//CRISE SOCIOPOLITIQUE AU MALI : BILAN MITIGE DU MEDIATEUR NIGERIAN GOODLUCK JONATHAN

CRISE SOCIOPOLITIQUE AU MALI : BILAN MITIGE DU MEDIATEUR NIGERIAN GOODLUCK JONATHAN

Après une semaine de séjour dans notre pays pour non seulement prendre part à l’audience de prestation de serment des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle mais aussi et surtout s’assurer de la bonne marche des résolutions de la CEDEAO pour la sortie de crise dans notre pays, le médiateur Goodluk JONATHAN a obtenu un bilan mitigé. A part le remembrement de la Cour, rien n’a bougé.

Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) dans la crise malienne a quitté Bamako plutôt satisfait, même si l’opposition n’a pas accédé à sa demande de rencontrer le président Ibrahim Boubacar Keïta. Pendant cinq jours, l’ancien président du Nigeria, Goodluck JONATHAN a rencontré le Président de la République et des délégations de partis de la majorité et le Mouvement du 5 juin (opposition). Il a également rencontré des chefs religieux. Si l’Imam Mahmoud DICKO, pivot de l’opposition malienne reste incontournable, l’entourage de Goodluck JONATHAN estime que l’entrée en scène d’autres leaders religieux maliens pour aider à résoudre la crise donne des résultats.

Par exemple, le chef religieux de la localité malienne de Nioro, M’Bouillé HAIDARA, très influent dans la vie politique malienne à qui le médiateur de la Cédéao a rendu visite, s’est engagé à demander aux uns et aux autres d’accepter l’apaisement.

Un autre chef religieux, Chérif Ousmane Madani HAIDARA, président du Haut conseil islamique du Mali, revient aussi au devant de la scène pour résoudre la crise politique. Autre motif de satisfaction pour l’ancien Président nigérian, l’avancée du règlement des questions liées aux élections législatives contestées. Il a, durant son séjour à Bamako, assisté à l’installation de la nouvelle Cour constitutionnelle. Et l’avenir des 30 députés dont l’élection est contestée est désormais sur la table.

Goodluck JONATHAN part quand même sur un demi-échec : un entretien entre le président IBK et l’opposition est annulé. Les opposants maliens avaient posé, pour aller à cette rencontre, des conditions qui n’ont pas été remplies. Parlant de cette visite du médiateur de la CEDEAO sur la crise, l’objectif était prendre part au remembrement de la Cour Constitutionnelle. Mais qu’à cela ne tienne si le séjour du médiateur a également concerné les leaders religieux à travers des audiences accordées ; rien n’est sûr cependant. En sachant bien que ce bilan ne saurait plaire aux dirigeants de la CEDEAO, on se pose la question sur la qualité des décisions qui découleront de cette visite à Bamako.

Mohamed Traoré

By |2020-08-17T17:04:52+02:00août 17th, 2020|LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils