/, JUSTICE/REVENDICATIONS POLITICO-JUDICIAIRES: LES DEPUTES ‘’SPOLIES’’ VICTIMES DE LEUR SUIVISME

REVENDICATIONS POLITICO-JUDICIAIRES: LES DEPUTES ‘’SPOLIES’’ VICTIMES DE LEUR SUIVISME

L’opinion nationale et l’opinion internationale retiendront que ce sont essentiellement les contestations populaires, consécutives à la proclamation des résultats définitifs des dernières législatives, qui ont constitué l’élément déclencheur de la crise que le Mali traverse en ce moment-ci. Signalons qu’aussitôt proclamés les résultats définitifs des législatives de 2020, des mouvements spontanés de contestations ont eu lieu en plusieurs endroits du pays, notamment à Bamako, Kati, Ségou, Koro, Mopti, Sikasso et Bougouni. Si ce sont là quelques localités où la contestation a eu le plus de retentissement, il n’en demeure pas moins que c’est dans un peu plus d’une trentaine de circonscriptions électorales où des candidats se plaignent d’être spoliés de leurs victoires, suite aux magouilles orchestrées par l’institution judiciaire commise à la supervision des élections au Mali.

Le leitmotiv commun à tous ces mouvements de contestation était la démission des membres de la Cour. C’est tout à fait de bonne guerre alors, que les candidats victimes de cette injustice se retrouvent au sein d’un collectif pour porter leurs revendications. C’est ainsi qu’est né le ‘’Collectif des Députés Elus par le Peuple et  Spoliés par la Cour Constitutionnelle’’ (CODEPSC), dans la première semaine du mois de mai. Ce combat avait commencé à faire des échos lorsque survenait la manifestation du 5 juin. Vu le succès qui a accompagné cette manifestation politico-religieuse et vu aussi le fait que nombreuses ont été les formations politiques et organisations de la société civile à rejoindre les rangs du mouvement du 5 juin, alors le collectif des députés spoliés a, lui-aussi, sauté sur l’occasion pour inscrire ses actions dans le canevas du M5-RFP.

A vrai dire par ce ralliement, le CODEPSC devenu aujourd’hui CODESAC (Collectif des Députés Spoliés par l’Administration et la Cour Constitutionnelle) a tout simplement fait du ‘’suivisme’’ en ce sens que ses membres ont suivi les évènements sans pour autant se donner le temps de porter des jugements de valeur. Actualités obligeant, une mission de la CEDEAO conduite par l’ex-Président nigérian a séjourné à Bamako dans le cadre de la  recherche de solutions pour une sortie de crise au Mali. Comme d’ordinaire, cette mission de l’organisation sous régionale a été sanctionnée par un communiqué. Mais le communiqué en question n’a pas du tout agréé aux membres du CODESAC étant donné que leur collectif n’a pas eu droit aux honneurs d’être reçu par la mission de la CEDEAO. Toute chose qui a poussé nos députés spoliés à monter au créneau pour dénoncer le fait qu’ils n’aient pas été reçus et entendus par la délégation de la CEDEAO. A cet effet le CODESAC s’est fendu d’un communiqué dans lequel il rejette en bloc les recommandations de la CEDEAO. « Le collectif des députés spoliés par l’Administration et la Cour constitutionnelle (CODESAC) comprenant des victimes du 1er et 2ème tour, celles de l’Administration locale et de la Cour saluent l’engagement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest à trouver une issue favorable à la crise multiforme que connait le Mali. Le collectif tient à préciser à l’opinion nationale et internationale qu’il n’y a pas eu de rencontre entre la CEDEAO et lui. D’ailleurs, le collectif désapprouve en tant qu’acteur majeur de la crise, sa mise à l’écart par la CEDEAO lors des différentes rencontres ». Peut-être que les députés spoliés espéraient que leur situation allait faire l’objet d’une considération particulière, étant de notoriété publique que le fondement de la crise actuelle réside en cette situation-là. On pourrait concéder volontiers qu’effectivement le problème des députés ‘’spoliés’’ aurait pris plus d’envergure si les concernés, eux-mêmes avaient su prendre leurs responsabilités en défendant de façon véhémente, leurs propres causes. Mais malheureusement, pour eux, ils ont été victimes de leur ‘’suivisme’’ confiant leur sort au M5-RFP dont les responsables ont d’autres ambitions (personnelles et égoïstes) que de lutter pour la cause d’autrui. En vérité le collectif des députés ‘’spoliés’’ gagnerait mieux en menant sa propre lutte, plutôt que d’être de simples suivistes auprès du M5-RFP où la plupart des dirigeants ne sont mus que par des intérêts égoïstes.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-07-24T11:35:14+02:00juillet 24th, 2020|A LA UNE, JUSTICE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils