//CHOGUEL KOKALA MAÏGA SUR L’APRES-MANIFESTATION DU M5-RFP D’AVANT-HIER: “CETTE LUTTE NE S’ARRETERA PAS COMME D’AUTRES LE PENSENT …”

CHOGUEL KOKALA MAÏGA SUR L’APRES-MANIFESTATION DU M5-RFP D’AVANT-HIER: “CETTE LUTTE NE S’ARRETERA PAS COMME D’AUTRES LE PENSENT …”

Après la 4ème Grande Manifestation du M5-RFP le mardi 11 août et après les échauffourées enregistrées hier 12 août à la place de l’Indépendance entre jeunes dudit Mouvement et forces de l’ordre, Choguel Kokala MAIGA, l’un des leaders du mouvement contestataire, a réagi. L’occasion était idéale pour lui d’annoncer la réunion d’évaluation du Comité Stratégique du M5-RFP. Mais les leaders de la contestation aussi devraient rencontrer la médiation de la CEDEAO. En même temps, Choguel a décrié le comportement des forces de l’ordre vis-à-vis des jeunes du M5-RFP.

Choguel a d’abord critiqué le comportement des forces de l’ordre pour déloger les manifestants du M5-RFP. Ensuite, il a félicité les jeunes et l’ensemble des manifestants pour leur mobilisation. Ils ont rempli totalement le contrat avec le Comité Stratégique, avec le peuple malien et avec notre autorité morale, l’Imam Mahmoud DICKO qui a passé un message fort lors de la manifestation. Ainsi, le 11 août a ravivé la confiance au M5-RFP, à la jeunesse et au peuple malien. “Je remercie et félicite l’ensemble des Maliens de l’intérieur et de la diaspora pour la plus grande mobilisation dans l’histoire de la République du Mali. Partout, à Kayes, à Bamako, à Ségou, à Bougouni, à Koutiala, à Sikasso, à Mopti, à Gao, à Tombouctou et au-delà, dans tous les pays de concentration des Maliens : la France, les USA, le Canada, la Suisse, l’Afrique du Sud, l’on s’est mobilisé. Ceux qui n’ont pas pu effectuer le déplacement ont donné leur transport aux jeunes pour qu’ils aillent à la place de l’Indépendance”, a-t-il signalé.

Dr MAIGA a laissé entendre ceci : “Je veux leur dire que notre lutte va aboutir.

Elle aboutira parce que la cause que nous défendons est juste et partagée par la majorité écrasante des Maliens. C’est parce que de conférences en conférences, de rassemblements en rassemblements, le nombre des Maliens qui rejoignent notre lutte devient de plus en plus nombreux. Hier (11 août), après le retrait de notre autorité morale que nous avons prié de se retirer, dès qu’il a passé un message important, il est resté avec nous, et nous a demandé de rester sur place. Ce qui a été fait, et à partir de minuit, on a laissé les plus âgés rentrer et nous sommes restés jusque vers 02 heures du matin. Nous sommes rentrés en faisant passer comme message de demander aux jeunes de rester sur place, de demander à la population d’amener à manger, d’amener des tentes, d’aider les jeunes. Et le matin, après les mosquées, que les gens rejoignent la place de l’Indépendance, au lieu d’aller travailler pour consolider un pouvoir illégitime, de se rejoindre aux jeunes du M5-RFP et de nous retrouver tous pour continuer la mobilisation. Le pouvoir a paniqué! Ils ont envoyé le matin, contre toute attente, des forces de l’ordre pour disperser nos militants à coup de gaz lacrymogène et de l’eau chaude. Cela montre clairement qu’ils ne sont pas dans des dispositions de négocier, contrairement à ce qu’ils nous font croire de tout le temps”. “Nous allons tirer les leçons, a-t-il rappelé. Ce qui est sûr, le Comité Stratégique du M5-RFP dit qu’il tiendra une réunion d’évaluation et nous allons tirer toutes les conséquences.

Ce qui est sûr et certain, cette lutte ne s’arrêtera pas comme certains le pensent. Ils ont d’abord augmenté le prix du coton. Ils auraient voulu le mettre à 200 F.

A cause de notre lutte, ils l’ont ramené à 250F. Ils ont réglé le problème des enseignants (l’article 39), qu’ils n’ont pas voulu régler pendant un an. Les magistrats ont marché, manifesté, ont fait grève pendant des mois. Ils les ont méprisés. Et maintenant, ils leur ont accordé tout ce qu’ils ont demandé en espérant de les avoir à leur côté et réprimer les militants du M5-RFP. ». “Nous sommes convaincus que les magistrats du Mali que nous connaissions, des hommes de qualité, ne seront pas abusés par ce pouvoir incompétent, irresponsable, qui, de toutes les façons, est condamné par l’histoire. Nous avons dit que ce pouvoir est définitivement jeté dans les poubelles de l’histoire. Donc, après tout cela, nous allons réfléchir et trouverons de nouvelles stratégies  et leur montrerons que la créativité au Mali se trouve du côté du M5-RFP”, a dit M. MAIGA.

Il a aussi indiqué d’autres faits en disant : “De leur côté, c’est l’argent, les armes, les gaz. Pas de réflexions que nous refusions. La prochaine fois, nous allons paralyser le pays jusqu’à ce que ce pouvoir sache qu’il n’a pas le monopole du Mali. le Mali appartient aux Maliens. Tant qu’il n’y a pas d’accord politique qui satisfasse les Maliens (paysans, éleveurs, étudiants, jeunes, hommes politiques, l’ensemble du peuple), nous continuerons à nous battre de façon pacifique, démocratique, de façon légale jusqu’à ce que ce régime tombe. Tout ce que nous faisons, c’est dans le cadre de la loi. Donc, nous réfléchirons pour dégager de nouvelles stratégies. C’est que la capacité des dirigeants du M5-RFP, leur créativité, nous permettront de trouver une solution pour obtenir ce que le peuple malien cherche. Ce pouvoir ne veut pas négocier, trompe les gens, pense qu’il faut réprimer. Et là, nous allons lui démontrer que nous, nous réfléchissons. Nous saluons notre camarade Soumaïla CISSE pour lui dire que partout où il se trouve, que cette mobilisation est faite aussi pour sa libération.” “Tout ce que la CEDEAO a pris comme mesures, nous avons dit que nous ne sommes pas concernés. Mais nous sommes une organisation responsable.

Nous savons que le Mali est un ensemble. Le Mali a et aura besoin de la CEDEAO comme la CEDEAO a besoin du Mali.

Le seul problème aujourd’hui, c’est que la CEDEAO cherche à sauver un régime rejeté par les Maliens. Nous, nous ne sommes pas d’accord avec ce qui est en train de ce faire. Mais cela ne veut pas dire que nous rompons avec la CEDEAO. « C’est pourquoi d’ailleurs, nous avons dit aux envoyés de l’institution, au représentant des Chefs de l’Etat, à Goodluck JONATHAN, que nous sommes prêts à les rencontrer, mais après le 11 août. Nous avons discuté avec ses représentants hier (10 août). Nous les rencontrerons ce soir (hier 12 août) un peu tardivement après avoir évalué la situation pour réaffirmer les positions de principes du M5-RFP”. “Nous allons continuer à demander la démission du Président de la République et de son régime. Nous lutterons jusqu’à ce qu’on ait un accord politique qui nous permette de rentrer dans une transition démocratique.

Ainsi, on reconstruira les institutions, le pays. Nous redonnerons aux Maliens leur dignité. Le pays recouvrera sa souveraineté et son intégrité territoriale nationale.

Les Maliens retourneront à confiance en eux, surtout en leur avenir, en leur armée, en leur Etat. Choguel a conclu son propos ainsi : « Ce pouvoir ne négocie pas. il donne dans le dilatoire, le saupoudrage. Il trompe les gens. Aujourd’hui, s’il avait la volonté de négocier, ce n’était pas compliquer. Il fallait se manifester, rencontrer les dirigeants, discuter avec eux pour qu’on trouve ensemble les conditions de transition démocratique qui permettent au Mali de restaurer sa démocratie, de retrouver la voie d’un Etat véritablement démocratique, laïc et républicain”.

Boubacar DIARRA

By |2020-08-13T16:38:51+02:00août 13th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils