//SIGNATURE D’UNE CONVENTION POUR UNE LIGNE DE CRÉDIT DE 26,4 MILLIARDS DE FCFA, HIER : LES DIRECTEURS DE LA BNDA ET DE L’AFD AFFICHENT LES MÊMES AMBITIONS !

SIGNATURE D’UNE CONVENTION POUR UNE LIGNE DE CRÉDIT DE 26,4 MILLIARDS DE FCFA, HIER : LES DIRECTEURS DE LA BNDA ET DE L’AFD AFFICHENT LES MÊMES AMBITIONS !

Parmi les conventions de financement des projets de développement au Mali que la France et le Mali ont signées hier lundi 26 octobre 2020 à la Primature figure celle qui porte sur la Ligne de crédit allouée à la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA) pour un prêt de 26,4 milliards de FCFA. Cette convention a été signée entre le DG BNDA, Souleymane WAIGALO et le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) au Mali, François TIROT, sous les yeux du Premier ministre, Moctar OUANE, et du ministre Jean-Ives Le DRIAN, en présence de plusieurs autres invités et cadres de la Primature. Au terme de celle-ci, les deux Directeurs ont exprimé leur satisfaction à la presse.

Le Directeur Général de la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA), a rappelé que la cérémonie concernait la signature des conventions suivantes : une ligne de 40 millions d’euros soit 26,2 milliards de FCFA, une subvention de 2,2 millions d’euros, et une ligne de garantie EURIZ de 3 millions d’euros.

Il s’agira de développer une offre de produits financiers pour le financement d’investissements d’atténuation et/ou adaptation au changement climatique ; d’investissement portés par des femmes ; d’investissements portés par des acteurs économiques situés dans des zones touchées par la crise sécuritaire (régions Nord et Centre) ; et d’investissement habituels des PME-PMI et entreprises du secteur agroindustriel.

Avec un total bilan de 493 milliards de FCFA au 31 décembre 2019, la BNDA octroi chaque année plus de 500 milliards de financement à l’économie avec 53% au secteur de l’agriculture. En plus de ses financements propres, elle mobilise chaque année plus de 100 milliards de FCFA auprès du système bancaire local dans le cadre de l’accompagnement du secteur rural et des ruraux, a-t-il souligné.

Nous réalisons un PNB de plus de 40 milliards de FCFA et résultat net représentant 30% de ce PNB. La BNDA est une des rares banques à respecter l’ensemble du dispositif prudentiel sur plusieurs décennies faisant d’elle une banque modèle dans la zone UEMOA, a affirmé le DG de la BNDA.

Il a rappelé que ces accompagnements sont nécessaires pour le développement de nos activités, la lutte contre les inégalités et pour améliorer la qualité de vie des Maliens du fait de la faiblesse du niveau de la collecte locale et des coûts d’intermédiation liés aux conditions d’accès des zones rurales et à l’immensité de notre territoire. Ces lignes nous permettront d’accompagner près de 50 000 bénéficiaires tous segments confondus, a-t-il précisé.

Toutefois, M. WAIGALO a laissé entendre que l’obtention des lignes n’est qu’une étape, il s’agira de tout mettre en œuvre pour identifier des bénéficiaires solvables et des projets financements rentables et d’assurer un suivi efficient. Avant de rassurer son partenaire de l’AFD que sa structure bancaire parviendra à atteindre les objectifs fixés. Selon lui, l’évolution des lignes mises à la disposition de la BNDA témoigne l’engagement du DG de l’AFD, Rémy Rioux, les volumes passant, depuis son accession à la tête de l’Agence, de 5 millions à 30 millions d’euros en 2017 et aujourd’hui à 40 millions d’euros. Cet accompagnement de l’AFD, à n’en pas douter, permettra à la BNDA de réaliser sereinement les objectifs de son septième plan de développement à moyen terme, 2021-2025, s’est-il réjoui.

Quant au Directeur de l’AFD, il a rappelé que ces financements marquent la continuité, le renouvellement de cette confiance et surtout de l’appui au Mali qui est un partenaire historique, ancien de la France, un partenaire stratégique, de surcroit, avec la situation sécuritaire que l’on connait depuis 2012 et la présence des soldats français. Donc, le Mali est un pays très important pour la France, c’est un pays avec lequel nous avons de relations d’amitié très, très ancienne. Il y a une diaspora malienne très importante en France. C’est un renouvellement de confiance, c’est aussi une marque d’amitié pour le Gouvernement du Mali de la part du Gouvernement français, a-t-il expliqué.

“Ce sont des financements qui sont affectés à des projets particuliers qui ont été dits lors de la présentation. Les financements ont des conditions, en ce sens qu’un projet doit d’abord obéir à certaines règles”, a précisé François TIROT.

“Il y a d’abord des études de faisabilités, des investissements qui sont déterminés, choisis par la maitrise d’ouvrage qui fait un appel d’offres internationales avec des règles à respecter notamment de la transparence totale de ces appels d’offres et ensuite, les investissements se dérouleront comme tout projet d’investissement”, a-t-il indiqué.

“S’agissant de la ligne de crédit à la BNDA, il y a cette ligne de 40 millions d’euros, assortie de 02 millions d’euros pour appuyer la BNDA, l’accompagner sur le financement de politique un peu particulière notamment sur le genre, sur le climat, sur l’entrepreneuriat dans le Nord et le Centre. Donc, c’est plus de l’accompagnement que de la conditionnalité”, a affirmé M. TIROT.

“Tous les financements de l’AFD sont suivis à l’euro près pour être certain de leur bonne utilisation. Et quand on voit tous les projets financés par l’AFD au Mali, on ne doute pas que ces projets seront menés à bonne fin, en toute transparence” a-t-il ajouté.

Par Boubacar DIARRA

By |2020-10-27T01:34:23+01:00octobre 27th, 2020|ECONOMIE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils