à la tête d’un pays. Il doit développer ses talents de négociateur.

TV5Monde : Dispose-t-il d’une opinion favorable au sein de la population malienne?

Oui ! C’est-à-dire la sortie de la crise qui a conduit au coup d’Etat, les Maliens avaient surtout besoin d’un homme doté d’une bonne moralité. Donc sa nomination a été très bien saluée par l’ensemble des Maliens. Aujourd’hui ce que les Maliens craignent, c’est justement certaine militarisation de la Transition. Sinon l’homme fait preuve d’unanimité au sein de la population malienne concernant ses valeurs morales.

TV5Monde : La vice-présidence qui sera occupée par le colonel Assimi GOITA, Est-ce à dire que les civils n’auront pas leur place pour cette Transition au Mali

Il faut reconnaitre qu’on a une dimension importante des militaires, mais aujourd’hui l’enjeu qui a été mis en avant est sécuritaire. Tout le pays est conscient qu’il y a un problème  très important lié au terroriste. Au moment où il était à la défense, il y a eu la signature de l’accord de défense avec la France. Donc il connait un peu le sujet parce qu’il n’est pas resté longtemps à son poste.

TV5 Monde : Bah N’DAOU et Assimi GOITA, comment les rôles vont pouvoir être partagés ?

Selon la CEDEAO, il s’agit d’un poste qui n’aura pas grand-chose à dire. Toutes les décisions à prendre reviendront au président de la Transition qui est une personne qui ne va pas subir des pressions car elle ne va pas se laisser faire. C’est quelque chose d’assez positif.

TV5Monde : La CEDEAO a exigé des civils pour prendre la tête de cette Transition, alors ces nominations DU JOUR  ne vont-elles pas créer des distanciations entre le MALI et la CEDEAO ?

Je ne le pense pas car la CEDEAO a été très respectée dans ce processus. Vous savez qu’elle avait donné un ultimatum de quinze jours, aujourd’hui on a doté le Mali d’un président civil ancien militaire et dans les heures qui suivent nous allons avoir aussi un premier ministre civil.  Je pense que la CEDEAO est complètement satisfaite.

TV5Monde : Qu’en est-il pour le mouvement contestataire M5-RFP qui s’est levé contre l’ancien président de la République ?

Le M5RFP a participé à la désignation du président de la Transition. Il faut rappeler que c’est un collège qui s’est réuni et la plupart des autres organisations ont eu un représentant, le M5 arrive en deuxième position et  le CNSP à la première avec cinq représentants. Il faut reconnaitre que le M5 reste un mouvement actif et très important au sein de ce dispositif.

TV5Monde : Pourtant ils avaient émis  certain doute notamment contre la charte qui fut approuvée, faut-il craindre d’autres manifestations de la part du mouvement de contestation ?  

Ces manifestations ne sont pas à exclure car il faut comprendre que le peule joue désormais le rôle de vigile. En dehors de ça, je pense que le processus ne peut pas aller sans le M5-RFP et la junte l’a bien compris et ce mouvement aura évidemment une place assez importante dans le futur dispositif.

TV5Monde : Avec Bah N’DAOU  à la tête de la Transition, pour ce qui concerne le sahel, pourra-t-il évoluer et se rapprocher de Moscou ?

Il y a des personnes qui mélangent les choses c’est-à-dire  l’URSS n’est la Russie d’aujourd’hui. Des personnes se rappellent les bons souvenirs des relations entre l’URSS et la Mali car à l’époque, il y avait une coopération militaire assez dynamique où les équipements venaient de ce pays. Aujourd’hui le contexte géopolitique a profondément changé et je crois que les nouvelles autorités vont faire preuve de pragmatisme. Quoi que l’on dise, il est très difficile pour d’autres forces de se déployer à la dimension de Barkhane.

Transcrit par Ben Chérif  

By |2020-09-23T15:25:48+02:00septembre 23rd, 2020|A LA UNE, ACTUALITE, INTERVIEW|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils