/, COVID 19, ÉDUCATION/APRES DEUX PROPOSITIONS POUR L’APPLICATION DE L’ARTICLE 39: LA JUNTE MILITAIRE REJETTE LA FAUTE DE L’ECHEC A LA SYNERGIE DES SYNDICATS DE L’EDUCATION

APRES DEUX PROPOSITIONS POUR L’APPLICATION DE L’ARTICLE 39: LA JUNTE MILITAIRE REJETTE LA FAUTE DE L’ECHEC A LA SYNERGIE DES SYNDICATS DE L’EDUCATION

Peut-on imaginer maintenant que le spectre d’une année blanche se précise compte tenu des résultats/conclusions des négociations entre le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) et la Synergie des syndicats de l’Education ? Il est clair que les militaires refusent de prendre un engagement que l’Etat ne peut tenir dans ce contexte particulièrement difficile. D’où des propositions plus ou moins réalistes faites par la junte pour sauver l’année scolaire 2019-2020.

Juste quelques semaines avant le changement de pouvoir, l’espoir existait de pouvoir sauver l’année scolaire. Mais aujourd’hui, l’école malienne replonge dans sa crise d’antan. Certes, les cours ont été effectués dans les classes d’examen comme prévu. Toutefois, on doit encore attendre l’heure des examens. Les négociations entre la Synergie des syndicats de l’Education et le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) ont échoué. Les dates des examens ont été reportées sine die. Cet état de fait compromet l’année scolaire finissante, voire l’année à venir.

Lors de cette rencontre, le Colonel Sadio a d’emblée affirmé que le CNSP reconnaît la légalité de la revendication des enseignants ; qu’il s’engage à mettre en œuvre le P.V de conciliation

Ainsi sur la base de la réalité économique du pays (suspension de l’aide budgétaire, impossibilité d’emprunter à cause de l’embargo, difficultés de recouvrement des impôts, fermeture des frontières, pandémie de COVID-19), le Comité a fait des propositions.

Malgré tout, le CNSP s’est engagé à appliquer l’article 39 ainsi qu’il suit :

  • la prise de deux ordonnances (ordonnance portant modification de la loi des finances et celle qui porte modification du statut des enseignants) au plus tard le vendredi 4 septembre. Ceci pour témoigner sa bonne foi;
  • l’alignement sur la nouvelle grille et le paiement des arriérés de 2020 sur le salaire de novembre 2020;
  • le paiement de la moitié des arriérés de 2019 sur le salaire de décembre 2020;
  • le paiement de la dernière tranche des arriérées de 2019 sur le salaire d’avril 2021.

Il faut rappeler que le CNSP avait fait une première proposition qui avait été rejetée. Il s’agissait de :

  • l’alignement de la nouvelle grille sur le mois de septembre 2020 (sachant bien que le salaire du mois de septembre est traité depuis mi-août) ;
  • le paiement des arriérés de 2020 sur le salaire de novembre 2020 ;
  • le paiement des arriérées de 2019 sur le salaire de décembre 2020.

Constatant que la synergie refuse de concéder quoi que ce soit, le CNSP a fait un communiqué avant-hier pour informer l’opinion publique nationale et internationale de sa bonne foi à résoudre la crise scolaire, mais que la Synergie refuse de comprendre la situation et qu’elle reste campée sur sa position. Le CNSP a rappelé qu’après les échanges lors de la séance du mardi 1er septembre 2020, deux propositions majeures avaient été faites par le Comité. La première était relative à l’application de l’article 39 et l’alignement sur les salaires du mois de novembre 2020 avec un rappel de 10 mois, soit de janvier à octobre avec possibilité de reporter les arriérés de 2019 sur l’année budgétaire de 2021.

La seconde prévoit l’application effective de l’article 39 et l’alignement sur les salaires du mois de novembre 2020 avec un rappel de 10 mois, soit de janvier à octobre 2020

Egalement, un rappel de six mois de l’année 2019 y serait ajouté en décembre 2020. Ainsi, les six mois restants seraient reportés sur l’année budgétaire 2021, plus précisément au mois d’avril. En dépit de ces efforts louables au regard du contexte sociopolitique et économique difficile, les enseignants signataires sont restés inflexibles. Ils réclament la totalité de leurs dus pour la fin de ce mois de septembre. Toutefois, le CNSP, soucieux de la refondation de la nation malienne, invite les enseignants signataires à reconsidérer leur position afin de donner à nos enfants la chance de retourner sur les bancs. C’est en ces termes que la junte situe les responsabilités de l’échec au niveau de la Synergie. Au même moment, les enseignants fustigent le communiqué du CNSP.

Boubacar DIARRA

By |2020-09-07T15:20:28+02:00septembre 4th, 2020|A LA UNE, COVID 19, ÉDUCATION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils