/, ANALYSE, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO/APRES INSTAURATION D’UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION: QU’ADVIENDRA-T-IL ALORS DU CNSP ?

APRES INSTAURATION D’UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION: QU’ADVIENDRA-T-IL ALORS DU CNSP ?

Ce serait une lapalissade que dire de nos jours, le sujet qui défraie le plus la chronique sous nos cieux est celui se rapportant à la transition. Cela est d’autant normal d’ailleurs quand on sait que depuis la perpétration du putsch contre le régime d’IBK, ses ‘’tombeurs’’ peinent encore à trouver leurs marques, à plus forte raison de réussir à orienter le pays vers une quelconque issue favorable. Plus de trois semaines après le renversement du pouvoir d’Etat, rien n’augure d’une sincère volonté des militaires à céder le gouvernail du pays aux civils. Bien au contraire, certains de leurs faits et gestes traduisent leur intention de s’accrocher au pouvoir.

Et pourtant, il est de notoriété publique que la junte s’est plutôt servie du mouvement populaire, M5-RFP, comme tremplin pour renverser le régime. C’est ce qui fonde d’ailleurs les dirigeants de ce mouvement contestataires à revendiquer leur droit de participer à la gestion de la transition, au même titre que les militaires putschistes. Et cela est d’ailleurs de bonne guerre quand on sait que, sans le soulèvement populaire orchestré et conduit par le M5-RFP, la junte n’aurait pas eu de levier nécessaire pour réussir, aussi facilement, à arrêter le  Président IBK.

Mais ce qui intrigue le citoyen ‘’lambda’’ malien est que depuis son avènement au sommet de l’Etat, le CNSP a prioritairement œuvré à vouloir confisquer les rênes du pouvoir en se dotant, de façon unilatérale, d’un ‘’Acte Fondamental’’ qui a tout l’air de suppléer la Constitution de la République du Mali

En vertu de cet ‘’Acte Fondamental’’, le président du CNSP devient de facto le Chef de l’Etat. Outre cet acte qui fonde d’aucuns, parmi les observateurs et autres analystes politiques, à attribuer des intentions inavouées à la junte, cette dernière fait montre de réelles velléités de se maintenir au pouvoir en procédant, tous azimuts, à des nominations et mutations au sein de la grande muette. C’est dans ce climat de déficit de confiance, entre la junte et les autres composantes de la société malienne, que se tiennent les journées de concertations nationales en vue de conduire la transition. Au terme de ces journées de concertation le pays doit être doté, au moins, d’un canevas qui ferait ressortir la mouture d’un gouvernement de transition, même si les membres de ce pouvoir exécutif ne devraient être choisis que plus tard. L’instauration de ce gouvernement transitoire suffira-t-elle pour dissiper toutes les inquiétudes des populations ?

Pas si sûr étant donné que le comportement de la junte met les citoyens dans l’expectative et les amène à se demander : Qu’adviendra-t-il alors du CNSP, une fois qu’un gouvernement de transition est instauré ?

La question vaut son pesant d’or car les maliens n’ont pas encore oublié la parenthèse noire de la gestion de la transition qui a suivi le renversement du régime d’ATT en mars 2012. Malgré le retour à l’ordre constitutionnel ponctué par l’entrée en fonction du Président de la République par intérim et aussi par l’instauration d’un gouvernement transitoire, la junte dirigée par Amadou Haya SANOGO sous l’appellation de ‘’Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’Etat’’ (CNRDRE) avait continué à tenir les rênes de l’Etat et cela au grand dam de l’orthodoxie républicaine. Tout se faisait et se défaisait selon les desideratas du CNRDRE, malgré la présence du Président de la République par intérim et du Gouvernement de transition. En tout cas la transition de 2012 a été la parenthèse effroyable dans l’histoire moderne du Mali. Eu égard à  cette malheureuse expérience, il est  donc tout à fait légitime que les citoyens soient pris d’appréhension dès lors qu’une junte laisse apparaitre des velléités de vouloir se maintenir au pouvoir. Et cela, ce ne sont pas de simples déclarations d’intention qui parviendront à les rassurer. Il en faut beaucoup plus.

EL HADJ MAMADOU GABA

By |2020-09-11T12:35:44+02:00septembre 11th, 2020|ACTUALITE, ANALYSE, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils