/, ACTUALITE/MOUSSA MARA A PROPOS DES PUTSCHISTES DU CNSP: « CE N’EST PAS FORCEMENT QU’ILS VEULENT S’INSTALLER AU POUVOIR MAIS ILS VEULENT CORRIGER»

MOUSSA MARA A PROPOS DES PUTSCHISTES DU CNSP: « CE N’EST PAS FORCEMENT QU’ILS VEULENT S’INSTALLER AU POUVOIR MAIS ILS VEULENT CORRIGER»

L’ex-premier ministre Moussa MARA a donné son avis sur la crise sociopolitique de notre pays et surtout sur les défis auxquels les Maliens font face. Selon lui ; « Nous sommes dans un vide institutionnel après la démission du Président Ibrahim Boubacar KEITA. Et nous devons trouver la formule pour l’occuper en entendant de retrouver un environnement institutionnel. »

Concernant la Transition, Moussa MARA  pense que les Maliens doivent faire preuve de patriotisme, d’intelligence, de sens de consensus et de compromis pour trouver la meilleure formule afin de gérer cette période transitoire. Mais il a ajouté : ‘’Nous ne devons jamais perdre de vue que cette actualité politique ne doit pas masquer la réalité. La réalité est que nous sommes dans une crise profonde dans laquelle le pays est induit depuis pas mal d’années, crise aggravée par le contexte sanitaire’’.

INTERVENTION DE LA JUNTE DANS  LA CRISE

L’ex président a déclaré que si le CNSP n’était pas rentré en action, le Président IBK n’aurait pas démissionné. Juridiquement le président a facilité la situation en disant qu’il a démissionné. Qu’il l’a fait sous aucune contrainte. Donc on peut considérer cela comme une démission. C’est un coup d’état, il faut le reconnaître comme tel. Maintenant le coup est populaire parce que le Président était impopulaire. Nous étions dans un blocage. On ne pouvait sortir que par un coup d’état. Ça c’est dû à l’attitude du Président.  Beaucoup de gens l’ont appelé à s’ouvrir. Il n’a pas écouté. Aujourd’hui nous sommes dans les conséquences. Cela veut dire qu’au Mali nous sommes incapables de trouver des solutions institutionnelles à nos difficultés politiques, économiques, sociales. De 1992 à maintenant on a fait deux coups d’états. C’est une honte pour le Mali et pour les Maliens.

PAR RAPPORT A L’INSTALLATION DE LA JUNTE AU POUVOIR

« Je ne suis pas d’accord avec ce qui se dit. Quand l’armée vient, elle pose ses premiers actes généralement. Ces premiers actes sont surtout dans le secteur de la défense parce que l’armée intervient en partageant le souci des populations mais aussi par rapport à ses propres soucis internes. Nos militaires sont ceux qui meurent le plus. Quand ils interviennent, c’est pour corriger des insuffisances. C’est pourquoi les premières décisions sont généralement prises dans les domaines qu’ils maîtrisent le plus. Ce sont les militaires qui connaissent les militaires. Ils savent qui est qui dans l’armée. Ils sont suffisamment hauts placés pour connaître la hiérarchie dans l’armée » a-t-il dit.

Selon lui, les décisions de nomination c’est pour mettre à des places les personnes les plus méritantes : ‘’Les rares personnes qui ont été nommées que je connais sont de bonnes personnes, des personnes compétentes et honnêtes notamment le colonel DOUMBIA que moi-même j’avais nommé chef de Cabinet de la défense à la Primature’’. « Ce n’est pas forcement qu’ils veulent s’installer au pouvoir mais ils veulent corriger ce qu’ils connaissent le plus pour faire en sorte que l’armée travaille en attendant que la Transition puisse être mise en place. Je pense qu’il ne faut les juger sur la base des nominations. Il faut faire confiance dans leur capacité de juger et leur capacité à comprendre qu’aucun pouvoir militaire ne peut prospérer. », a-t-il conclu.

YOUSSOUF KONATE

By |2020-09-07T15:40:10+02:00septembre 4th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils