//ECOLE – LA HACHE DE GUERRE N’EST PAS ENTERREE SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE: LE COLLECTIF DES SYNDICATS DE LA REGION DE GAO REFUSE DE REPRENDRE LE TRAVAIL

ECOLE – LA HACHE DE GUERRE N’EST PAS ENTERREE SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE: LE COLLECTIF DES SYNDICATS DE LA REGION DE GAO REFUSE DE REPRENDRE LE TRAVAIL

Pendant que certains jubilent de l’accord intervenu entre le CNSP et le collectif des syndicats d’enseignants, la région de Gao tient un tout autre discours. Dans un courrier adressé au gouverneur de la Région, le collectif des syndicats des enseignants de Gao informe de son refus de reprendre le chemin de l’école. Le refus s’explique par un retard de paiement des salaires.

Dans la lettre du gouverneur, le collectif des syndicats déclare qu’il refuse de reprendre la craie jusqu’au paiement intégral de ses arriérés d’août. Les signataires de ce document sont, entre autres : le SYLDEF, le SYNEFCT, le SYPESCO, le SYNEB. A la remarque, cette attitude des responsables du collectif jure totalement avec la décision du syndicat national qui a conclu un accord de retour à l’école à parti d’hier lundi 14 septembre 2020. Le CNSP et les enseignants grévistes sont en effet parvenus à un accord le vendredi dernier sur l’application de l’Article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel enseignant. Et cela après plusieurs jours de négociations.

Les nouvelles résolutions sont entre autres :

– l’alignement de l’indice plafond de la catégorie A1267 sur le salaire du mois de novembre 2020 ;

– le paiement des arriérés du mois de janvier à octobre 2020 sur les salaires du mois de novembre 2020 ;

– le paiement de la moitié des arriérés de 2019 en décembre 2020 ;

– le paiement de la seconde moitié des arriérés de 2019 sur les salaires du mois de mars 2021  et

– l’alignement de l’indice plafond de la catégorie A à 1382 pour compter du premier janvier 2021.

Au regard de ces avancées, la synergie des syndicats de l’éducation signataire du 15 octobre 2016 décide de suspendre son mot d’ordre de grève

C’est ainsi que ce collectif a  invité les militants à reprendre les cours depuis hier. Au regard de la lettre adressée au gouverneur, les enseignants de GAO se désolidarisent de la décision de Bamako si leurs exigences ne sont pas satisfaites. Gao réclame le paiement intégral des arriérés d’août. La hache de guerre n’est donc pas enterrée sur l’ensemble du territoire, peut-on dire. D’autres sources révèlent que l’Association des Ecole Privées du Mali a de son coté clarifié sa position au tour de la reprise souhaitée par le bureau national de la synergie. Les démons à tuer l’école malienne ne semblent pas suffisamment morts .

LAYA DIARRA

 

By |2020-09-15T13:48:16+02:00septembre 15th, 2020|ÉDUCATION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils