//TRANSITION 1991 – TRANSITION 2020 : ET SI LE COL. ASSIMI GOITA PRENAIT EXEMPLE SUR ATT…

TRANSITION 1991 – TRANSITION 2020 : ET SI LE COL. ASSIMI GOITA PRENAIT EXEMPLE SUR ATT…

De l’accession de notre pays à l’indépendance en 1960 à nos jours, le Mali a connu au total quatre Transition. Mais celle qui a le plus marqué les Maliens en termes de réussite demeure la Transition dirigée par feu Amadou Toumani TOURE dit ATT. Comme un hasard de circonstance, c’est lors d’une Transition que ce grand homme est parti à jamais. Toutefois, les putschistes de 2020 ont bénéficié des conseils de l’homme pour une Transition réussie. Malheureusement, ce sont des actes ratés qu’on constate depuis le début de cette Transition jusqu’à ce jour.

 

Quatre coups d’Etat en autant de Transitions en l’espace de 60 ans, le Mali figure, sans nul doute, parmi les champions en coups d’Etat en Afrique de façon générale et en Afrique de l’Ouest en particulier. Toute chose qui indique clairement que les Maliens doivent revoir leur système démocratique, c’est-à-dire, adapter la démocratie à nos valeurs, à nos réalités sociopolitiques. Donc, instaurer une démocratie à la malienne. Parlant de la Transition, les constats ont révélé que dans l’histoire contemporaine du Mali, celle que Amadou Toumani TOURE, ATT avait dirigée reste jusqu’à preuve de contraire la meilleure. D’un régime dictatorial à un régime démocratique, ce Colonel de l’armée à l’époque avait su mener une Transition inclusive et consensuelle. Et selon ATT, lors de sa dernière sortie médiatique sur l’ORTM, c’est la seule façon de réussir dans la gestion d’une Transition, tout en affirmant que c’est une période difficile, compliquée et complexe pour un pays. Donc, c’est pour dire tout simplement que la réussite d’une Transition passe forcement par son caractère d’inclusivité.

Malheureusement, pour cette 4ème Transition, le Colonel Assimi GOITA et ses compagnons sont très mal partis pour se mettre dans une dynamique autre que celle qu’a prônée ATT

Car, ils seraient animés d’une mauvaise foi dans la gestion de cette Transition. Ce qui pourrait faire l’effet contraire après la période.  Dès leur arrivée au pouvoir quand le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta a chuté, le Col. Assimi GOITA et ses compagnons ne cessent de commettre des erreurs. Ils mettent à l’écart tous ceux qui ont une quelconque coloration politique alors qu’il est difficile de réussir une Transition sans l’implication forte de la classe politique.   On se rappelle, en 1991, après la chute du régime du Gal. Moussa TRAORE, le Colonel ATT avait toujours pris les décisions importantes avec l’ensemble des forces vives de la nation. Ainsi, une conférence nationale lui avait permis de tracer les voies à suivre pour aboutir à une élection d’un Président démocratiquement élu et une Assemblée nationale civile. Aujourd’hui, en 2020, les concertations nationales dont les conclusions ne reflètent nullement pas les résultats des travaux ont permis à la Junte militaire de mal partir pour une Transition pleine de marginalisation et de mépris principalement à l’égard des hommes politiques. C’est dans cette dynamique que les autorités de la Transition, le Président et son Vice-président de la Transition, le Premier ministre et les membres du Gouvernement ont été désignés. Les décisions qui ont permis à leur désignation ont été tout le temps pris unilatéralement par la Junte militaire.

En plus, aujourd’hui, la clé de répartition des 121 sièges du Conseil National de Transition (CNT) qui fait office d’une Assemblée nationale dans cette période d’exception est au cœur d’une divergence absolue, voire une polémique qui ne dit pas son nom

Toute chose qui indique que le Col. Assimi GOITA qui joue le rôle du Chef de l’Etat en réalité aurait un regard méprisant à l’égard de la classe politique nationale. Ce qui pourrait lui garantir un échec après 18 mois que durera cette Transition. On peut, d’ores et déjà, dire que malgré les sages conseils du feu Amadou Toumani TOURE, ATT, à la veille du 60ème anniversaire de l’accession de notre pays à l’Indépendance, le Col. Assimi GOITA et ses compagnons n’auraient pas bien appris les leçons. Pourtant, ils ont intérêt de réussir cette Transition s’ils veulent assurer leurs arrières. Car, après la Transition, ce sont les hommes politiques qui sont appelés à reprendre la main. Alors, en marginalisant ceux-ci, ils doivent s’attendre à un retour de manivelle. Puisqu’ils ne peuvent pas s’éterniser au pouvoir. C’est pourquoi, ne serait-ce que pour la constitution du Conseil National de Transition, le Col. Assimi GOITA et compagnons ont encore l’opportunité de se rattraper. Il est clair qu’au regard du rôle du CNT, celui-ci demeure l’affaire de la classe politique.

Du coup, si Bah N’DAW et Moctar OUANE souhaitent sortir par la grande porte, ils doivent appeler la Junte militaire à la raison pour qu’elle accepter de composer avec la classe politique

Il faut quand même signaler que ce n’est pas pour rien que, aujourd’hui, le peuple malien regrette tant la disparition de l’ex-président Amadou Toumani TOURE, non moins président de la Transition de 1991 à 1992. Faut-il le rappeler, 14 mois de Transition  étaient suffisants pour que l’homme transmette le pouvoir aux civils. Donc, il est encore temps pour Assimi et camarades de se ressaisir vis-à-vis de la classe politique.

 Boubacar DIARRA

 

 

By |2020-11-17T14:34:33+01:00novembre 17th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils