/, INTERNATIONAL, POLITIQUE/SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO SUR LE MALI AUJOURD’HUI: LES DIRIGEANTS OUEST-AFRICAINS VONT-ILS BRANDIR DES MENACES CONTRE DES ACTEURS ?

SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO SUR LE MALI AUJOURD’HUI: LES DIRIGEANTS OUEST-AFRICAINS VONT-ILS BRANDIR DES MENACES CONTRE DES ACTEURS ?

La médiation de haut niveau de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), composée de cinq Chefs d’Etat de la sous-région n’a pas pu faire mieux que les deux missions qui ont précédemment séjourné dans la capitale malienne. Malgré cet honneur qu’ont fait lesdits Chefs d’Etat par leur présence à Bamako le jeudi dernier, les lignes n’ont pas bougé. Ce qui a poussé ces Chefs d’Etat d’annoncer un Sommet Extraordinaire aujourd’hui lundi 27 juillet 2020 en visioconférence sur la crise socio-politique au Mali. Donc des mesures fortes seront prises pour mettre fin à cette crise socio-politique que traverse notre pays depuis plusieurs semaines.

Finalement, la crise socio-politique a atteint un niveau inquiétant. Les trois missions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dépêchées à Bamako pour tenter de concilier les positions des deux parties protagonistes ont échoué. Et la dernière était celle composée par les cinq Chefs d’Etat suivants : Mahamadou ISSOUFOU, président de la République du Niger et président en exercice de la CEDEAO ; Alassane OUATTARA, président de la République de Côte d’Ivoire ; Nana Akufo- Addo, président de la République du Ghana; Muhammadu BUHARI, président de la République Fédérale du Nigéria ; Macky SALL, président de la République du Sénégal. Dans cette délégation présidentielle ouest-africaine, figuraient d’autres personnalités importantes à savoir : Goodluck Jonathan, Médiateur du Président en exercice de la CEDEAO ; Kalla Ankourao, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Etranger de la République du Niger et président en exercice du Conseil des Ministres de la CEDEAO ; Jean Claude Kassi BROU, président de la Commission de la CEDEAO; Général Francis Béhanzin, Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO.

Cette médiation de très haut niveau n’a pas permis aux acteurs de s’entendre sur l’essentiel, le Mali. Les leaders du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) ont rejeté une fois de plus les propositions faites par lesdits dirigeants ouest-africains. Raison pour laquelle, il a été décidé de tenir aujourd’hui lundi 27 juillet 2020 un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO sur la situation socio-politique du Mali afin que des solutions idoines soient trouvées dans un bref délai. Dès l’annonce de cette nouvelle, des interrogations pleuvent : Comment les Chefs d’Etat comptent résoudre cette crise? Quelles stratégies comptent-ils mettre en place pour faire bouger les lignes? Vont-ils jusqu’à brandir des menaces, voire prendre des sanctions contre les différents leaders du M5-RFP? Le Mali va-t-il être suspendu de l’organisation sous régionale après le 31 juillet, si les recommandations ne sont pas mises en œuvre? Ce sont entre autres questions qui attendent des réponses au terme du sommet d’aujourd’hui. Pourtant, en écoutant le président en exercice de la CEDEAO, Mahamadou Issoufi, président de Niger, dire que lors de ce sommet extraordinaire, des mesures fortes seront prises pour la résolution définitive de cette crise socio-politique du Mali, aucune alternative n’est à écarter.

En attendant, l’Imam Mahmoud Dicko, autorité morale du Mouvement du 05 Juin, a déploré les propositions faites par les cinq Chefs d’Etat pour résoudre cette crise. Selon lui, rien n’a été fait, avant de rassurer que ceux qui sont morts lors des différentes manifestations ne sont pas morts pour rien et qu’il préfère mourir en martyr que de trahir ceux-ci. Ce qui laisse entendre que l’Imam Dicko est arrivé finalement à un point de non-retour. Faut-il croire encore à des solutions sous régionales ? Une chose est certaine, malgré les efforts consentis par les dirigeants ouest-africains, si les maliens eux-mêmes ne mettent pas le Mali au-dessus de tout, il serait difficile de recouvrer la paix. Il faut reconnaitre que d’autres crises existent toujours et  menacent l’existence même de notre nation. Pourquoi le Chef d l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta peine à régler ce problème? Pourquoi les maliens n’arrivent pas à trouver des solutions à la malienne? Il est quand même temps que les uns et les autres mettent les intérêts personnels de côté et privilégier ceux de la nation malienne. Une chose est certaine, quelles que soient des décisions à prendre lors de ce sommet, la crise perdurera si les acteurs n’ont pas la volonté.

Boubacar DIARRA

By |2020-07-27T09:26:19+02:00juillet 27th, 2020|ACTUALITE, INTERNATIONAL, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils