/, ACTUALITE, ANALYSE/RENCONTRE ENTRE LE CNSP ET LA CMA A KIDAL: LA VISITE REPORTÉE SINE DIE

RENCONTRE ENTRE LE CNSP ET LA CMA A KIDAL: LA VISITE REPORTÉE SINE DIE

QUELLES EN SONT LES VRAIES RAISONS ?

Nous vous relations dans notre édition N°5501 du jeudi 3 septembre 2020 que le CNSP devait se rendre à Kidal à l’invitation à l’invitation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) pour une séance de travail avec la haute hiérarchie de la capitale des Ifoghas. En effet, à l’issue d’une rencontre qui a eu lieu le mardi 1er septembre 2020 au ministère de la Défense et des Anciens Combattants à Bamako, entre la junte et les différents groupes armés du nord, Moussa Ag Attaher, un des dirigeants de la CMA avait expliqué que : «La CMA est venue demander une rencontre à Kidal avec le plus haut niveau de responsabilité de la CMA le plus vite possible. J’ai informé les officiers dans la salle que la CMA n’est pas venue ici avec des propositions mais elle travaille sur ces propositions et les soumettra lors de la prochaine réunion à Kidal que nous espérons se tenir très bientôt ».

Suite à cette déclaration de Moussa Ag Attaher et comme jonction de l’acte à la parole, il a été annoncé, par voie officielle, qu’une délégation du CNSP devait se rendre à Kidal le jeudi 3 septembre 2020. Mais quelques heures plus tard, un autre communiqué officiel annonçait le report sine die de la visite du CNSP à Kidal. Pour raison de ce report, le communiqué allègue le mauvais temps qui ne serait pas favorable à la navigation aérienne à Kidal et dans ses environs. A vrai dire, c’est là un argument qui ne convainc personne dans la mesure où les services de la ‘’météo’’ annoncent, pour ce jeudi 3 septembre, « Aujourd’hui à Kidal, de larges éclaircies prédominantes. Pas de précipitations. La fiabilité de la situation est excellente… ».

Avec ces données météorologiques, on ne saurait nullement arguer d’un mauvais temps à Kidal pour reporter sine die la rencontre entre le CNSP et la CMA à Kidal

Bien sûr qu’en pareille circonstance, les supputations ne font qu’aller bon train et chacun y va de ses commentaires. C’est ainsi que d’aucuns parmi les observateurs attribuent le report du voyage de la junte à Kidal au fait que cela pourrait s’apparenter à une espèce de discrimination entre les différentes composantes de la société malienne. En effet, depuis son avènement au pouvoir d’Etat, toutes les rencontres avec la junte se sont passées à Bamako et c’est elle qui reçoit ses différents interlocuteurs. Donc au nom de ce principe, si la CMA veut rencontrer le CNSP, c’est à elle de se déplacer. On devrait se demander, qu’est-ce que la CMA pourrait avoir à dire au CNSP qui ne puisse pas être dit à Bamako ? En vérité la CMA veut tout simplement renouer avec ses amours que sont la fourberie et la délation.

Les militaires doivent rester vigilants pour ne pas céder aux sirènes des ex-rebelles touareg

C’est un secret de polichinelle que dire le processus de mise en œuvre de l’Accord d’Alger s’offre aux dirigeants de la CMA comme une vache laitière qu’il faut maintenir en vie le plus longtemps possible. La mise en œuvre de l’Accord d’Alger, de par son volet financier, procure la manne et la caille aux dirigeants des groupes armés du nord et à ce titre ils ne perdent aucune occasion pour faire trainer les choses, tant que l’on peut en tirer quelque profit que ce soit. Evidemment qu’avec la situation d’exception que le Mali connait depuis le coup d’état du 18 août 2020, le robinet financier de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger est tombé en panne sèche. Mais cela ne sera que temporaire et les ex-rebelles le savent bien.

Une autre raison qui aurait prévalu au report sine die de la visite du CNSP à Kidal pourrait être le fait qu’une rencontre plus importante, entre le CNSP et le M5-RFP, se serait imposée pour le même jour. D’ailleurs, cela est d’autant normal et logique quand on sait que face aux urgences du pays, les problèmes se rapportant à Kidal ne peuvent être que secondaires. Le Mali, en cette période de Transition, a mieux à faire.  

LA CMA VEUT PARTICIPER À LA TRANSITION 

L’intérêt prédominant que porte la CMA à la junte militaire, est qu’elle est aujourd’hui aux rênes du pouvoir. Ainsi, il nous revient que la raison principale pour laquelle la CMA tient à ce qu’il y ait une rencontre  à Kidal avec les hautes autorités, est dû au fait qu’elle veut participer à la transition politique. En effet, le coordinateur de la CMA, Moussa Ag Attaher, a révélé que « Nous voulons être impliqués dans toute l’organisation de la transition et dans tous ces organes : la présidence, le gouvernement, l’assemblée provisoire qui aura lieu. Nous sommes prêts, et nous le revendiquons pour avoir un niveau de participation à tous les niveaux, et  à des postes de responsabilités à hauteur de la CMA dans l’échiquier national ». C’est dit ! Le plan de la CMA n’est autre que d’entrer dans la scène politique, en étant présente dans toutes les institutions de la République. Hors de question pour elle à présent, de ne se limiter qu’à Kidal. Le CNSP a plus que jamais, du pain sur la planche. Alors on se demande, comment réussira-t-elle à accorder la danse parmi tous ces acteurs venant de tout bord, revendiquant  leur part de gâteau ? 

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-09-07T15:00:46+02:00septembre 4th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE, ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils