/, POLITIQUE/MALGRÉ LES RESOLUTIONS DÉGAGÉES PAR LA CEDEAO: LE M5-RFP MAINTIENT SON MOT D’ORDRE DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE

MALGRÉ LES RESOLUTIONS DÉGAGÉES PAR LA CEDEAO: LE M5-RFP MAINTIENT SON MOT D’ORDRE DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE

Au moment où la médiation de la CEDEAO signait sa déclaration, au même moment, les responsables du M5-RFP ont organisé une conférence de presse pour exprimer leur désaccord. Du coup, ils ont appelé à la désobéissance civile à Bamako et dans les régions du pays. Ils n’ont pas attendu le feu vert du parrain Mahamoud DICKO. Que se passe t-il au sein du M5-RFP ? Après les conséquences de la première scène de désobéissance civile, aucun Malien ne souhaite voir se une reproduire ce film. Les populations grincent des dents à présent. Pourquoi en est-on arrivé là ? Pourquoi n’a-t-on pas réussi à endiguer la tuerie ? On n’était pas mars 1991 ?

Ce qui est certain, le peuple a hâte de tourner cette page rouge. Il aimerait regarder vers demain. L’échec de la médiation de la CEDEAO a surpris plus d’un. La mission n’a pas convaincu le M5-RFP. Les médiateurs avaient recommandé qu’un consensus nommerait les membres de la Cour constitutionnelle qui relèvent du Président de la République. Il faudrait associer à l’ensemble du processus toutes les parties prenantes comme le prescrit l’article 91 de la Constitution de 1992. La Cour ainsi constituée devra délibérer et examiner les résultats des élections législatives concernant 31 députés en question. Après la résolution du litige par le Cour constitutionnelle, la nouvelle Assemblée nationale reconstituée pourra, sur une base consensuelle, nommer ses trois conseillers pour compléter la formation de la Cour.

Par ailleurs, il est nécessaire de mettre en place de toute urgence, un gouvernement d’union nationale sur la base du consensus en tenant compte des recommandations du Dialogue National Inclusif et des propositions de réparations. Cette démarche n’a pas été partagée par le M5-RFP. Celui-ci demeure ferme sur le départ du Président de la République ; il lutte pour un partage du pouvoir avec un premier ministre de pleins pouvoirs. Ce gouvernement s’octroierait les départements clés. Voilà la pomme de discorde entre IBK et le M5-RFP. Ce désaccord, les responsables du M5-RFP l’ont expliqué lors d’une conférence de presse qui a prôné la poursuite de la désobéissance civile le 20 juillet dernier.

C’est ce qui a fait que nos routes étaient barrées pratiquement dans tous les quartiers de Bamako. Il y avait flammes et fumées partout. Les jeunes faisaient descendre les occupants des véhicules. Cette démarche continue mais c’était une option, violente, qu’on ne lisait pas  sur le visage du parrain à sa sortie de l’audience avec la CEDEAO.  Le vieux sage était ouvert à une résolution avec la mission. C’est pourquoi dans ses propos, il affirmait qu’ils avaient parlé entre frères et entre africains, comme pour dire que les esprits s’apaisaient et les cœurs se calmaient. Par contre, si l’imam parlait de la désobéissance civile après la médiation, les mouvements allaient forcement prendre de l’ampleur en se basculant probablement dans de terribles violences. La terre du M5-RFP menacerait-elle de trembler ?

Mohamed Traoré 

By |2020-07-21T11:15:48+02:00juillet 21st, 2020|ACTUALITE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils