/, SÉCURITÉ/TRONÇON BOURA-YOROSSO DANS LA REGION DE SIKASSO : SIX FEMMES TUEES DANS L’EXPLOSION D’UNE MINE AU PASSAGE D’UNE AMBULANCE

TRONÇON BOURA-YOROSSO DANS LA REGION DE SIKASSO : SIX FEMMES TUEES DANS L’EXPLOSION D’UNE MINE AU PASSAGE D’UNE AMBULANCE

Les terroristes procèdent par de nouveaux modes opératoires pour commettre leurs forfaits. Le vendredi 11 septembre 2020, six femmes, dont l’une enceinte, ont été tuées dans l’explosion d’une mine artisanale au passage de l’ambulance sur le tronçon Boura-Yorosso dans la région de Sikasso. L’information a été confirmée par des autorités judiciaires régionales. Pourtant, ce mode opératoire était jusque-là non utilisé par des groupes terroristes ou djihadistes.

Six femmes, dont l’une enceinte, ont été tuées le vendredi dernier dans l’explosion d’une mine artisanale au passage de l’ambulance, ont confirmé à l’AFP des autorités judiciaires régionales. Cette tragédie s’est produite lorsque les six femmes étaient transportées en ambulance “entre Boura et Yorosso”, dans la région de Sikasso (sud), a précisé  le procureur de Koutiala, Dramane DIARRA. Des sources locales ajoutent que c’était lorsqu’une femme malade était évacuée au CSRef de Yorosso. Parmi les victimes, on notait un personnel de la santé.

Le seul rescapé de l’explosion reste le chauffeur de l’ambulance, a ajouté le procureur DIARRA, précisant qu’il était “gravement blessé”. Celui-ci a été transporté à l’hôpital régional par le service des urgences

Il faut signaler que sur des photos circulant sur les réseaux sociaux, authentifiées par l’AFP, on voit l’ambulance, un 4×4 marqué de la croix rouge symbole des véhicules médicaux, totalement détruite par l’explosion. Le toit et l’arrière du véhicule ont disparu. Il ne reste du véhicule que les deux sièges avant, le capot et l’antenne radio. Cette attaque s’est produite dans une localité située vers la frontière Mali-Burkina Faso, théâtre de violences de plus en plus récurrentes alors qu’elles étaient totalement absentes il y a quelques années. Des jihadistes opèrent aujourd’hui dans cette zone. Faut-il le rappeler, depuis 2012, le Mali, comme le Burkina Faso et le Niger, sont frappés par des violences jihadistes de plus en plus fréquentes.

Des groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda ou à l’organisation Etat islamique (EI) combattent, entre eux et contre les symboles de l’Etat. Ils se sont presque implantés dans la zone des trois frontières et leurs actions sont quasi quotidiennes, principalement à travers des embuscades, des attaques de camps militaires, et des poses d’engins explosifs artisanaux. Signalons que 24 heures auparavant, on avait appris l’enlèvement de deux agents des Eaux et Forêts, suite à une attaque par des individus armés non identifiés. Ce sont leurs corps sans vie qui ont été finalement retrouvés à 10 km de Boura par des renforts dépêchés sur les lieux.

Six morts et une dizaine de bléssés dans une attaque à Ogoboro

Aussi, il faut indiquer que, de la nuit du jeudi à vendredi 2020, des hommes armés non identifiés ont attaqué le village d’Ogoboro dans la commune de Tori, localité située dans le cercle de Bankass dans la région de Mopti. Selon des sources locales, le bilan est de 6 personnes tuées, une dizaine de blessées et des bétails emportés. La situation serait calme le vendredi. Toutefois, la psychose régnait au sein de la population, ont indiqué des sources locales.

Boubacar DIARRA

By |2020-09-14T16:32:34+02:00septembre 14th, 2020|ACTUALITE, SÉCURITÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils