/, ACTUALITE/NOUVEL ATTELAGE GOUVERNEMENTAL: L’ESSENTIEL EST FAIT ET LE TEMPS PRESSE POUR LE RESTE

NOUVEL ATTELAGE GOUVERNEMENTAL: L’ESSENTIEL EST FAIT ET LE TEMPS PRESSE POUR LE RESTE

Depuis plus de vingt-huit (28) ans que le Mali a opté pour un régime de démocratie pluraliste, c’est pour la première fois que la République est confrontée à une si longue période sans équipe gouvernementale.  Une coutume républicaine voudrait qu’il y ait toujours un changement au sein du pouvoir exécutif central après des élections législatives.  C’est dans ce cadre que la démission et aussi celle du gouvernement de Dr Boubou Cissé sont intervenues. Mais sans grande surprise, il fut immédiatement reconduit à son poste avec pour mission de former une nouvelle équipe gouvernementale.

En raison de la situation particulière, sur fond de crise socio-politique, que traverse le pays en ce moment-ci, nombreux ont été les observateurs avertis à prévenir que la formation de ce nouvel attelage gouvernemental pourrait prendre un peu plus de temps que d’habitude. Effectivement les péripéties de la crise ont corroboré les prévisions des observateurs. Nous savons qu’au nombre des solutions de sortie de crise,

’la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale’’

figure en bonne place dans les propositions faites par toutes les missions de bons offices  qui ont eu à intervenir.

Mais paradoxalement, cette proposition a été balayée d’un revers de la main par l’aile dure du M5-RFP qui est l’un des principaux protagonistes de la crise. Pour ce courant du mouvement de contestation, seule prévaut la démission du Président de la République, quoique cela soit jugé d’utopie par la majorité écrasante des maliens.

Mais le Mali étant un pays où les populations sont éprises de paix, de quiétude et de justice, alors on tente toujours de colmater les brèches en négociant jusqu’à la lisière de l’insupportable. Le Président IBK serait-il arrivé au seuil du supportable face à l’entêtement de l’aile dure du M5-RFP ? En tout cas, certains indices le prouvent bien. En effet, après avoir reconduit le Premier ministre qui, à son tour, a vainement attendu les propositions du M5-RFP pour la formation d’un gouvernement d’union nationale, le Chef de l’Etat s’est finalement décidé à jeter les bases d’une équipe gouvernementale. A cet effet, il a procédé à la nomination de six ministres à la tête des départements régaliens, comme l’usage républicain le lui autorise chez nous. Le choix des autres ministres incombe au Premier ministre. On pourrait vraiment se réjouir du fait que le Président de la République ait fait l’essentiel en attribuant les portefeuilles régaliens à qui de droit.

Tant les maliens se réjouissent de l’attribution des portefeuilles régaliens, autant ils attirent l’attention des autorités sur le fait que le temps presse pour le reste, autrement dit la nomination des autres ministres.

A bien y disserter, on a vraiment des raisons de se réjouir du choix fait par le Président IBK quant à l’attribution des portefeuilles régaliens. Et cela pour diverses raisons. D’abord pour mieux juguler la crise actuelle, il est nécessaire que les différents protagonistes se reconnaissent dans le nouvel attelage gouvernemental. En jetant son dévolu sur Abdoulaye Daffé pour lui confier les Finances de la République, le Président IBK a opté pour un rapprochement entre le Chérif de Nioro et lui. Ce serait une lapalissade que dire, si Abdoulaye Daffé a accepté d’entrer au gouvernement, c’est avec l’onction du Chérif de Nioro. Cela veut dire que les nuages se dissipent de plus en plus entre le Président et le leader religieux. Toute chose qui contrarie, de façon flagrante, la position de l’aile dure du M5-RFP qui ne jure que par la démission d’IBK. Autre fait qui pourrait réconforter le nouveau gouvernement, que d’aucuns ont déjà désigné sous le sobriquet de ‘’C6’’ (traduisez Commando-6), est qu’immédiatement après son premier conseil, le Premier ministre Boubou Cissé a rendu une visite de courtoisie à l’Imam Mahmoud Dicko et celui-ci s’en est montré très enchanté. Par le fait même d’accepter de recevoir le Pm Boubou Cissé, l’imam Mahmoud Dicko s’accommode déjà de lui reconnaitre le titre de Chef de gouvernement. Cela ne surprend d’ailleurs personne, étant donné que tout au long de son combat, ce leader religieux n’a jamais demandé, encore moins exigé, la démission d’IBK.

Le moins que l’on puisse dire et qui est d’ailleurs plus que probable, est que si les deux guides religieux que sont le Chérif de Nioro et l’Imam Mahmoud Dicko s’accommodent de la formation d’un gouvernement d’union nationale, le M5-RFP ne pourrait que regretter son entêtement insensé.

Il n’est un secret pour personne que si jusque-là le M5-RFP a réussi à terrifier l’appareil d’Etat, c’est bien parce que ce mouvement hétéroclite profite de l’aura dont jouit Mahmoud Dicko auprès des populations. C’est donc dire, si le nouveau gouvernement parvient à agréer au Chérif de Nioro et à Dicko, c’est l’essentiel et tout le reste n’est que de la surenchère. Le Premier ministre Boubou Cissé et son ‘’C6’’ doivent faire en sorte de diligenter la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale, tout en ne perdant de vue que le temps est très précieux. Peu importe les sautes d’humeur du M5-RFP.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-07-30T10:00:57+02:00juillet 30th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils