/, ANALYSE, SOCIÉTÉ/POUR UNE REFONDATION DU MALI : « NOUS NE LAISSERONS PERSONNE PERPÉTUER LE RÉGIME D’IBK SANS IBK » DIXIT CHOGUEL K. MAÏGA

POUR UNE REFONDATION DU MALI : « NOUS NE LAISSERONS PERSONNE PERPÉTUER LE RÉGIME D’IBK SANS IBK » DIXIT CHOGUEL K. MAÏGA

Il est vraiment regrettable de constater, depuis l’avènement de la démocratie multi-partite au Mali en 1991, le microcosme politique malien n’en finit pas d’obéir aux principes du jeu de chaises musicales. Evidemment que dans ce jeu, les acteurs qui sont laissés sans attributions ont toujours de la peine à s’accommoder de leurs mises à la touche. Et ils n’en finissent pas de fulminer à tout bout de champs contre un système auquel ils ont pourtant appartenu et qu’ils ont soutenu de toutes leurs forces.

C’est justement à ce scenario que nous assistons ces derniers mois-ci, entre les tenants des rênes du M5-RFP et le régime ‘’IBK’’, bien qu’inopérant soit ce dernier aujourd’hui. Cette espèce de ressentiment qu’éprouvent les responsables du mouvement contestataire à l’endroit du régime défunt trouve son essence surtout dans le fait que malgré le renversement du pouvoir d’Etat par l’entremise d’une junte militaire, le M5-RFP ne parvient toujours pas, loin s’en faut d’ailleurs, à s’octroyer les rênes du pouvoir d’Etat comme l’avaient espéré les contempteurs du régime d’IBK. Dans la conduite de la transition, ce serait une lapalissade que dire le M5-RFP n’est vraiment pas en odeur de sainteté auprès de la junte qui s’évertue d’ailleurs à mettre à la touche, dans l’acheminement de la transition, les représentants du mouvement contestataire auquel on attribue la paternité du renversement de régime. C’est cette antipathie entre la junte et le M5-RFP qui fonde ce dernier à affirmer que nonobstant le renversement d’IBK, le régime qu’il a institué demeure toujours.

Et le mouvement contestataire voudrait désormais reprendre le flambeau de la lutte contre ce qui reste encore régime défunt

A l’occasion de l’assemblée générale du M5-RFP, organisée le samedi 24 octobre courant, le président du comité stratégique dudit mouvement, Choguel Kokala MAÏGA a déclaré « Nous ne laisserons personne empêcher l’émergence d’un Mali nouveau. Nous n’accepterons pas la restauration en cours. Nous dénoncerons et combattrons les complots de plus en plus manifestes contre notre peuple. En un mot nous ne laisserons personne perpétuer le régime de IBK sans IBK ». On n’a vraiment pas besoin d’être dans le secret des dieux pour savoir qu’en parlant de ‘’restauration en cours’’, le président du comité stratégique du M5-RFP voudrait égratigner la junte qu’il accuse, implicitement, de rouler pour le régime défunt. Et pourtant à bien disserter, on ne peut s’empêcher de rire sous cape en voyant aujourd’hui un Choguel MAÏGA et bien d’autres, dénoncer avec véhémence un régime qu’ils ont largement contribué à façonner et qu’ils ont défendu bec et ongle, dans un passé récent, tant qu’ils trouvaient la manne et la caille auprès de ce même régime qu’ils vouent aux gémonies aujourd’hui.  A vrai dire cette attitude des dirigeants du M5-RFP ne surprend guère l’opinion publique malienne qui, d’ailleurs, accorde très peu de crédit à la classe politique dont les principaux acteurs n’en finissent pas de s’illustrer par la seule défense de leurs intérêts égoïstes.

Si aujourd’hui le M5-RFP remuent ciel et terre pour vouloir dénigrer la junte, c’est parce que tout simplement cette dernière n’a pas voulu s’accommoder des velléités du mouvement contestataire à prendre l’ascendant sur les autres organisations et structures de la société malienne

Les dirigeants du M5-RFP avaient pensé qu’avec le renversement de régime, ils allaient pouvoir s’octroyer les coudées franches pour mener la transition à leur guise. Mais malheureusement pour eux, les fruits n’ayant pas été à la promesse des fleurs, ils semblent ne plus savoir à quel saint se vouer, tant leurs espoirs ont été déçus. Ce qui pourrait être encore plus décevant pour les dirigeants du M5-RFP est non seulement la scission en son sein mais aussi et surtout la décision de son autorité morale, l’imam Mahmoud DICKO, de se retirer de leur combat et de retourner à la mosquée.  C’est un secret de polichinelle que dire, si le M5-RFP a eu autant de vent en poupe dans ses mouvements de contestation, c’est bien à cause de la très grande popularité dont jouit l’imam DICKO auprès des populations. Autant dire que sans la voix de Mahmoud DICKO et de son mouvement, la CMAS, il va être pratiquement impossible au M5-RFP de pouvoir atteindre le grand prestige dont il rêve pour pouvoir en imposer à la junte dans le cadre de l’acheminement de la transition.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-10-27T18:05:42+01:00octobre 27th, 2020|ACTUALITE, ANALYSE, SOCIÉTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils