/, POLITIQUE/MÉDIATION DE LA CEDEAO DANS LA CRISE SOCIOPOLITIQUE AU MALI: « IL FAUT QUE LES PRESIDENTS SACHENT QUE LA CEDEAO NE LEUR APPARTIENT PAS », DIXIT DR OUMAR MARIKO

MÉDIATION DE LA CEDEAO DANS LA CRISE SOCIOPOLITIQUE AU MALI: « IL FAUT QUE LES PRESIDENTS SACHENT QUE LA CEDEAO NE LEUR APPARTIENT PAS », DIXIT DR OUMAR MARIKO

La communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dont le Mali est membre, cherche des voies et moyens pour une solution à la crise sociopolitique que traverse notre pays. C’est pourquoi les chefs d’Etat de cette organisation Ouest Africaine multiplient les rencontres avec les différentes parties.

La proclamation des résultats des élections législatives par la cour constitutionnelle des mois de mars et d’avril 2020 a déclenché une crise politique dans le pays. C’est sur cette base qu’est né le mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) qui exige, entre autres, la démission du Président de la République, la dissolution de la cour constitutionnelle et de l’Assemblée nationale. Cette demande de démission aux dispositions du Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance. C’est pourquoi la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) s’est impliquée pour mettre fin à ce bras de fer.

Mais les leaders de l’opposition trouvent que la médiation de l’organisation ouest africaine ne fait que mettre de l’huile sur le feu. Cependant Dr Oumar MARIKO a signalé que les présidents de la CEDEAO viennent ou pas le mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) cherche la stabilité du pays. Il a indiqué que : « Nous allons montrer que nous sommes les descendants de trois grands empires. Nous sommes les descendants de l’empire du Ghana, de l’empire du Mandé et de l’empire Songhoï. Ces empires sont connus dans le monde entier. Donc si nous n’accueillons pas de l’expérience, les gens doivent nous poser des questions ».

Selon le président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI) depuis que la CEDEAO (communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest) s’est impliquée dans la crise malienne, tout est mélangé. « Il faut que les présidents sachent que la CEDEAO ne leur appartient pas. Ils ne peuvent pas transformer cette organisation à un syndicat et faire tout ce qu’ils veulent. Le Mali va leur montrer que cela ne marchera pas ». Va –t-il ajouter

YOUSSOUF KONATE

By |2020-07-28T13:08:35+02:00juillet 28th, 2020|A LA UNE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils