/, SOCIÉTÉ/DR ABDOULAYE SALL FACE AUX AUTORITÉS COUTUMIÈRES ET CHEFS DE QUARTIER DU DISTRICT: « LA CRISE SOCIO-POLITIQUE 2020 QUE NOUS VIVONS, N’EST NI PLUS, NI MOINS QUE LA CRISE DU CONTRÔLE CITOYEN ET DE LA GOUVERNANCE DÉMOCRATIQUE … »

DR ABDOULAYE SALL FACE AUX AUTORITÉS COUTUMIÈRES ET CHEFS DE QUARTIER DU DISTRICT: « LA CRISE SOCIO-POLITIQUE 2020 QUE NOUS VIVONS, N’EST NI PLUS, NI MOINS QUE LA CRISE DU CONTRÔLE CITOYEN ET DE LA GOUVERNANCE DÉMOCRATIQUE … »

La crise socio-politique au Mali, les contours ainsi que les pistes de solutions pour une sortie étaient au centre d’une rencontre d’échanges et de partage entre les autorités coutumières et chefs de quartier du District et l’équipe de Cri 2002 Section Transparency International hier, mardi 28 Juillet 2020, à la Maison des Ainés de Bamako.

C’était sous la présidence de Dr Abdoulaye Sall, président de Cri 2002 Section Transparency International Mali, en présence de Bamoussa Touré, coordinateur des chefs de quartier du District de Bamako. En introduisant cette rencontre qui vise à amener ces acteurs à mieux appréhender les contours et également les enjeux liés à sa bonne compréhension par les maliens, Dr Abdoulaye Sall a été clair : « Ce qu’on appelle la crise socio-politique 2020 que nous vivons n’est ni plus, ni moins que la crise de redevabilité, du contrôle citoyen, de la transparence, de l’intégrité, de l’impunité, de la gouvernance démocratique ». Il faut rappeler que cette rencontre qui a regroupé les autorités coutumières religieuses et les chefs de quartier de Bamako est une suite logique de la journée d’Engagements Communs (JEC) organisée par CRI 20O2 sur la mise en œuvre des résolutions et Recommandations issues du Dialogue National Inclusif (DNI) du 14 au 22 Décembre 2019.

Le thème retenu, à cet effet, est : du dialogue civil au dialogue technique, à l’expertise du dialogue pour l’opérationnalisation des résolutions et recommandations du DNI pour la stabilisation, la paix, l’unité et la réconciliation nationale dans notre pays et au sahel. A cet effet, des points d’attentions avaient été soulignés. Ils se résumaient à dix  pour lesquels Cri 2002 plaidait pour un nouveau contrat de génération dans notre pays. Dr Sall trouve cela normal et a tenté de convaincre ses interlocuteurs sur la justesse de l’implication de la CEDEAO dans la recherche de solution à la crise au Mali. Nous faisons partie d’un espace qui fait qu’on ne peut pas se déroger aux principes et règles de cet espace auquel nous avons souscrit, a fait comprendre Dr Abdoulaye SALL, président de Cri 2002 Section Transparency International Mali. Pour comprendre et circonscrire les turbulences, les peurs, les dangers, les périls et les risques en forte et soudaine, émergence cette année 2002 au Mali, il faut bien se parler d’abord et s’écouter sur ce qu’on entend par régime politique,  a déclaré l’ancien ministre lors de cet exercice qui visait à conscientiser sur le rôle et la responsabilité des autorités dans la gestion de la crise.

Ces explications ont suscité un vif débat pour se situer sur ce qui doit être fait en vue d’une meilleure implication des autorités traditionnelles et chefs coutumiers et de quartier dans la gestion des problèmes. C’est quand tout est gâté qu’on fait appel aux autorités traditionnelles, a déploré un des participants qui insiste sur le capital que constituent les autorités traditionnelles dans notre pays pour un meilleur accompagnement des décideurs. Au terme  de la rencontre, les participants étaient d’accord unanimement sur l’importance de la rencontre et aussi la nécessité de multiplier cette initiative à travers des échanges au niveau des quartiers  dans les différentes Communes du District.

LAYA DIARRA

By |2020-07-29T04:38:06+02:00juillet 29th, 2020|POLITIQUE, SOCIÉTÉ|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils