///CLE DE REPARTITION DES POSTES POUR LE CNT : BAH N’DAW JUGE ET PARTIE ?

CLE DE REPARTITION DES POSTES POUR LE CNT : BAH N’DAW JUGE ET PARTIE ?

Depuis la mise en place des autorités de la transition, l’organe sans lequel aucune décision importance ne saurait être prise, à savoir le Conseil National de la Transition (CNT), qui n’arrivait jusque-là pas à être mis en place, sera très bientôt fonctionnel. Le grand retard constaté dans sa mise en place était dû à des ambitions démesurées des uns et des autres, aspirant à faire du CNT un instrument d’assouvissement de leurs intérêts personnels. Un décret de Bah N’Daw vient d’en fixer la clé de répartition.

Le premier constat qui se dégage, c’est que la politique d’accaparement tout nourri par les militaires depuis le coup d’Etat continue, car ceux-ci, avec la complicité de Bah N’Daw, s’en tire encore une fois avec la part du lion, s’arrogeant 22 sièges sur les 121 prévus, contre seulement 8 sièges pour les acteurs de la chute du président IBK, à savoir le M5-RFP !

Le manque de vision et les ambitions démesurées de Assimi Goita et ses compagnons vont certainement faire capoter la transition en cours, Bah N’Daw et Moctar Ouane n’étant que de simples figurants

Avec le décret de Bah N’Daw pour ce qui concerne la composition du CNT, il n’est plus possible de dégager un large consensus, pourtant indispensable, pour mener les réformes idoines dont le Mali a besoin en cette période particulière de son histoire.  En effet, difficilement le M5-RFP se contentera des 8 sièges à lui revenir, son intention pour ce qui concerne le CNT étant connue de tous. En effet, le mouvement a fait savoir son intention qui porte sur la présidence du CNT et le quat de ses membres. Or, avec le décret publié, cela n’est point à l’ordre du jour, selon les autorités de transition. Qui donc des autres mouvements et partis politiques, eux qui devront se contenter de se partager 11 des 121 postes du CNT ? Pire encore, Bah N’Daw donne l’impression d’être à la fois juge et partie, lorsque dans un second décret, il ne donne plus le choix aux forces de la nation de désigner leurs représentants, il leur lance plutôt un appel à candidature, et ce serait au Vice-président de la transition, le colonel Assimi Goita, de faire le choix final, lui-même en tant que président se contentera d’y formaliser par un autre décret !

Pire, il somme les forces vives à faire parvenir leurs candidatures au colonel Assimi Goita dans les 48 heures qui suivent la publication de ses décrets, soit au plus tard jeudi !

En définitive, il y aura certes des preneurs pour ces postes, mais il reste évident qu’aucune organisation sérieuse, politique ou associative, ne se courberait ou courbé l’échine devant les militaires de Kati, venus sur la scène politique pour le confort du palais, loin de leur vocation première, à l’heure où le pays entier brûle sous le coup de boutoir des terroristes !

 

MAIMOUNA DOUMBIA

By |2020-11-11T18:06:46+01:00novembre 11th, 2020|ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils