/, ÉDUCATION/BOYCOTT DES EXAMENS, FERMETURE DES CAP, DES AE, ET AUTRES SERVICES DÉBUTES HIER: • LE MOT D’ORDRE RESPECTE PAR LES MILITANTS DE LA SYNERGIE DES SYNDICATS D’ENSEIGNANTS A BAMAKO, KATI, KAYES, KADIOLO, DIEMA, ET PLUSIEURS AUTRES LOCALITÉS

BOYCOTT DES EXAMENS, FERMETURE DES CAP, DES AE, ET AUTRES SERVICES DÉBUTES HIER: • LE MOT D’ORDRE RESPECTE PAR LES MILITANTS DE LA SYNERGIE DES SYNDICATS D’ENSEIGNANTS A BAMAKO, KATI, KAYES, KADIOLO, DIEMA, ET PLUSIEURS AUTRES LOCALITÉS

  • LE NOUVEAU MINISTRE DES FINANCES, ABDOULAYE DAFFE, PREND LE DOSSIER EN MAIN !

Hier, lundi 17 août 2020, les militants de la Synergie des syndicats d’enseignants de l’Education signataires du 15 octobre 2016 ont exécuté correctement le mot d’ordre sur presque l’ensemble du territoire national. Les services administratifs et des établissements d’enseignement ont été fermés et la dynamique de boycotter toutes les activités pédagogiques est maintenue jusqu’à nouvel ordre. Les responsables de ladite synergie auraient échangé hier avec le nouveau ministre de l’Economie et de Finances.

 

L’école malienne est de nouveau paralysée. Conformément à la lettre circulaire N°81 des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, le mot d’ordre est respecté à la lettre par les militants hier lundi 17 août 2020 dans presque toutes les localités de notre pays notamment à Bamako, Kati, Kayes, Kadiolo, Diéma, entre autres. Dans toutes ces localités, des informations qui nous sont parvenues confirment que les services de l’administration scolaire, les établissements d’enseignement publics ont été fermés jusqu’à nouvel ordre.

Une fois de plus, l’école malienne retourne à la case de départ. A peine avait-on commencé les examens de fin d’année 2019-2020, les perturbations de la synergie des syndicats d’enseignants se renouvèlent. Et la nouvelle donne, c’est qu’en plus des établissements d’enseignants, ce sont tous les services de l’Education (Directions des Centres d’Animation Pédagogique, Directions des Académies d’Enseignement, Ministère de l’Education Nationale “MEN”, tous services concernés par le mot d’ordre du Directoire National de la synergie.

Du coup, si les autorités en charge de la question ne prennent pas les taureaux par les cornes, alors, le programme des examens déjà fixé risque d’être fortement perturbé. Ce qui pourrait jouer sur l’ensemble des autres activités et programmes prescrits pour sauver l’année scolaire en cours. Si la situation ne connait pas d’issue heureuse dans un bref délai, même la reprise des autres classes dans les différents ordres d’enseignement à compter du 1er septembre risquera gros. L’année scolaire 2020-2021 est d’ores et déjà piétinée. Car, elle ne pourra pas commencer avant le mois de décembre. Hier, au moment où nous étions sous presse, le tout nouveau ministre de l’Economie et de Finances, Abdoulaye DAFFE, tentait de faire calmer les choses à travers une rencontre avec les responsables syndicaux. Nos tentatives de joindre certains responsables pour connaitre les conclusions de cette rencontre sont restées vaines.

Faut-il le rappeler, ce nouveau rebondissement dans la crise scolaire fait suite à une crise de confiance entre les autorités et les syndicats de l’Education. Depuis l’acceptation de l’article 39 du statut des syndicats de l’Education par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, la mise en application pose problème. Ce dernier temps, la synergie a constaté une tentative de tripatouillage du procès-verbal de conciliation du 17 juin dernier portant accord de l’application immédiate et intégrale de l’article 39 entre le Gouvernement et le Collectif des syndicats de l’Education.

Qui sont derrière ce tripatouillage ?

En guise de rappel, le PV de conciliation stipule : “Les parties ont convenu de fixer la date d’application de l’accord sur le salaire du mois d’août 2020 avec le rappel des arriérés de 2020. Toutefois, en cas de difficultés, le payement interviendra sur celui du mois de septembre 2020. Pour ce qui concerne les arriérés de 2019, le payement interviendra un mois après l’alignement ou au plus tard celui qui suivra ce dernier”. Mais, les enseignants constatent qu’ils ont été dupés. Une chose est certaine : la synergie exige qu’une enquête soit diligentée et que les coupables soient identifiés et radiés de leur fonction.

Boubacar DIARRA

By |2020-08-18T09:33:11+02:00août 18th, 2020|ACTUALITE, ÉDUCATION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils