///PREPARATION DE LA TRANSITION AU MALI: QUAND LA JUNTE MILITAIRE CHANGE PRESTO SON FUSIL D’ÉPAULE !

PREPARATION DE LA TRANSITION AU MALI: QUAND LA JUNTE MILITAIRE CHANGE PRESTO SON FUSIL D’ÉPAULE !

Après avoir commis l’erreur d’initier des concertations autour de la gestion de la transition en mettant dans une gibecière la force de base de la chute du régime Ibrahim Boubacar Keïta, le Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), et d’autres franges de la population, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) a compris qu’il fallait vite changer le fusil d’épaule. Du coup, le M5-RFP reprendra sa place de leader dans la gestion de la transition. Aujourd’hui, le CNSP a-t-il le choix lorsqu’il a sur la nuque le colt de la CEDEAO ?  

On ne gère plus la situation en singleton, ni ne prend des décisions unilatérales. Tel pourrait être le message lancé par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) quand il a décidé de reporter sine die la rencontre du samedi avec les forces vives de la Nation afin de discuter, débattre en fond, les modalités de la transition, sa durée et surtout de dégager le profil du Président. Quand le M5-RFP a décidé de boycotter cette rencontre, le CNSP a reconsidéré sa position.

Il a accepté le M5-RFP comme acteur important dans la préparation de cette transition. Que la junte militaire veuille ou pas, elle est obligée de faire avec ces leaders du 05 Juin.

Et la rencontre entre les deux parties, rencontre tenue tard dans la soirée du samedi en dit long. Aujourd’hui, après la décision de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de maintenir le régime de sanctions contre le Mali et d’exiger à ce que la Transition soit dirigée par un civil avec un Premier ministre civil, la junte a compris qu’il fallait s’appuyer sur le M5-RFP pour avancer dans le processus de préparation. Ainsi, eu égard à toutes les décisions qui sortiront des différentes rencontres avec les organisations de la société civile et les partis politiques, les dirigeants ouest africains pourraient revoir leur copie et lever totalement ou partiellement, immédiatement ou de façon progressive, le régime de sanctions.

Maintenant, après cette faute de main, le CNSP et le M5-RFP sont en passe de redevenir des partenaires privilégiés comme cela devrait être le cas. Au regard de la pression extérieure, le CNSP doit comprendre qu’il doit bien s’adosser au M5-RFP sans oublier les autres composantes de la société et ensemble, faire face à la pression de la communauté internationale avec la CEDEAO en première ligne. Le temps presse pour la junte de mettre en place les organes de transition. Les conséquences des mesures de sanctions seraient dramatiques pour les populations si les choses perdurent encore. Du coup, la junte militaire, les OSC, les partis politiques et les Mouvements signataires de l’accord d’Alger doivent cheminer ensemble pour tirer le pays de l’ornière.

Boubacar DIARRA

By |2020-09-01T17:21:16+02:00septembre 1st, 2020|COOPÉRATION, INTERNATIONAL|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils