/, ACTUALITE, POLITIQUE, RELIGION/PROCHAINES ÉCHÉANCES ÉLECTORALES : LE SÉRAIL DES RELIGIEUX MUSULMANS NOURRIT DES AMBITIONS POLITIQUES

PROCHAINES ÉCHÉANCES ÉLECTORALES : LE SÉRAIL DES RELIGIEUX MUSULMANS NOURRIT DES AMBITIONS POLITIQUES

Il est de notoriété publique que sous nos cieux, ce sont essentiellement deux principaux courants islamiques qui se partagent le microcosme religieux musulman. Il s’agit du courant des ‘’Wahabit’’ et celui du ‘’Groupement des Leaders Spirituels Musulmans’’(GLSM).

Si les différentes associations musulmanes d’obédience de l’islam traditionnel avaient très tôt senti le besoin de s’unir et de constituer le GLSM, il faut dire que du côté des ‘’Wahabit’’, ce besoin de rassemblement avait mis du temps avant de se faire sentir. C’est ainsi qu’avec sa création en septembre 2019, la CMAS avait suscité beaucoup d’intérêts auprès des communautés musulmanes, dans la mesure où elle a été présentée comme une tribune d’expression pour les musulmans de toutes les obédiences. Mais cette réjouissance collective n’a pas permis de faire éclipser une certaine appréhension que se faisaient les fidèles musulmans maliens, à propos d’une probable rivalité qui pourrait naitre entre les deux grands courants de l’islam au Mali, à savoir le courant du ‘’Groupement des Leaders Spirituels Musulmans’’ (GLSM) et celui des ‘’Wahabit’’.

Bien que soit légitime cette appréhension, il y a tout de même lieu de reconnaître que si réellement nos dignitaires religieux musulmans parviennent à dépasser leurs égo et à se fixer des objectifs clairs et légitimes, quel que soit le domaine, cela leur permettrait de redorer leur blason suffisamment terni par leurs attitudes velléitaires d’immixtions dans l’arène politique. Les dignitaires religieux sont des citoyens à part entière et de ce fait, ils jouissent de tous les droits civiques que leur accorde la loi. En tout cas, au même titre que tout citoyen jouissant de ses droits civiques et moraux, les guides religieux musulmans eux-aussi ont le plein droit, et parfois même le devoir, de prendre une part active dans l’œuvre d’édification nationale du pays.

Ont-ils finalement compris qu’ils ont le plein droit, d’avoir voix au chapitre en ce qui concerne la vie de la Nation ?

On serait plutôt tenté de répondre par l’affirmative à ce questionnement dans la mesure où, de par certains propos et faits tenus ces temps-ci au gré de différentes rencontres, on se ferait à l’idée que le sérail des religieux musulmans nourrit des ambitions politiques. Les impacts négatifs de la probable rivalité, entre le GLSM et le courant ‘’Wahabit’’, ont vite été évités grâce à des médiations discrètes de certains leaders musulmans de renom. Ainsi, hormis certaines petites incompréhensions qui sont inhérentes à tous regroupements humains, les deux courants les plus importants de l’Islam au Mali, vivent en parfaite symbiose aujourd’hui. Les dignitaires religieux musulmans sont conscients que cette entente constitue une force à laquelle nulle ne saurait résister.

Lorsque l’Imam Mahmoud Dicko avait rendu public son ‘’Manifeste pour la Refondation du Mali’’, ce sont presque toutes les organisations et associations religieuses musulmanes, sans distinction d’obédience, qui y ont souscrit en promettant de s’investir pleinement et entièrement en cas de  besoin.

C’est dire que…

 

POUR LIRE L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE ABONNEZ-VOUS POUR UN ACCÈS ILLIMITÉ !

El Hadj Mamadou GABA 

By |2021-04-01T10:55:02+02:00avril 1st, 2021|A LA UNE, ACTUALITE, POLITIQUE, RELIGION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils