//RÉUNION ENTRE LE MINISTRE HAROUNA ET LES SECTEURS DU COMMERCE ET DES SERVICES DU MALI: DES ACTIONS QUI AMÉLIORENT LA GOUVERNANCE DU COMMERCE AU MALI

RÉUNION ENTRE LE MINISTRE HAROUNA ET LES SECTEURS DU COMMERCE ET DES SERVICES DU MALI: DES ACTIONS QUI AMÉLIORENT LA GOUVERNANCE DU COMMERCE AU MALI

Hier à l’hôtel Koira sous la présidence de Harouna NIANG, l’actuel ministre de l’industrie, du Commerce et de la promotion des investissements s’est tenue une rencontre entre des opérateurs des secteurs du commerce. Cette instance s’inscrit dans le cadre de la série d’échanges devant alimenter le programme d’action du gouvernement de la transition.

En effet, cette rencontre avec les secteurs du commerce et des services, troisième du genre, a pour objectif d’alimenter le programme d’action du gouvernement de la transition en ce qui concerne le ministère de l’Industrie du Commerce et de la Promotion des Investissements.

Selon le ministre NIANG, « Tout au long de ces journées de rencontre, vous n’avez pas manqué de souligner de façon pertinente le contexte nouveau et difficile que va constituer pour nous au Mali l’avènement de la Zone de Libre Echange Continentale, les menaces que fait peser sur toutes les économies le COVID-19, sans compter les multiples problèmes d’ordre sécuritaire, sociétal et autres que nous connaissons au plan national depuis déjà quelques années. »

A l’en croire, ce nouvel environnement exige de nous des réponses à la hauteur du défi.

Il nous faut très rapidement entreprendre des actions qui améliorent la gouvernance du commerce et adapter nos pratiques à cette exigence.

Aux dires du ministre SANOU, l’opérationnalisation du guichet unique électronique du commerce et des transports est à cet égard vivement attendue. Il s’agit précisément de procéder à l’interconnexion des bases de données du Système de Gestion des Opérations du Commerce Extérieur (SYGOCE) de la DGCC avec ceux du Centre d’Expertise Technique (CET) et du Bureau Veritas ou Système d’Exploitation de la Douane (DGD).

Selon lui, il faut s’inscrire dans le schéma des adaptations nécessaires, transformer les faiblesses structurelles du moment en de formidables avantages dans un avenir beaucoup plus proche qu’on ne le pense. Le ministre NIANG a rappelé que les mécanismes de l’intégration sous-régionale et régionale offrent des opportunités pour notre développement que personne ne doit manquer.

«Nous devons dépasser nos clivages traditionnels: industriels contre commerçants ; fonctionnaires opposés aux privés; secteur formel et secteur informel, et nous donner la main pour mieux participer à la construction du Mali nouveau, un Mali moderne, plus concurrentiel et plus solidaire. Dans ce Mali nouveau, nous devons veiller à l’application stricte des textes surtout en matière de passation des marchés publics » a-t-il précisé.

Ben Chérif

By |2020-10-27T02:28:30+01:00octobre 27th, 2020|DEVELOPPEMENT|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils