/, DEVELOPPEMENT, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO/PERIODE TRANSITOIRE: QUELS DEVRAIENT ETRE LES CHANTIERS PRIORITAIRES DU CNSP ?

PERIODE TRANSITOIRE: QUELS DEVRAIENT ETRE LES CHANTIERS PRIORITAIRES DU CNSP ?

A l’issue du coup d’état perpétré le mardi 18 août 2020 contre le régime d’IBK, le Mali entame la quatrième transition politique de son histoire moderne. Les auteurs de ce putsch, réunis au sein du ‘’Comité National pour le Salut du Peuple’’ (CNSP) promettent une période transitoire à durée raisonnable, avant de s’éclipser et céder le pouvoir à de nouvelles autorités que le peuple élira. Les Maliens sont déjà habitués à un tel scénario et c’est à juste raison qu’ils font preuve d’une certaine appréhension quant à cette promesse faite par la junte. Eu égard aux péripéties de la crise sociopolitique que le pays traverse et qui commençaient à incommoder outre mesure les différentes composantes de la société malienne, ce coup d’état a rencontré l’assentiment général des populations qui y ont vu un acte salvateur.

Mais ce qui ne fait l’ombre d’aucun doute aussi est que, très bientôt cette euphorie des populations s’estompera pour faire place à une espèce d‘expectative quant à la sincérité et aux capacités de la junte de réussir, à hauteur de souhait, une période transitoire qui puisse répondre aux véritables aspirations du peuple. Les maux dont souffre le Mali sont autant nombreux que complexes et il revient au CNSP d’établir des priorités afin de s’attaquer frontalement aux problèmes qui minent la société malienne et qui, en réalité, ne sont qu’une résultante de la mauvaise gouvernance. Nous savons qu’en évoquant les raisons qui les ont motivés à mettre fin au régime du Président IBK, les auteurs du coup d’état ont dénoncé les tares de la gouvernance que l’on retrouve sous trois principaux ‘’chapitres’’ que sont la corruption, l’insécurité et le clientélisme politique.

De ce fait, pour réussir à administrer à la gouvernance du pays un traitement de cheval, il va valoir absolument que le CNSP s’attaque à des chantiers prioritaires qui, au demeurant, sont de notoriété publique.

Cette structure militaire qui tient les rênes du pays ne doit surtout pas oublier que le facteur ‘’temps’’ constitue un paramètre extrêmement important de son programme de redressement. S’il est vrai que la corruption est un fléau qui a toujours gangréné la société malienne, il faut aussi dire qu’elle a semblé prendre plus d’ascendant depuis l’avènement du régime IBK. L’engagement d’une lutte contre ce fléau a été prôné et même des dispositifs ont été mis en place pour la cause, mais sans jamais aboutir à des résultats probants. Le pire est surtout qu’au moment où l’on tente de faire croire aux populations qu’une lutte contre la corruption est engagée par le plus haut sommet de l’Etat, cette tare sociale et sociétale s’est étendue jusqu’au sein de l’armée nationale qui est l’institution de défense de la République et de ses valeurs. Toute chose qui est d’une gravité extrême dans la mesure où cela pourrait bien contribuer à saper le moral des troupes. Il est donc tout à fait normal que le peuple se réjouisse en entendant les nouveaux tenants du pouvoir annoncer leur volonté de lutter contre la corruption.Pourvu que cela ne soit pas un simple effet d’annonce, comme il en a été par le passé. En tout cas le peuple observe et jugera la junte par ses actes. La junte est très attendue sur le chantier de la lutte contre la corruption qui avait déjà connu d’ailleurs son entame sous la houlette du procureur en charge du Pôle économique et financier de Bamako, KASSOGUE. Mais malheureusement les actions posées par ce magistrat n’ont pas apporté grande chose à cause d’une certaine résistance du pouvoir d’IBK qui craignait de voir beaucoup de ses dignitaires tomber dans les liens de la justice. Il ne faudrait donc pas que la lutte contre la corruption, telle qu’annoncée par la junte, soit partiale ou parcellaire.

Un autre chantier prioritaire auquel le CNSP devrait s’attaquer en toute urgence est celui de la sécurité.

En tout cas le citoyen ‘’lambda’’ ne comprendrait pas qu’un groupe d’officiers puisse être incapable de résoudre en un temps record le problème sécuritaire lié au terrorisme. Surtout que d’autres forces à l’échelon international ou sous régional sont en présence sur le terrain. Il est vrai que les Maliens n’ont pas encore oublié la parenthèse sombre de 2012 où la gestion de la transition par la junte du capitaine Amadou Haya SANOGO a failli conduire le pays à sa perte totale et définitive en tant que nation. Ce serait une lapalissade que dire, cet échec consommé par la junte d’alors a largement contribué à ternir l’image de notre vaillante institution de défense nationale. Donc ce ne serait que partie remise si la junte qui tient actuellement les rênes du pays s’investit corps et âme pour relever le défi de l’insécurité. Là aussi le peuple attend, observe et espère énormément.

Dans le domaine politique, le CNSP doit s’atteler très rapidement à la mise en place d’un ‘’gouvernement de missions’’ ou d’un ‘’gouvernement d’union nationale’’.

Ce pouvoir exécutif transitoire, non seulement ne doit nullement être un lieu de partage de gâteau entre la junte et les ministres civils, mais aussi il doit comporter des hommes et des femmes dont l’intégrité physique comme morale ne souffre d’aucune contestation et ayant une certaine compétence. Les membres de ce gouvernement transitoire doivent être des  patriotes avérés. En effet, le Gouvernement dont rêvent les Maliens est celui qui s’attaquera dès sa prise de fonctions aux différentes crises notamment celle sécuritaire et la crise sociopolitique. La réussite de la transition dépendra en grande partie de la résolution par l’équipe dirigeante de la transition, des crises récurrentes depuis 2012. Eu égard au fait que la classe politique actuelle, toutes tendances confondues, est suffisamment vouée aux gémonies par le peuple qui ne lui accorde aucun crédit, il serait alors préférable de mettre l’accent sur une alternance générationnelle en mettant à la touche tous ces acteurs qui ont animé l’arène politique de 1992 à nos jours. Ils sont tous comptables de la déchéance du pays.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-25T15:38:01+02:00août 24th, 2020|ACTUALITE, DEVELOPPEMENT, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils