/, INTERNATIONAL/CABALE OU AFFAIRE D’ETAT ?: REVELATIONS EXPLOSIVES SUR COMMENT LA FRANCE A LÂCHE IBK !

CABALE OU AFFAIRE D’ETAT ?: REVELATIONS EXPLOSIVES SUR COMMENT LA FRANCE A LÂCHE IBK !

Un géant est tombé. L’allégorie sied parfaitement à la situation du Mali, situation marquée actuellement par la chute d’IBK et de son régime au terme d’un coup de force administré par une junte militaire pour parachever le combat politique du M5 RFP. Moins de deux semaines après l’irruption de la grande muette qui, comme un coup de baguette magique, vient signer la victoire de ceux qui livrent une lutte sous l’Autorité morale d’un leader religieux l’imam Mahmoud DICKO, on apprend sur les manœuvres secrètes de l’Elysée.

A travers une note secrète dont le contenu est a été révélé par Jeune Afrique, l’opinion est édifiée sur les astuces dont la France a usé pour livré IBK. En clair, le contenu de ce courrier qui demeure confidentiel, explique dans les détails la façon dont Paris a lâché un de ses supposés protégés au Mali Dans un écrit sous le titre « la note de Paris qui lâche Ibrahim Boubacar Keïta », il est dit qu’en amont du sommet de la CEDEAO du 20 août, le Quai d’Orsay a fait parvenir une note à plusieurs chancelleries d’Afrique de l’Ouest.

La diplomatie française selon les confidences de notre confrère, y détaillait la vision de Paris, à savoir qu’un éventuel retour en fonction d’Ibrahim Boubacar Keïta était « irréaliste » et dangereux.

Mieux, le confrère qui rapporte les faits indique qu’alors que les chefs d’État de la CEDEAO se réunissaient virtuellement, jeudi 20 août, pour discuter d’une position commune au sujet du coup d’État qui venait de s’opérer au Mali, la France avait fait connaître son point de vue en amont, via l’Élysée et le Quai d’Orsay, son ministère des Affaires étrangères. Autre révélation de cette note ; selon la source, les 18 et 19 août, Emmanuel MACRON s’est entretenu par téléphone avec l’Ivoirien Alassane Ouattara, le Sénégalais Macky SALL ou encore le Nigérien Mahamadou ISSOUFOU, président en exercice de l’organisation régionale. Et, dans la foulée, la direction Afrique du Quai d’Orsay a elle aussi précisé la pensée de Paris auprès des capitales ouest-africaines. Dans une note qui a été transmise le 19 août aux ambassadeurs français en poste dans l’espace CEDEAO, le ministère de Jean-Yves Le Drian déclarait qu’il lui semblait « inéluctable qu’une transition soit mise en place ». Le texte a ensuite été transmis par les diplomates français à plusieurs chancelleries d’Afrique de l’Ouest, dont la Côte d’Ivoire et le Togo, ajoute la source.

Le Quai d’Orsay diffuse régulièrement des notes dans ce style, notamment avant les sommets des organisations régionales ou de l’Union africaine.

Ce n’est pas tout car il est précisé dans le courrier transmis par les voies officielles de la République de France qu’un retour d’IBK risquerait de « nourrir l’instabilité au Mali ». C’est pourquoi il faut voir la timidité de l’Elysée depuis le coup et son silence qui traduit une caution à l’évolution des évènements sous la conduite du CNSP

LAYA DIARRA

By |2020-08-27T17:34:42+02:00août 27th, 2020|ACTUALITE, INTERNATIONAL|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils