/, INTERVIEW/L’IMAM DICKO SUR OUVERTURE MEDIA: “ SINCÈREMENT LA DÉMISSION DU PRESIDENT N’EST PAS LA SOLUTION”

L’IMAM DICKO SUR OUVERTURE MEDIA: “ SINCÈREMENT LA DÉMISSION DU PRESIDENT N’EST PAS LA SOLUTION”

À la fin de la semaine dernière, le respecté imam Mahmoud Dicko, autorité morale du mouvement du 05 juin (M5– RFP) reconnait à travers une interview accordée au confrère« ouverture Médias» que le départ du Président de la République est loin d’être la solution pour une sortie de crise au Mali contrairement à ce qui a été demandé depuis le début de cette crise. 

Vu l’évolution des choses, nous pouvions régler cette crise depuis longtemps sans l’intervention d’autres personnes. Malgré la tenue du dialogue national inclusif,  le pays s’enfonce dans un trou de plus en plus béant.  Aujourd’hui, le problème du Mali a atteint un  niveau qui inquiète.

Il faut une feuille de route qui permettra d’évaluer et constater ce qui a été fait.  

«  Le 19 juin dernier je n’étais pas du même avis que les autres qui estimaient aller remettre la lettre de démission au président » car poursuit-il « Celui qui bâti un pays ne doit pas le détruire et Dieu sait que j’ai été compris et écouté» avait confié l‘Imam Dicko. Concernant les évènements du 10 juillet, il dira que les forces de l’ordre sont allés tirer jusque dans sa mosquée tuant des enfants non armés permettant ainsi la radicalisation des jeunes manifestants.

On peut être d’accord avec la CEDEAO s’agissant de ne pas chasser un président démocratiquement élu: « sincèrement qu’il reste à sa place de président car sa démission n’est pas la solution à nos problèmes. Si on veut s’en sortir de cette crise il serait mieux de le laisser à sa place ». Poursuivant, l’imam dira qu’il faut songer à mettre le plus rapidement possible un nouveau gouvernement d’union nationale et envisager des solutions qui pourront mettre fin à l’assemblée Nationale soit par dissolution ou par élection partielle dans les zones où il y a eu des contestations.

Pour lui il est inadmissible que le président n’en fasse seulement qu’à sa tête en n’écoutant personne. 

« Ce sont les préoccupations du peuple qu’il faut prendre en compte plutôt que ses propres intérêts »À l’en croire le président est tenu de respecter les lois au même titre que le peuple. « Je n’arrive pas à comprendre que Boubou Cissé, celui qui est à l’origine du massacre des jeunes manifestants soit encore maintenu pour diriger le futur gouvernement d’union nationale. Chez les blancs, un ministre démissionne dès qu’il y a un scandale autour d’une gestion sans qu’on ne lui demande. Je n’arrive pas à comprendre que le chef de l’Etat souhaite l’apaisement avec le maintien de ce dernier contesté par tout le monde». S’agissant de la mission des chefs d’Etat de la CEDEAO, Dicko a laissé entendre que le Mali est loin d’être un peuple soumis. “ Dans l’histoire plusieurs pays se sont resignés de laisser faire les blancs ce qu’ils faisaient de leurs terres contrairement au peuple malien. Nous nous sommes battus jusqu’à l’Indépendance sans être soumis. Nous sommes un peuple résistant et non soumis” A rappelé l’imam.  Avant de conclure, il dira que ce moment de mésentente entre maliens permettra à chacun de mettre la Mali au-dessus de tout. 

BEN CHERIF

By |2020-07-28T15:05:30+02:00juillet 27th, 2020|ACTUALITE, INTERVIEW|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils