/, ANALYSE/APRES LA CHUTE D’IBK: LE M5-RFP N’A PLUS DROIT AU DÉSISTEMENT

APRES LA CHUTE D’IBK: LE M5-RFP N’A PLUS DROIT AU DÉSISTEMENT

Aussitôt rassurés de la réussite du Coup d’Etat qu’ils ont perpétré contre le désormais ex-président, Ibrahim Boubacar Keïta, et qui a conduit à la chute du régime de ce dernier, les membres du Comité de National pour le Salut du Peuple (CNSP) ont entrepris d’ouvrir des séances de consultation avec les différentes composantes de la société malienne. C’est ainsi que durant toute la semaine, depuis la perpétration du putsch, ce n’est que le mercredi 26 août que le CNSP a enfin reçu, à son Quartier Général (QG) de Kati, le comité stratégique du M5-RFP. Bien que l’on puisse arguer d’un agenda assez chargé pour le CNSP, nombreux ont été les citoyens qui ont déploré le relatif retard pris par la junte pour s’entretenir avec les dirigeants du M5-RFP.

Il est de notoriété publique que c’est surtout et essentiellement ce mouvement de contestation qui a servi de tremplin aux militaires pour mener leur action. A savoir le coup d’Etat. Mais quoi qu’il en soit, une première rencontre entre ces deux acteurs majeurs a eu lieu le mercredi dernier et les membres du comité stratégique du M5-RFP se disent très optimistes quant à l’acheminement de la transition. Aussi envisagent-ils, les jours à venir, une autre séance de travail avec la junte pour convenir du format et de la durée de la transition. Au sortir de cette première réunion entre le CNSP et le M5-RFP, les dirigeants de ce dernier ont semblé être enthousiastes par la volonté d’aller vite et bien, dont ont fait montre leurs interlocuteurs. Pour faire part de sa satisfaction au sortir de cette rencontre, Issa Kaou N’DJIM, le coordinateur de la CMAS, s’est réjoui du fait, selon lui, que le CNSP soit  dans une dynamique de rassembler tout le monde autour d’un objectif commun afin qu’il y ait une bonne  transition qui siérait à tous et à chacun. « Le CNSP a besoin du soutien  de tout le monde, y compris son partenaire  traditionnel, historique et légitime (Ndlr : le M5-RFP) » a déclaré le coordinateur de la CMAS.

Devrait-on comprendre par-là qu’un quelconque partenariat fut établi entre la junte et le M5-RFP qui, de notoriété publique, s’affiche désormais comme ‘’l’instrument du peuple’’ ?

Ce serait une lapalissade que dire, si les militaires ont parfaitement réussi le putsch c’est bien parce qu’ils se sont servi du mouvement populaire que le M5-RFP avait organisé. Sans cette manifestation populaire contre le régime, le coup d’Etat pouvait- il aboutir ? Pas si sûr et d’ailleurs les responsables du CNSP le reconnaissent lorsqu’ils déclarèrent publiquement, par la voix de leur porte-parole le colonel-major Ismaël WAGUE que « Le Comité de National pour le Salut du Peuple remercie le peuple malien pour son soutien. Il n’y a pas eu de coup d’Etat. Nous avons parachevé le travail du peuple… ». Si aux yeux de l’opinion publique, la paternité de ce putsch revient au CNSP, il n’en demeure pas moins que c’est plutôt le M5-RFP qui a servi de tremplin aux militaires. A ce titre il serait plus judicieux que la période transitoire soit dirigée en tandem entre le M5-RFP et le CNSP. Mais au regard du déroulement des choses, depuis la perpétration de ce coup de force, on pourrait être porté à se faire à l’idée que la junte nourrit plutôt des velléités de s’approprier exclusivement des rênes de la transition.

En tout cas nombreux sont les observateurs qui se demandent si le M5-RFP accepterait de se faire gruger par le CNSP après l’aboutissement de sa lutte.

Ce questionnement est d’autant pertinent quand on constate que ce mouvement populaire qui est à la base de la contestation contre le régime IBK semble avoir, de moins en moins, voix au chapitre en ce qui concerne les actes que pose le CNSP et ayant trait à la vie de la nation. Cela pourrait, si on n’y prend pas garde, conduire à une espèce de ressentiment entre ces deux entités. Toute chose qu’il faut absolument éviter car, s’il est vrai que les militaires ont les armes, il n’en demeure pas moins que le M5-RFP se prévaut de la force du peuple à laquelle nulle autre force ne peut résister. Donc pour conduire à bien la transition, il serait tout à fait logique que la junte travaille en tandem avec le M5-RFP. D’ailleurs à bien y disserté, on serait même porté à dire que cela est plutôt dans l’intérêt de la junte dans la mesure où, de toutes les organisations du pays, c’est le M5-RFP qui a le plus de vent en poupe actuellement. De nos jours et sous nos cieux, vaut mieux avoir le M5-RFP avec soit que de l’avoir contre soit. Sous le leadership du charismatique Imam Mahmoud DICKO, le mouvement de la contestation populaire symbolisée par le M5-RFP a fini par avoir raison du régime IBK en ouvrant les chantiers d’une transition politique qui ne saurait se faire sans son étroite collaboration. A ce titre, le M5-RFP n’a plus droit au désistement et la junte gagnerait plutôt à collaborer étroitement avec lui.

 El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-28T14:38:23+02:00août 28th, 2020|ACTUALITE, ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils