/, SÉCURITÉ/TRAFIC INTERNATIONAL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES ET DE MÉDICAMENTS CONTREFAITS: TROIS TONNES DE PRODUITS D’UNE VALEUR D’UN MILLIARD DE FRANCS CFA SAISIES PAR L’ANTENNE OCS DE SIKASSO, PLACÉES SOUS LA RESPONSABILITÉ DES DOUANES

TRAFIC INTERNATIONAL DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES ET DE MÉDICAMENTS CONTREFAITS: TROIS TONNES DE PRODUITS D’UNE VALEUR D’UN MILLIARD DE FRANCS CFA SAISIES PAR L’ANTENNE OCS DE SIKASSO, PLACÉES SOUS LA RESPONSABILITÉ DES DOUANES

L’antenne Sikasso de l’Office Central des Stupéfiants a découvert, en début de semaine, une importante quantité de produits pharmaceutiques illicites. La cargaison provenait du Burkina Faso. Elle était transportée dans deux camions de marchandises immatriculés au Nigéria. L’information a été donné à l’antenne par la Direction de l’office. Les enquêteurs avaient mis en place un dispositif de surveillance au poste de contrôle de Hérèmakono pour alpaguer les trafiquants. Cette action a été menée en application des dispositions de l’article 30 du Décret N°2015-0400 du 04 juin 2015. Ces dispositions chargent l’OCS des missions de lutte contre le trafic des médicaments contrefaits. Il le ferait en rapport avec la Direction de la Pharmacie et du Médicament et l’Ordre des Pharmaciens.

Cependant, dans son approche de mutualisation des efforts, l’antenne de l’OCS a partagé ces renseignements avec la Direction régionale des douanes de Sikasso. C’est ainsi que les deux camions ont été conduits dans la cour dudit service. Une  fouille   conjointe faite par les éléments de l’OCS et de la douane a permis de dénombrer dans le premier camion immatriculé FKJ327XY, 14 colis. Le deuxième immatriculé LSD715XJ, contenait 15 colis  pesant chacun 200 kg environ ; soit un total d’à peu près 03 tonnes.

Les produits transportés sont notamment  des médicaments en comprimé et en solution injectable comme le diclofenac, le novalgin, l’analgin, le coartem, des katétères, etc. Les investigations des enquêteurs et les renseignements fournis par le Président du bureau régional de l’Ordre des pharmaciens de Sikasso révèlent que cette transaction est un trafic international de produits pharmaceutiques. Les marchandises sont transportées sans document d’importation légal délivrée par la Direction de la Pharmacie et du médicament. Aucune demande de grossiste agréé par l’ordre des pharmaciens du Mali ne les accompagne.

Les auteurs violent certains  textes législatifs et règlementaires notamment :

  • la loi N° 81-46 ANRM du 22 juin 1985 modifié portant autorisation de l’exercice privé des professions sanitaires, le décret N°91-106/P-RM modifié portant organisation de l’exercice privé des professions sanitaires,
  • l’arrêté 91-4318/MSPAS-PF-Cab du 03 octobre 1991 fixant les modalités d’exercice privé de profession sanitaire dans le secteur pharmaceutique et d’opticien lunettier. Le chef d’antenne régional de l’OCS a informé le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Sikasso du trafic international de produits pharmaceutiques contrefaits.

A ce jour, suivant les allégations d’un responsable de l’Office, les produits et les camions sont mis à la disposition de la Direction régionale des Douanes de Sikasso. Il faut préciser que, depuis quelques années, l’OSC engrange du succès dans la lutte contre les produits illicites au Mali. Il faut donc rendre une fière chandelle au Colonel Magistrat TOUNKARA de la direction de l’Office et à tous ses hommes sur le terrain pour cette guerre sans merci contre les trafiquants de produits illicites

 LAYA DIARRA

By |2020-07-24T10:43:42+02:00juillet 24th, 2020|SANTÉ, SÉCURITÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils