/, EMPLOI/UN OUF DE SOULAGEMENT POUR LES CHEMINOTS EN CETTE VEILLE DE TABASKI: SUR SIX MOIS D’ARRIÉRÉS DE SALAIRE, LE PREMIER MINISTRE EN ACCORDE UN

UN OUF DE SOULAGEMENT POUR LES CHEMINOTS EN CETTE VEILLE DE TABASKI: SUR SIX MOIS D’ARRIÉRÉS DE SALAIRE, LE PREMIER MINISTRE EN ACCORDE UN

En cette veille de Tabaski, Dr. Boubou CISSE, Premier ministre a donné l’instruction de leur payer un mois de salaire aux travailleurs du Chemin de fer, pour leur permettre de faire face aux dépenses obligatoires de la fête. Suite à la défaillance de la société Trans-Rail Sa, concessionnaire du Chemin de fer Dakar-Bamako depuis plus d’une décennie, cette entreprise ferroviaire traverse des difficultés sans précédents. Comme corollaire, la dégénérescence du Chemin de fer depuis quelques années. Tout cela a débouché sur l’arrêt des activités ferroviaires (trains des marchandises et trains voyageurs). Cet arrêt de trafic est couronné par la cumulation des arriérés de salaires, voire le licenciement de centaines d’agents.

Il est bien de le rappeler : ce calvaire des travailleurs du Chemin de fer a même entraîné des morts. Beaucoup d’agents avaient déclenché un moment une grève de la faim qui avait coûté la vie à des grévistes. Pour ce fait, les Syndicats des travailleurs du Chemin de fer avaient haussé le ton. Ils avaient entrepris perturber la circulation routière au Centre de Bamako.C’est ainsi que le pouvoir avait fait promesses de redémarrer les différents trains, de payer quelques mois d’arriérés, d’équiper les services et de remettre en état certains moyens de la société.

Malheureusement, depuis quelques années, ces promesses peinent à se réaliser. Les travailleurs ne savent plus à quel saint se vouer. C’est dans ce contexte que la fête de Tabaski arrive à pas de Titans. En bon père de famille, le Premier ministre, Dr. Boubou CISSE a pris la décision de payer un mois de salaire pour permettre aux travailleurs de mieux fêter la Tabaski.

Selon des sources concordantes, sur instruction de la Primature, un mandat de paiement d’un mois est en cours de traitement en faveur des cheminots. Sur 06 mois d’arriérés, ils doivent bénéficier d’un seul comme si ce seul mois suffisait à prendre en charge la Tabaski. Mais certains s’inquiètent déjà : l’objectif sera-t-il atteint ? Le risque existant est que le salaire ne soit pas disponible au meilleur moment. Sauf si le Chef de Cabinet du PM intervient auprès des institutions bancaires pour faire un moratoire.

Boubacar DIARRA

By |2020-07-24T11:06:54+02:00juillet 24th, 2020|ACTUALITE, EMPLOI|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils