//MICROCOSME POLITIQUE: QUAND LE RPM SE PERD EN CONJECTURES

MICROCOSME POLITIQUE: QUAND LE RPM SE PERD EN CONJECTURES

A bien disserter sur les agissements par lesquels s’illustre le parti politique ‘’Rassemblement Pour le Mali’’ (RPM), surtout en cette période de crise sociopolitique, on serait porté à se demander quel est, au juste, le rôle qu’il prétend jouer dans l’arène politique de notre pays ? Tellement cette famille politique prête le flanc à l’inconstance. Depuis près de sept ans que le Président Ibrahim Boubacar Keïta a accédé à la magistrature suprême, sa famille politique, le RPM, lui a apparemment été de très peu d’utilité. Bien que ce soit le RPM qui détienne la majorité parlementaire au Mali, n’empêche que son président-fondateur, en sa qualité de Chef de l’Etat, a souvent essuyé des revers sans que sa famille politique ne puisse voler à son secours.

Là où le Président IBK reproche aux dirigeants du RPM leurs caractères égoïstes, ceux-ci à leur tour lui reprochent le caractère méprisant à leur égard. Quoi qu’il en soit, entre IBK et ses camarades de parti, l’atmosphère était devenue telle qu’une espèce de ressentiment avait failli s’installer ou plutôt s’est installée. Evidemment en pareille circonstance, ce sont plutôt les dirigeants du RPM qui sont mis à l’index et l’opinion nationale de les juger incapables de faire bloc autour de leur leader. Les torts qui devraient être imputés à ce dernier sont presque imperceptibles. Mais le champ politique ayant ses raisons que la ‘’Raison’’ elle-même ignore, les dirigeants du RPM sont contraints de faire contre mauvaise fortune bon cœur, en tentant au mieux de s’accommoder des sautes d’humeur de leur Président. Bien sûr qu’en pareille circonstance les actes à poser, par les uns et par les autres, le seront de façon très mesurée et avec le minimum de conviction. Et cela jusqu’au retour de la confiance mutuelle.

C’est ainsi la nature des relations humaines et c’est pourquoi le RPM se perd en conjectures dans sa velléité de soutenir les actions du Président de la République, vu le contexte de grande adversité qu’essuie ce dernier en ce moment-ci.

On pourrait peut-être dire que les évènements de ces derniers temps-ci ont servi de motivation aux dirigeants du parti présidentiel, pour tenter de se racheter auprès du Président IBK qui semble ne pas leur accorder suffisamment d’égards. En tout cas, dans un mémorandum adressé au Chef de l’Etat, mémorandum daté du 25 juillet dernier, le RPM réclame le poste de premier ministre conformément à son statut de parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Dans ce document le parti présidentiel fait savoir ceci : « Le bureau politique national du RPM réclame son statut de parti majoritaire et revendique le Poste de 1er Ministre pour la formation du futur gouvernement d’Union Nationale en considération des recommandations et résolutions issues du Dialogue national inclusif ».  Aussi TRETA et les siens font part de leur opposition à toute idée de dissolution de l’Assemblée Nationale et aussi de leur entière disponibilité à apporter le soutien indéfectible du RPM au Président de la République IBK pour l’application des recommandations actuelles de la CEDEAO pour la sortie de crise. Aussi, le RPM s’est engagé à garantir au Chef de l’Etat, dans les règles de la loyauté et de la confiance, la stabilité des Institutions de la République.

Laquelle, selon ce mémorandum du RPM, passe par l’apaisement du climat politique et social, le fonctionnement des services publics.

En outre, le RPM dit soutenir l’offre politique du Rassemblement National proposée par le Président IBK en s’engageant à sa mise en œuvre efficiente et efficace et en lui rendant hommage pour son écoute et sa disponibilité constante à poursuivre tous les voies et moyens politiques et légaux pour la recherche de solutions et de sortie de crise sociopolitique au Mali.  De toutes les positions défendues par le RPM dans son mémorandum, c’est plutôt celle qui se rapporte au choix du Premier ministre dans les rangs du M5-RFP qui retient le plus l’attention. En effet le parti majoritaire au Mali dit s’opposer, par tous les moyens dont il dispose, au choix du Premier Ministre dans les rangs du M5-RFP qui incarne de nos jours l’opposition. Les ‘’RPMistes’’ se disent capables de défendre cette prise de position compte tenu du fait que leur famille politique revendique 51 députés à l’hémicycle et cela leur octroie le leadership dans le microcosme politique malien. Pour confirmer cette légitimité, le RPM a affirmé son adhésion à l’organisation des élections législatives partielles dans les circonscriptions contestées en conformité avec les recommandations de sortie de crise du sommet de la CEDEAO.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-12T17:11:06+02:00août 12th, 2020|POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils