//DANS LES COULISSES DE LA RENCONTRE DU M5-RFP ET DU CNSP : « L’ÉCHEC DU CNSP EST AUSSI L’ÉCHEC DU M5-RFP », DIXIT KAOU DJIM

DANS LES COULISSES DE LA RENCONTRE DU M5-RFP ET DU CNSP : « L’ÉCHEC DU CNSP EST AUSSI L’ÉCHEC DU M5-RFP », DIXIT KAOU DJIM

* « LES SANCTIONS DE LA CEDEAO VONT ÊTRE LEVÉES », DIXIT CHOGUEL

* RENCONTRE CE SAMEDI AVEC LE CHEF DE LA JUNTE

Lors de la  première rencontre entre le M5-RFP et le CNSP qui s’est tenu au camp militaire de Kati, hier mercredi 26 août 2020 à 10h00,  l’objectif était une prise de contact, afin de jeter dans les jours à venir, une coopération entre les deux partis. Les échanges, bien que brèves, ont tournées autour  de « comment refonder le Mali », mais surtout, pour le M5-RFP, créer un contact avec les nouveaux hommes du pouvoir.  Cette rencontre est sans nulle doute,  l’amorce d’un partenariat politique entre les deux entités

 

RENCONTRE AVEC LE CHEF DE LA JUNTE CE SAMEDI! 

La longue liste de personnalités politique de l’opposition présente à l’évènement n’est plus à présenter. Ils étaient tous présents, remplissant la salle où s’est tenue la rencontre. Une grande délégation des mouvements du 5 juin composé de Issa Kaou Djim, madame Sy Kadiatou Sow, Modibo Sidibé, Me Tall, Me Bathily et Choguel Kokalla Maiga,  bref, les têtes d’affiches de ce regroupement n’ont pas manqué le rendez-vous.  Ils ont rencontré le porte parole du CNSP, le colonel Wagué, avec lequel ils se sont entretenus afin d’échanger sur l’avenir du Mali.  Mais surtout, le M5-RFP a salué la junte pour leur travail  et, affirmé qu’ensemble ils  seraient désormais les deux acteurs majeurs de la transition à venir. C’était aussi l’occasion pour eux, en tant que politiciens et acteurs avérés de la société civile, leur donner des conseils, mais aussi, leur dire de faire attention à “ceux” qui chercheraient à les diviser.  Les autres têtes de proue de la junte n’étaient cependant pas présents lors de cette première prise de contact. Dans les coulisses, il nous revient que cela est tout simplement dû au fait qu’ils étaient sur d’autres affaires. Mais, qu’une rencontre se prépare entre le M5-RFP et le Président de la junte, le colonel Goita ce samedi. Une rencontre ou, les deux parties discuteront de manière profonde sur comment réaliser cette transition. 

 

« LE M5-RFP ET LE CNSP DEMEURE LES DEUX ÉLÉMENTS CLEFS DU CHANGEMENT » dixit Choguel Kokala Maiga

 

Suite aux échanges entres les différents partis, le M5 est en premier ressortis de la séance, dans une atmosphère détendue, Issa Kaou Djim a accordée un moment d’échange au Le Soir de Bamako : « Pour nous, la rencontre a été fructueuse », affirme  fièrement le porte-parole de la CMAS de l’imam Dicko, il renchérit ses propos en expliquant que la démarche du M5-RFP s’inscrit dans une logique de « patriotisme ». En effet, cette prise de contacte officielle entre les deux parti s’avère être selon Kaou Djim un acte qu’il qualifie de « fraternel », qui se meut dans une logique d’aider les militaires du CNSP, « qui sont jeunes » afin de les aiguiller dans leur choix politique. Kaou Djim qui joue la corde sensible assure « qu’on ne peut pas décrier un régime corrompu et ne pas aider nos forces armées à avancer…aujourd’hui il faut retrouver notre sécurité, il faut créer les conditions pour que le Mali de demain soit meilleur ».

Par la même occasion, il a tenu à faire savoir que la « mauvaise presse » qui porte des allégations sur la relation entre le M5-RFP et la CMAS ne sont que fortuites. Interrogé par nos équipes du Le Soir de Bamako sur les résolutions de cette fameuse feuille de route que le M5-RFP  transmettra sûrement le samedi au CNSP et sa disponibilité publique, Kaou Djim n’a pas souhaité en divulguer le contenu, mais en revanche, il a fait savoir qu’une cérémonie officielle présidé par l’Imam Dicko, ce vendredi,  souhaitant  « s’investir en personne sur ce plan » édictera la position officielle de la CMAS suite à cette rencontre avec le CNSP. Questionné sur la participation de l’Imam aux pourparler, le docteur Choguel Kokalla Maiga, a de son coté assuré que « l’Imam -qui est apolitique- va continuer son combat avec nous (M5), d’ailleurs, nous sommes de ce pas sur le chemin de lui rendre compte sur notre rencontre avec le CNSP ». Choguel Kokalla Maiga n’a pas hésité a fustigé la politique de sanction des états membres de la CEDEAO envers le Mali, sanctions qui selon lui, seraient sur le point d’être levées : « ce n’est qu’une question de temps » affirme l’opposant du président déchu IBK,  « quoi qu’il en soit, poursuit-il, nous rendrons notre décision publique sous peu ». Maiga s’est montré sommaire quant à la question sur la durée de la transition, dont il dit « ne rien en penser » avant de s’engouffrer dans sa voiture 4X4. 

 LA CMA À KATI

Une délégation de la CMA (Coordination des Mouvements de l’Azawad) était aussi présente au camp de Kati. Sidi Brahim Ould Sidati, le président de la CMA Redouane Ag Mohamed Ali, Attaye Ag Mohamed, Chargé des questions de droit de l’homme de la CMA, ont aussi rencontré le CNSP. Leur présence, bien que significative, fut très discrète.  Plus avare en commentaire, les membres de la CMA nous ont confié  que leur présence à cette « non séance de travail » a pour but principale « d‘écouter chaque parti avant d’émettre un avis et une feuille de route sur la transition ». « Nous ne sommes pas ici pour discuter » tranche finalement Redouwane Ag Mohamed.

LE COLONEL GOITA SUR LE FIL ROUGE 

Si chaque partie politique va bon train dans ses préemptions, les militaires restent sur leur garde. Un capitaine présent sur place nous confie que seul fut présent à la séance le porte parole du CNSP,  le Colonel-major Ismaël Wagué ainsi que lui-même, alors que cette rencontre de haute voltige est un tournant pour l’opposition qui aurait eu tout a gagné en la présence de tous les membres de la junte. Que vont-ils décider ? Si cette source interrogée nous affirme qu’une future rencontre se fera le samedi avec le président de la junte,  elle devra  attendre après le meeting de l’Imam Dicko prévue le vendredi 28 août, au Palais de la culture de Bamako où des annonces fortes sont attendues. Le sort du pays pourrait alors connaître un dénouement d’ici quelques heures ou, bien au contraire, connaître une tournure inattendue.

UNE TÊTE MONSTRUEUSE SUR UN CORPS SQUELETTIQUE

La passerelle entre ces deux entités emprunte un schéma incertain, Une semaine après le coup d’état qui a renversé le régime du Président Ibrahim Boubacar Keita. Si dans un premier temps la junte avait surpris le paysage politique malien en se ralliant aux festivités du M5-RF0, donnée place de l’indépendance le vendredi 21 août dernier, les militaires semblent  marcher sur des œufs, aujourd’hui  depuis leur rencontre avec le Comité de la CEDEAO. L’opposition a été reçu au camp de Kati, sur un territoire qui n’est pas neutre et explicite la position de force du CNSP.  Qui plus est, la présence d’un comité restreint du CNSP à cette rencontre de grande envergure avec l’Opposition, dénote le caractère singulier du CNSP à ne faire aucun traitement de faveur envers qui que ce soit ou quoi que ce soit et de ne répondre à aucune exigence. 

 Si désormais la balle est dans le camp de la junte du CSNP et que le M5 veut sa place au soleil, il appartient au CNSP dont le président est le colonel Assimi Goita, de veiller à ce que la population civile dans son entièreté soit audible lors des pourparler : femmes, enfants, ouvriers, enseignants, métalliers, la diaspora malienne et tant d’autres corps de la société civile doivent être à juste titre, entendu à défaut d’être représenté par un collège électorale. Les militaires doivent se hâter à cette tâche afin de ne créer aucune amertume, aucune rancœur dans un Mali qui bouillonne jour après jour pour un renouveau politique.

 

Nafissa Chouaidou Traoré

By |2020-08-27T18:45:03+02:00août 27th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils