//Médiation de la CEDEAO sur la crise au Mali: « La CEDEAO a violé la Constitution du Mali » dixit Dr Oumar Mariko !

Médiation de la CEDEAO sur la crise au Mali: « La CEDEAO a violé la Constitution du Mali » dixit Dr Oumar Mariko !

La médiation de la CEDEAO dont les résolutions sont en voie d’application vers une sortie de crise est largement contestée par Dr Oumar Mariko. Il lance un appel aux dignes fils de ce pays, avocats et connaisseurs de droit, ensemble portons plainte contre les dirigeants de la CEDEAO, devant les juridictions compétentes de la CEDEAO pour viole sur la Constitution du Mali.

Selon Dr Oumar Mariko: « je dois à la différence des chefs d’Etat de la CEDEAO qui sont venus au Mali, rendre un hommage aux martyrs des crises de ces derniers temps en les disant qu’ils sont morts  tout en souhaitant prompt rétablissement aux blessés dans le combat pour la partie. Et ce combat censé patriotique, continue pour nous autres » à t-il indiqué. «La CEDEAO à l’habitude de venir chez nous au Mali. Mais, le constat premier est que les chefs d’Etat de la CEDEAO qui ne sont pas la CEDEAO, ne viennent qu’à chaque fois que leur collègue chef d’Etat comme Ibrahim Boubacar Keita et autres sont en difficultés avec le peuple. La CEDEAO est venue au Mali, on se rappelle en 2012 pour demander la démission du président ATT en son temps après l’insurrection militaire et elle a portée cette démission devant les nouvelles autorités qui venaient de constituer.

Les chefs d’Etat de la CEDEAO se sont permis de sanctionner le Mali en imposant l’embargo économique et sur les armes au Mali quand les militaires étaient au pouvoir en 2012. Chose que j’ai qualifié d’inamicale de la part des chefs d’Etat de la CEDEAO. Les chefs d’Etat de la  CEDEAO ont envoyés des émissaires au Mali en 2018 lorsqu’il y avait un bouillonnement intense des maliens contre la loi électorale, et contre le fichier, afin que le l’élection du président de la République ait lieu au Mali en 2018 et que IBK soit élu,  afin qu’elle ait un interlocuteur président de la République qui les ressemble. N’oublions jamais que la CEDEAO est l’anti chambre de la France, tant qu’on n’oubli pas ça on ne comprendra pas le comportement des chefs d’Etat de la CEDEAO.  En 2018, ils n’ont pas fait le bilan de leur présence au Mali, ce qui a conduit à la fraude électorale massive pendant les élections présidentielles, cette même CEDEAO avait demandé aux autorités maliennes de changer le fichier pour qu’on se retrouve plus dans une espèce de fraude pour les élections législatives. Les autorités maliennes dont Ibrahim Boubacar Keita, sachant bien qu’ils sont entre copains, s’est permis de faire des élections législatives sans tenir compte des   recommandations de la CEDEAO.

Alors une autre crise électorale a éclatée. Et, de cette crise électorale, les maliens avaient espoir que cette fois-ci, il y aura un changement par eux-mêmes dans les urnes et que ce changement allait propulser en avant, ses enfants les plus méritants comme députés à l’assemblée nationale afin que la gouvernance change, pour que l’école soit et que la santé soit, que la paix revient dans les différents régions et qu’il ait une discussion franche et honnête entre maliens de tous les coins du pays. Les maliens ont été désabusés. Désabusés de voir qu’IBK n’avait qu’une seule vision, celle coûte que coûte, vaille que vaille de faire passer les réformes Institutionnelles et Constitutionnelle qui doivent consacrer la partition de la République du Mali, l’affaiblissement totale de l’Etat nationale et la liquidation de la nation malienne. Et quand le peuple désabusés s’est lever partout pour protester, les voilà revenir à CEDEAO. Donc, comme pour dire que cette CEDEAO n’est plus crédible à nos yeux et leurs recommandations sur cette crise sociopolitique aussi. Cette recommandation est nulle et de nulle effet à nos yeux », selon Oumar Mariko. « D’ailleurs, je lance un appel à tous les dignes fils de ce pays, avocats et connaisseurs de droit afin qu’ensemble nous portons plainte contre les dirigeants de la CEDEAO et devant les juridictions de la CEDEAO pour viole sur la Constitution du Mali ».

Mohamed Traoré     

By |2020-07-30T10:36:21+02:00juillet 30th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils