/, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO/CONTESTATION DU POUVOIR: « IBK PARTIRA, J’EN SUIS CONVAINCU A 100/100 » DIXIT KONIMBA SIDIBE

CONTESTATION DU POUVOIR: « IBK PARTIRA, J’EN SUIS CONVAINCU A 100/100 » DIXIT KONIMBA SIDIBE

Dans un entretien vidéo, le président du parti : Mouvement pour un Destin Commun (MODEC), Konimba SIDIBE donne ici l’état de santé de son parti ainsi que sa vision sur le pays en pleine crise sociopolitique. De ce fait, l’homme politique et ancien ministre, Konimba SIDIBE, disait que la formation politique qu’il dirige s’inscrit dans la logique de réclamation du départ du président IBK.

Actualité oblige, le Président du MODEC, qui n’est plus à présenter sur le paysage politique national est au front avec le M5-RFP. Aussi ledit parti défend son idéal. Parlant de la vague de contestations par une portion considérable du pouvoir en place, Konimba SIDIBE disait : « Le peuple a souffert sérieusement depuis l’avènement du président IBK au pouvoir. À ce jour, soit 7 ans l’espoir du peuple peine à se concrétiser. Pire, aucune promesse du chef de l’Etat n’est tenue sur n’importe quel plan y compris l’autosuffisance alimentaire. L’Etat ne contrôle plus les 1/3 du territoire, il incombe de changer la donne à tout prix. En 2013, nous l’avons cru en masse, en lui donnant notre accompagnement pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens. A ce jour, il est incapable, nonobstant les appuis multiformes du monde. Ce qui fait que son pouvoir à échoué du fait de la corruption : l’affaire des tracteurs, de l’engrais frelaté, des subventions considérables pour les cultivateurs de coton, les questions militaires. Le problème du Mali aujourd’hui est, indiscutablement, le président IBK, incapable.

L’élection par la voie des urnes qui était le dernier recours du peuple pour changer la gouvernance a été bafouée.

« En démocratie si la majorité réclame ton départ, la démocratie ne s’y oblige pas, peu importe la durée du mandat. Aucune constitution n’impose un chef d’Etat incapable dans le monde. Nous demandons sa démission sans violence mais de le lui faire comprendre de part nos volontés communes. Le peuple se sent trahi. Le peuple a perdu confiance. Il réclame ton départ en toute honnêteté ; je crois qu’il faut partir. Si un pays ne fonctionne pas bien, la responsabilité n’incombe qu’au chef d’orchestre. C’est lui le chef de l’Etat. C’est lui dispose aussi l’ensemble des mécanismes qui servent à mener à bien le bateau. Présentement dans notre pays, il n’y a pas un seul département qui n’ait vu défiler au moins 5 ministres. Ne parlons pas du poste de Premier ministre. Le peuple tire une conclusion de ce scenario qui démontre un blocage technique synonyme d’un changement diligent. Moi j’ai participé au gouvernement et j’ai été relevé sur la base d’un désaccord à la faveur d’un remaniement. Or, pour rester longtemps au gouvernement dans notre pays, la méthode est connue de tous : accepter tous ce qu’on dicte sans tergiversation. Le peuple ne demande pas seulement le départ de IBK mais de l’ensemble de son régime avec les institutions afin que peuple aille vers une refondation du Mali ».

Mohamed Traoré

By |2020-08-10T18:28:23+02:00août 10th, 2020|ACTUALITE, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils