//L’INSECURITE DANS LE CENTRE DU PAYS REPREND DE PLUS BELLE: DES BANDITS DE GRANDS CHEMINS SÈMENT LA TERREUR SUR LES ROUTES ET DANS LES LOCALITÉS DU CENTRE DU MALI

L’INSECURITE DANS LE CENTRE DU PAYS REPREND DE PLUS BELLE: DES BANDITS DE GRANDS CHEMINS SÈMENT LA TERREUR SUR LES ROUTES ET DANS LES LOCALITÉS DU CENTRE DU MALI

Après une longue trêve, le grand banditisme refait surface sur nos axes routiers, précisément dans le centre du pays, l’axe Goundam-Tombouctou. En effet, depuis quelques temps, des individus armés sèment la terreur sur cette route, multipliant les attaques et braquages. Il y a deux semaines de cela cette situation a été très éprouvante pour les populations. L’un des conseillers techniques de l’Agence régionale de Tombouctou a essuyé des tirs, alors qu’il se rendait à Goundam. Il a été blessé au pied par une balle. Transporté à l’hôpital de Tombouctou, il a été ensuite, évacué au Centre hospitalier universitaire de Kati.

Quelques jours plus tard, des véhicules de transport en commun ont été attaqués par des bandits armés qui ont dépouillé les passagers de tous leurs biens. Les passagers venaient de Diré, Niafunké et Goundam. Difficile pour les populations de cette zone de circuler librement. La peur d’être braqué par des bandits. Ces malfrats ne se sont pas contentés de cette attaque, ils sont ensuite venus dans la ville de Goundam, puis à Sossowallé et Alkara où ils ont pillé des boutiques. Circulant à moto, ils se sont attaqués à deux gendarmes qui étaient en faction au poste de contrôle à l’entrée de la ville. Pour tromper la vigilance des gendarmes, les bandits se sont dirigés d’abord sur les kits sanitaires, comme s’ils voulaient se laver les mains au savon puis ont tiré sur les gendarmes.

Ces derniers ont riposté vigoureusement et mis les attaquants en déroute. Dans leur fuite, les bandits ont abandonné sur place leurs armes, les motos et deux cartes d’identité. Tous ces objets ont été saisis par la brigade de gendarmerie de Goundam.

Des enquêtes sont en cours pour le moment. Par ailleurs, il faut ajouter qu’en début de soirée, aux environs de 18h30, le jeudi 14 mai 2020 le Colonel Oumar Abba Soumaré officier du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) a été tué au cours d’un braquage de son véhicule à Gao.    Selon des témoins sur place, plusieurs individus ont ouvert le feu sur le véhicule du colonel avec deux autres personnes à bord d’autres véhicules.  Les assaillants ont ensuite emporté le véhicule avant de disparaître. Le colonel a succombé à ses blessures à l’hôpital Régional de Gao selon le communiqué du gouvernement.

S’agit-il d’actes terroristes et de simples individus qui veulent se faire de l’argent de la façon la plus facile ? Cette question reste à poser. Il faut souligner que dans ces zones, nos forces de sécurité sont rares. Il est vraiment temps de renforcer la sécurité sur ces axes et multiplier les opérations anti-terroristes. C’est parce que la traque des bandits avait baissé un moment donné dans cette partie du pays, que les forces du mal ont repris leur sale boulot.

ALYCOULIBALY

By |2020-05-21T17:32:58+02:00mai 19th, 2020|SÉCURITÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils