//CHANGEMENT A LA COUR SUPREME ET A LA COUR CONSTITUTIONNELLE: *LES NOUVEAUX MEMBRES ONT PRETE SERMENT HIER

CHANGEMENT A LA COUR SUPREME ET A LA COUR CONSTITUTIONNELLE: *LES NOUVEAUX MEMBRES ONT PRETE SERMENT HIER

MANASSA BRILLE PAR SON ABSENCE A LA CEREMONIE ! 

Un autre pas dans la résolution de la crise sociopolitique et institutionnelle ? Nous sommes tentés de l’affirmer  avec la symbolique de la double cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres de la Cour Suprême et de la Cour constitutionnelle. L’office a eu lieu hier lundi 10 août 2020 au CICB. Cette audience solennelle d’installation et de prestation de serment s’est déroulée sous la haute présidence de son SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Chef de l’Etat, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature. Etaient présents au CICB l’Honorable Moussa TIMBINE, Président de l’Assemblée Nationale et les membres du Gouvernement restreint. Avaient également pris part à la cérémonie, les élus de la Nation, les représentants de la Famille judiciaire, le Corps diplomatique et plusieurs autres personnalités dont l’ancien Président nigérian M. Goodluck Jonathan, Médiateur de la CEDEAO.

A la fin du mandat des membres de la Cour Suprême, il a été décidé de leur remplacement à la faveur du conseil supérieur de la Magistrature tenu il y a quelques jours. Le choix est porté aujourd’hui sur Waffi OUGADEYE, Magistrat de classe exceptionnelle, ancien consul Général du Mali à Paris. Ainsi, il remplace Nouhoum Tapily, longtemps en dispute avec les syndicats de magistrats. Quant à la Cour constitutionnelle, elle a ébranlée par le décès d’un membre et les démissions en chaîne. Les démissions avaient été déclenchées par les contentieux électoraux de 2020. Cette conjoncture avait engendré une crise politico-institutionnelle sans précédent dans le pays. Elle avait débouché sur la série de médiations de la CEDEAO. Mieux, le président Manassa DANIOKO, accusé de tous les péchés du monde, surtout de tripatouillage des résultats électoraux s’était illustré par son arrogance. Il avait défié une composante de la classe politique. Cette provocation explique son rejet par le M5 qui a exigé sa démission aussi bien que celle du président de la République. La crise a atteint son summum au point d’avoir poussé le président IBK à prendre un Décret pour abroger celui qui nommait les anciens membres.

Cet acte, Manassa refuse de l’admettre. Elle se mettrait même dans une dynamique de recours gracieux.

Sa démarche trouverait son fondement dans le fait que le Décret aurait violé la Constitution malienne du 25 février 1992. C’est dans ce tohubohu général que, pour des soucis de satisfaire aux demandes de ses paires de la CEDEAO, le président IBK prendra un autre Décret pour recomposer l’Institution. Cela est advenu après qu’il avait pris un premier Décret désavouant sa protégée Manassa. La recomposition de la Cour est conforme au canevas tracé par le sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO. Les nouveaux membres sont nommés par les organes habilités à le faire. Ces hommes sont des magistrats connus :

  • L’ancien procureur, ancien VEGAL, ancien Ambassadeur Mahamane Ousmane TOURE qui remplace Manassa Danioko. Il a été choisi par le président de la République IBK, élu Président par ses paires avant la prestation de serment. Cette prestatation est intervenu hier lundi au cours d’une cérémonie solennelle dirigée par le président de la République, Chef de l’Etat. La cérémonie s’est déroulée en présence de partenaires, de personnalités nationales et étrangères. L’ancien président Manassa n’a pas assisté à la cérémonie. Envies de question : pourquoi ?

LAYA DIARRA

By |2020-08-11T16:35:27+02:00août 11th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils