/, POLITIQUE/APRES LE SOMMET DES CHEFS D’ETAT DE LA CEDEAO: LES REACTIONS DU M5-RFP FORTEMENT ATTENDUES !

APRES LE SOMMET DES CHEFS D’ETAT DE LA CEDEAO: LES REACTIONS DU M5-RFP FORTEMENT ATTENDUES !

Comme annoncé, les Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se sont réunis hier, lundi 27 juillet 2020, à travers une visioconférence, en Sommet Extraordinaire sur la situation sociopolitique du Mali. Cela a été décidé suite à l’échec de la Médiation de très haut niveau qui a fait déplacer cinq Chefs d’Etat de la sous-région ouest africaine. Ainsi, lors du Sommet d’hier, l’ensemble des 17 Chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris des mesures fortes pour la résolution définitive de la crise. Lesdites mesures seront-elles acceptées par les leaders du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP)?

Vont-ils jusqu’à faire l’objet des sanctions ciblées par la CEDEAO? 

Comme avait promis le président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), non moins Président du Niger, Mahamadou Issoufou, les dirigeants ouest-africains ont pris des mesures fortes hier, lundi 27 juillet 2020, pour trouver des solutions idoines à la crise sociopolitique que traverse le Mali depuis plusieurs semaines maintenant. C’était à la faveur d’un Sommet Extraordinaire tenu en visioconférence sur la situation malienne.

Faut-il le rappeler, le présent Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO a été décidé suite à l’échec de la mission de très haut niveau composée de cinq Présidents des pays membres de l’espace communautaire à savoir : Mahamadou ISSOUFOU, président de la République du Niger et président en exercice de la CEDEAO ; Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ; Nana Akufo- Addo, Président de la République du Ghana; Muhammadu BUHARI, Président de la République fFédérale du Nigéria ; Macky SALL, Président de la République du Sénégal. Dans cette délégation présidentielle ouest-africaine, figuraient d’autres personnalités importantes à savoir : Goodluck Jonathan, Médiateur du Président en exercice de la CEDEAO ; Kalla Ankourao, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Etranger de la République du Niger, et président en exercice du Conseil des Ministres de la CEDEAO ; Jean Claude Kassi BROU, président de la Commission de la CEDEAO; Général Francis Béhanzin, Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et sécurité de la CEDEAO.

Parmi les mesures fortes qui ont été prises par les dirigeants ouest-africains, on peut noter :

  1.  la démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée parmi lesquels Moussa Timbiné ;
  2. la recomposition de la Cour Constitutionnelle ; ainsi que la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale et d’une commission d’enquête pour situer les responsabilités dans les violences qui ont secoué le Mali au cours de ce mois de juillet. Le Gouvernement d’Union Nationale a été précédé d’un Mini gouvernement de 06 membres pour gérer les affaires courantes du pays. Celui-ci composé de : ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Général Ibrahim Dahirou Dembélé ; ministre de la justice Garde des Sceaux, Me Kassoum Tapo ; ministre de l’Administration Territoriale, M. Boubacar Alpha Bah ; ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, M. Tiébilé Dramé ; ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général Bemba Moussa Keïta ; ministre de l’Economie et des FinancesAbdoulaye Daffé

En plus, les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont aussi brandi des menaces de sanctions contre des acteurs qui oseront empêcher la mise en œuvre desdites recommandations qui vont résoudre définitivement cette crise.

Tous les regards sont désormais tournés vers l’Imam Mahmoud Dicko et ses alliés du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). Seront-ils d’accord avec ces mesures fortes de la CEDEAO? Vont-ils maintenir leur mot d’ordre de la reprise de la désobéissance civile à partir du 03 juillet prochain? Quel sort réservé aux acteurs qui refuseront de se soumettre à ces recommandations des dirigeants ouest-africains?

Telles sont entre autres des questions qui auront certainement leurs réponses dès aujourd’hui à partir des réactions du M5-RFP qui ne tarderont pas à se faire. Pourtant, le principal objectif que les leaders du M5-RFP se sont fixés reste la démission du Président IBK, alors que ce point constitue la ligne rouge pour les dirigeants de la CEDEAO. Suite à ces annonces, le M5-RFP a déclaré sur les réseaux hier dans la soirée, rejeter les recommandations issues du sommet extraordinaire des chefs d’Etats de la CEDEAO. Une conférence de presse a lieu aujourd’hui pour édifier le peuple sur leur position concrète.

Par Boubacar DIARRA

By |2020-07-29T16:02:01+02:00juillet 28th, 2020|ACTUALITE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils